fbpx

« Contre Attaque » : le web­zine qui donne la parole aux ama­trices de foot

Contre Attaque, c’est un maga­zine dif­fu­sé sur le Web qui parle exclu­si­ve­ment de foot. Mais, petit twist : la rédac­tion est 100 % fémi­nine. Car, quand il s’agit de par­ler bal­lon rond, les femmes sont géné­ra­le­ment relé­guées sur le banc de touche.

Capture 3

C’est par un petit mes­sage que tout a com­men­cé. Le 18 août 2020, Charlotte laisse sur « Supportrices Football Club » le pre­mier com­men­taire d’une longue série. Il intro­duit le prin­cipe de ce groupe Facebook, créé avec Zoé quelques jours aupa­ra­vant : « On espère toutes que vous vous sen­ti­rez à l’aise ici pour par­ler foot en long, en large et en tra­vers. » Des groupes de sup­por­teurs, il en existe des dizaines. Mais des groupes de sup­por­trices exclu­si­ve­ment réser­vées aux femmes, il y en a beau­coup moins. Ce qui explique sans doute le suc­cès du « Supportrices FC ». Sept mois plus tard, plus de trois cents femmes viennent y par­ler de foot mas­cu­lin et fémi­nin. Mais seule­ment entre pas­sion­nées.

Car Zoé et Charlotte font le même constat : « Il y a encore une dif­fi­cul­té à par­ler foot quand on est une femme, notam­ment sur les réseaux sociaux. Il y a tou­jours les com­men­taires du type "Tu ne t’y connais pas, tu fais juste ça pour faire ton inté­res­sante" ou "Tu regardes juste les joueurs, tu ne regardes pas le foot." On doit tout le temps se jus­ti­fier sur la rai­son pour laquelle on parle de foot et prou­ver qu’on est vrai­ment calées », déplore Zoé. « Il y a vrai­ment un pro­blème de légi­ti­mi­té, appuie Charlotte. Il faut limite pas­ser un diplôme pour avoir la pos­si­bi­li­té de par­ler de foot et être enten­dues, prises au sérieux dans ce qu’on a à dire. »

L’absence d’hommes sur Supportrices FC a un effet libé­ra­teur. Finie la timi­di­té qui l’emporte sur l’assurance au moment de don­ner son avis sur la per­for­mance d’un·e joueur·euse. Plus de batailles pour faire valoir son avis, aus­si per­ti­nent soit-​il. Le plai­sir est tel qu’émerge rapi­de­ment l’idée de se regrou­per pour écrire sur cette pas­sion qui les anime. En sep­tembre, elles n’hésitent pas à mouiller le maillot pour concré­ti­ser. Un mois plus tard sort le pre­mier numé­ro du web­zine Contre Attaque.

"Amateurismes effer­ves­cents"

Pour pro­té­ger ce havre de liber­té d’expression, Contre Attaque n’a pas plus voca­tion à inté­grer les hommes que Supportrices FC. « Il y a déjà tel­le­ment de médias où les hommes sont tota­le­ment inté­grés qu’il n’y a pas besoin que Contre Attaque les intègre aus­si. Ils ont la chance d’avoir leur place par­tout ailleurs », explique Charlotte. Si donc l’équipe est 100 % fémi­nine, le web­zine s’adresse à tout fan de bal­lon rond, peu importe leur genre. 

Près de 70 pages réa­li­sées par une rédac­tion de huit à douze femmes (selon les numé­ros), pour la plu­part étu­diantes, mais aucune (encore) jour­na­liste. Une atmo­sphère bien­veillante qui donne un maga­zine aus­si beau que per­ti­nent. Les papiers d’analyse alternent avec des articles plus grand public. Un sub­til mélange de sujets pure­ment spor­tifs et d’autres envi­sa­geant le foot dans sa dimen­sion sociale et cultu­relle. Si Contre Attaque a un petit air de So Foot et peut-​être un quelque chose de Caviar Magazine, il reste un ovni dif­fi­cile à clas­ser. « Ce n’est pas qu’on n’avait pas de ligne édi­to­riale, mais on vou­lait se lais­ser expé­ri­men­ter et voir où pou­vaient nous mener nos ama­teu­rismes un peu effer­ves­cents », pré­cise Charlotte. 

Zoé, elle, est par­ti­cu­liè­re­ment ama­trice de l’OL. Lors de ses études à Science Po Lille, le bureau des sports invite sa classe à venir voir le match Olympique lyonnais-​Manchester City. « Je suis archi fan de l’OL, donc c’était le match de ma vie », se souvient-​elle. Mais, seule fille par­mi une ving­taine de gar­çons, elle ne se sent pas très à l’aise. Ses cama­rades sont d’abord sur­pris de la voir là. Puis bluf­fés, quand ils com­prennent qu’elle s’y connaît réel­le­ment. « Quand je fai­sais des com­men­taires un peu per­ti­nents, ils me regar­daient en mode "Whaou, mais tu sais vrai­ment par­ler de foot !". » L’étudiante s’en amuse aujourd’hui, mais c’est l’accumulation de ce genre d’expériences qui ont mené à la créa­tion du web­zine et sur­tout à sa non-​mixité. Car s’il n’est déjà pas tou­jours facile de se faire entendre dans l’espace public quand on est une femme, c’est encore plus le cas quand on s’intéresse au foot.

Amatrices ou pro : même galère

C’est aus­si ce que dénonce Marie Portolano dans le docu­men­taire Je ne suis pas une salope, je suis une jour­na­liste, mon­trant, au-​delà des saillies sexistes et des agres­sions sexuelles qu’ont subies les jour­na­listes spor­tives qui témoignent, les dif­fi­cul­tés à être prise au sérieux dans le milieu. Pour les deux membres de Contre Attaque, le sexisme dénon­cé par le docu­men­taire – en par­tie cen­su­ré par Canal + dans une ten­ta­tive déses­pé­rée pour pro­té­ger son ani­ma­teur vedette Pierre Ménès – est pré­ci­sé­ment ce qu’elles subissent, à leur échelle, à lon­gueur de com­men­taires sur les réseaux sociaux. Là aus­si, Zoé peut témoi­gner : « Rien qu’en tant qu’amatrice de foot et membre de Contre Attaque, je reçois des com­men­taires hyper sexistes. Par exemple, j’avais mis des joueurs que j’adore en “favo­ris” sur Instagram et je rece­vais des com­men­taires du style “Elle aime que les Reubeus”. Alors que ça n’a rien à voir, c’était sim­ple­ment parce que j’adore ces joueurs pour ce qu’ils valent sur un ter­rain ! » Le docu­men­taire Je ne suis pas une salope sou­lève un autre pro­blème : le manque d’hétérogénéité des pro­fils de celles qui réus­sissent à se faire une place sur les pla­teaux, cor­res­pon­dant en tous points aux cri­tères de beau­té actuels. « On voit tou­jours le même type de femmes qui s’expriment. Il n’y a pas de diver­si­té de races, de styles, de mor­pho­lo­gies ou de femmes ouver­te­ment homo­sexuelles. J’en connais plein qui n’ont pas encore eu voix au cha­pitre et c’est hyper dom­mage. Il y a encore un cap à fran­chir. Tout ça, c’est pro­gres­sif et je pense qu’on est sur le bon mou­ve­ment », confie Zoé.

Lire aus­si l Vu à la télé : notre soi­rée TPMP en com­pa­gnie de Pierre Ménès

Avec Contre Attaque, Zoé, Charlotte et les autres rédac­trices offrent aux sup­por­trices de foot un espace où se sen­tir légi­time et affir­mer sa parole. Leur rêve pour la suite ? « J’ai envie que ça gros­sisse, parce que je suis trop fière des filles qui s’investissent. Qu’on se dise “ah ouais, la non-​mixité, ça donne aus­si des médias trop inté­res­sants !” » avoue Zoé. Pour y par­ve­nir, l’appui des grands clubs serait une aide pré­cieuse. Un en par­ti­cu­lier est dans son viseur : l’Olympique lyon­nais. « Ils ont eu le flair pour détec­ter le foot­ball fémi­nin avant tout le monde. Je pense qu’ils seraient sen­sibles à cette démarche. » L’appel est lan­cé.

Les numé­ros sont télé­char­geables gra­tui­te­ment ici.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  


Idées Cadeaux Causette

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés