fbpx
UEXEXM4Q2JF55PHYO4PNXKMBVE
Pierre Ménès, sur le plateau de Touche pas à mon poste, le 22 mars 2021. Capture d'écran C8.

Vu à la télé : notre soi­rée TPMP en com­pa­gnie de Pierre Ménès

Mise à jour le 12 juillet 2021 : Pierre Ménès a annon­cé à l'AFP qu'il ne revien­drait sur Canal + en sep­tembre. Suspendu par la chaîne cryp­tée après la dif­fu­sion du docu­men­taire Je ne suis pas une salope, je suis jour­na­liste de Marie Portolano, le chro­ni­queur spor­tif a indi­qué le 12 juillet avoir trou­vé un « arran­ge­ment finan­cier » avec Canal.
Dans la fou­lée, il don­nait une inter­view fil­mée au Figaro, dans laquelle il per­sis­tait à se poser en vic­time et à récu­ser l'accusation d'agression sexuelle dont il a été l'objet, esti­mant que « dix ans pour chia­ler sur un bai­ser, c'est long quand même, non ? »

Alors voi­là, on vou­lait inter­vie­wer Pierre Ménès à la suite de la cen­sure de son pas­sage dans le docu­men­taire Je ne suis pas une salope, je suis jour­na­liste, de Marie Portolano et Guillaume Priou. Sauf qu’avant même qu’on puisse lui deman­der un petit entre­tien, le gonze nous a blo­quées sur Twitter. Tristesse ! Du coup, rien que pour vous, on vous résume sa ligne de défense don­née hier à l’antenne de C8, dans Touche pas à mon poste, afin que vous n'ayez pas à vous impo­ser ce nau­frage. Mais de rien, vrai­ment.

19h45, on attend qu’Hanouna lance le sujet Menès mais dieu que c’est long. Après le pas­sage de Fabrice di Vizio, un avo­cat nous expli­quant que la satu­ra­tion des uni­tés de réani­ma­tion des hôpi­taux d'Île-de-France était pure fake news parce que dans les Yvelines, un méde­cin de sa connais­sance lui a dit que moult lits étaient encore vacants, il a fal­lu se col­ti­ner Richard, un type mon­té expres­sé­ment de Marseille pour dire sa fier­té d'avoir par­ti­ci­pé au car­na­val démas­qué de La Plaine dimanche der­nier. « Qu'on ne vienne pas me dire qu'on a été égoïstes face aux soi­gnants [qui triment dans des hos­tos satu­rés depuis plus d'un an, donc], de toute façon, ils allaient mal avant le covid et tout le monde s'en fichait », pérore le soixan­te­naire éche­ve­lé à qui Hanouna offre un quart d'heure de gloire 100% YOLO. Notez que notre avo­cat des Yvelines et le Che Gevariant de la Canebière se retrouvent sur une conver­gence des luttes très 2021 : les masques en exté­rieur, c'est la règle qu'ils vomissent et les feront de concert, nous n'en dou­tons pas, voter contre Emmanuel Macron en 2022. « Envoyez la pub », comme il se disait sur le canal catho­dique la der­nière fois qu’on a regar­dé la télé, en 1920.

20h, le cas Ménès est le "gros doss" du jour chez Hanouna. Dans Touche pas à mon poste, tous les jours, il y a les doss puis les gros doss, une hié­rar­chie de l’info­tain­ment un peu comme à la récré quand on décré­tait ce qui rele­vait du « gue­din » et du « gue­din de ouf ». Et fran­che­ment, on est d’accord : les agres­sions sexuelles à coups d’embrassades for­cées et autres mains aux fesses après sou­le­vage de jupe de Ménès, c’est un gros doss. Même si Cyril Hanouna s’astreint à intro­duire le coup de la jupe comme « un com­por­te­ment limite avec Marie Portolano ». Dans la même veine, on se régale des pré­cau­tions prises par l’animateur, qui indique que Ménès « aurait por­té atteinte à la jour­na­liste », condi­tion­nel vapo­reux quand aucun des pro­ta­go­nistes ne nie l'existence de ce moment de 2016 où Ménès, sur un pla­teau télé (hors antenne), a sou­le­vé la jupe de Marie Portolano pour lui sai­sir les fesses.

Une amie humi­liée

Entrons donc dans le vif du sujet, avec, avant d’accueillir Pierre Ménès, l’intervention d’une autre femme agres­sée par lui il y a quelques années. Il s’agit de Francesca Antoniotti, embras­sée contre son gré par Ménès lors d’un Touche pas à mon sport de 2016. Ce moment est redif­fu­sé en direct. Dans les yeux de la jour­na­liste spor­tive, la stu­peur et la honte, tan­dis que tout le monde, public com­pris, se gon­dole de la “bonne farce” de Ménès de l’époque. Ce lun­di soir sur C8, la pré­sen­ta­trice télé « embras­sée de force par Pierre Ménès s’explique dans TPMP », comme le dit le car­ton. Si on peut se per­mettre, elle n’a pas à s’expliquer, mais pas­sons. Francesca Antoniotti explique donc qu’elle aurait « pré­fé­ré reve­nir ici dans d’autres cir­cons­tances » mais ne pas avoir le choix face à l’ampleur de « la polé­mique ». « Je vais vrai­ment être trans­pa­rente, poursuit-​elle, sur le moment, je ne l’ai pas du tout vécu comme une agres­sion sexuelle – c’est le terme que j’entends et qui est employé sur les réseaux sociaux. C’est la défi­ni­tion d’une agres­sion sexuelle, moi je ne l’ai pas du tout vécu comme ça. » On se dit que sa parole doit faire du bien au petit cœur de Pierre Ménès qui patiente dans les loges (si si, il en a for­cé­ment un), mais, hélas, pas pour long­temps. « Mais il faut aus­si se dire les choses, reprend Antoniotti. Je l’ai vécu comme une humi­lia­tion. » Aïe. ça doit râler en cou­lisses. « Parfois, en tant que jour­na­liste spor­tive, on se sent humi­liées, insiste-​t-​elle. Parce qu’il y a des mots qui sont bles­sants, des com­por­te­ments, et le fait qu’on soit une femme auto­rise cer­tains à nous man­quer de res­pect. Et ce geste là, quand je le revois, c’est pas agréable. » Courageux et malin. Francesca Antoniotti a beau main­te­nir des liens ami­caux avec Pierre Ménès et l’admirer pro­fes­sion­nel­le­ment comme nous l’apprendrons juste après, elle ose vali­der l’avis de celles et ceux qui l’abhorrent : c’est mar­rant, le com­por­te­ment de Ménès a tout de celui d’un porc. Car la der­nière par­tie du témoi­gnage d’Antoniotti res­semble à un – ami­cal – détri­co­tage du nœud de l’affaire. « C’est un jour­na­liste que j’admire… c’est vrai que dans ce milieu, il y a des gens qui sont des déci­deurs, y a des gens qui comptent et y a des gens, on n’ose pas leur dire… Sur le moment, j’aurais dû lui dire “mais qu’est-ce que tu fais, t’es fou” ». A ce train-​là, il ne va même pas être besoin d’inviter les enne­mis de Ménès pour se faire une idée du pro­blème de sa toute-​puissance dans le milieu du jour­na­lisme foot­bal­lis­tique à la télé. « Mine de rien, quand on est dans le jour­na­lisme spor­tif, on n’a pas trop la pos­si­bi­li­té de dire ce qu’on pense, ce qu’on res­sent quand on est gênée par un com­por­te­ment », achève-​t-​elle de dézin­guer non plus seule­ment Ménès, mais le sys­tème qui fait son pou­voir. Francesca Antoniotti, précise-​t-​elle, n’a « jamais » trou­vé bon de repar­ler de cette scène avec l’agresseur, mais il faut dire qu’elle n’a pas pu long­temps s’appesantir sur le sujet : dans sa car­rière, elle a eu quelques autres occa­sions de « [s’en] prendre plein la tronche », et pas qu’avec Menès, jusqu’à finir par « s’éloigner du jour­na­lisme spor­tif ». Francesca Antoniotti garde néan­moins espoir. Elle sait « que Pierre est intel­li­gent, va s’excuser et ne va plus recom­men­cer ce genre de choses ». C’est peut-​être ce qui fait d’elle une véri­table amie, croire en cette rédemp­tion. Hold on, Francesca.

Pierre, Cyril et Vincent

Cyril, lui, enchaîne sur la fameuse séquence cen­su­rée par Canal + lors de la dif­fu­sion du docu dimanche soir. Bim, la pres­ta­tion de Ménès va être dif­fu­sée en direct, parce que Cyril a souf­flé à l’oreille de la direc­tion du groupe Canal (dont C8, sur laquelle règne en maître Cyril, fait par­tie) que « c’était la meilleure chose à faire » et c’est comme pour Pierre, pas grand monde ne s’oppose à Cyril, pas même Vincent (Bolloré). Oui, ça fait une demi heure qu’on regarde Touche pas à mon poste, et on n'y peut rien, on se prend faci­le­ment au jeu d’appeler tout le monde par son pré­nom, c'est plus convi­vial. Pardon, on s’égare, silence, ça dif­fuse, et voi­là qu’on fris­sonne de péné­trer le secret des dieux hert­ziens en ayant accès à ce moment qu’on a d’abord vou­lu nous cacher. 

Après un der­nier petit ajus­te­ment teint pour Pierre, on le voit donc prendre place face à son inter­vie­weuse, Marie Portolano. Laquelle est là pour lui deman­der des comptes sur l’agression publique qu’il lui a fait subir en 2016 lors d’un pla­teau Canal – encore eux. Portolano attaque dans le lard : « T’as une image de jour­na­liste miso­gyne, com­ment tu l’expliques ? » Pierre est décon­te­nan­cé, d’ailleurs, sa main tape sur la table et ses épaules se plient sous le désar­roi. « Je ne l’explique pas. » On peut attri­buer plu­sieurs dizaines de petites phrases sexistes à ce mec, mais il ne se l’explique pas. « Je suis peut-​être sexiste mais je suis aus­si le seul mec qui a essayé de faire une émis­sion foot avec que des filles, donc elle est où la véri­té ? » « Essayer » n’est pas réus­sir, et l’émission en ques­tion, 19h30 PM, a tenu un an en 2018, mais c’est quand même pas la faute de Pierre si les téléspectateur·trices ne sont pas emballé·es par une bande de meufs qui « essaient » de par­ler foot en tenant le cra­choir à Pierre, dont l’aura ferait de l’ombre à qui­conque. S’ensuivent de très banals pro­pos tels que « on ne peut plus rien dire », mais comme il se trouve que c’est ce que Ménès redi­ra par la suite en long en large et en tra­vers sur le pla­teau d’Hanouna, on aura tout le loi­sir de vous en repar­ler. Avançons.

A l'aise comme un mec qui fait peur aux femmes

« Je veux dire, dire à une fille qu’elle a un beau décol­le­té, c’est plu­tôt gen­til ? » sonde-​t-​il auprès de Portolano. « Oui, se crispe-​t-​elle. Pour toi, c’est un com­pli­ment. » « Bah oui. D’ailleurs, toi aujourd’hui, niveau décol­le­té, tu m’as pas gâté », observe-​t-​il en lor­gnant sur le sweat de la jour­na­liste. Laquelle essaie de remettre l’église au milieu du vil­lage et le décol­le­té au fin fond du cer­veau de Ménès : « C’est parce que je ne suis pas là pour ça. » « Oui, c’est parce que tu savais que c’était moi que tu inter­vie­wais aujourd’hui. » Moment clef. Le mec avoue tran­quille­ment qu’il sait que les femmes adaptent leurs tenues le matin en fonc­tion de si elles vont devoir lui adres­ser la parole au cours de la jour­née, et lui est com­plè­te­ment à l’aise avec cette crainte qu’il leur ins­pire.

Passons les jus­ti­fi­ca­tions sui­vantes sur « c’est ma manière à moi d’intégrer les gens et de mettre l’ambiance sur le pla­teau » pour en venir au cœur du sujet. Marie Portolano lui demande s’il se sou­vient du « moment où [ils se sont] embrouillés parce [qu’il] avait sou­le­vé [sa] jupe sur le pla­teau. » « Pas du tout », répond-​il du tac au tac. Simple, basique : le coup de l’amnésie, ça vous sauve des situa­tions les plus pénibles, on s’en rap­pel­le­ra la pro­chaine fois que la maré­chaus­sée sou­haite nous ver­ba­li­ser parce qu’on porte notre masque en des­sous du nez. Après, pas sûr qu’on ait le cran de Ménès. A la ques­tion a prio­ri rhé­to­rique de « est-​ce que tu le refe­rais aujourd’hui ? », Ménès répond sans cli­gner : « Oh oui. » Portolano insiste : « Même si tu sais que ça peut humi­lier ? » « ça t’a humi­liée ? », s’étonne le journaliste-​qui-​était-​pourtant-​censé-​être-​intelligent-​nous-​avait-​promis-​Francesca-​Antoniotti. « Oui », rétorque Portolano. « Ah bon, hausse-​t-​il les épaules. Bah j’en suis déso­lé. Mais faut aus­si prendre les gens comme ils sont. J’ai été embau­ché parce que j’étais un per­son­nage. Je ne joue pas un per­son­nage, j’ai été embau­ché parce que je suis comme ça. » Moment révé­la­tion. Pour être embau­ché chez Canal, vos qua­li­tés d’agresseur sexuel pour­raient être un petit plus qui fait la dif­fé­rence sur le CV. « Ah bah c’est sûr que si t’avais été un mec, j’aurais pas sou­le­vé ta jupe », insiste-​t-​il, car il man­que­rait plus qu’on s’imagine qu’il n’est pas qu’un dan­ger public hétéro-​beauf et qu'il bouffe à tous les râte­liers. 

Ce moment où Pierre a failli nous mind-​fucker

Et puis là, sou­dain, advient le moment où Ménès va ten­ter de nous retour­ner le cer­veau dans un exer­cice de mani­pu­la­tion de haute volée (rappelez-​vous, il est par­ti­cu­liè­re­ment intel­li­gent). « Si on peut plus cham­brer une meuf parce qu’elle est une meuf, c’est insup­por­table. “Ah non, je te chambre pas, parce que t’es une fille.” C’est pas cho­quant, ça ? ça, c’est super cho­quant ! » Oh waw, on vient de se faire mind-​fucker le cer­veau par Pierre, qui étale devant nous un syl­lo­gisme a prio­ri redou­table. Si on veut l’égalité qu’on réclame à grands cris bande de fémi­nistes reloues que nous sommes, si donc meuf = mec et que mec = se faire bizu­ter à grand ren­fort de blagues potaches, alors meuf = se faire bizu­ter elles aus­si, comme des mecs, des vrais. Enfin presque. Le truc qui ne tient pas dans cette superbe démons­tra­tion machiste, c’est pré­ci­sé­ment que les hommes, comme l’a poin­té Ménès, ne se font pas sou­le­ver les jupes. Ni bais­ser les pan­ta­lons, au demeu­rant.

Retour au pla­teau d’Hanouna pour le (dou­lou­reux) SAV de cette défense, assu­ré donc par Pierre lui-​même en direct. « Déjà, Pierre, com­ment tu te sens ? », amorce, pré­ve­nant au pos­sible, Cyril. « C’est hor­rible. Horrible déjà pour moi, ensuite pour ma femme, qui se fait insul­ter dans des pro­por­tions qui dépassent tout ce qu’on peut me repro­cher pro­ba­ble­ment à juste titre. » Ah, ça attaque fort. Tirer de son cha­peau “Madame Ménès” qui n’en deman­dait cer­tai­ne­ment pas tant et en faire un bou­clier humain contre l’adversité d’une horde de Twittos rassemblé·es sous le mot d’ordre en top ten­dance #PierreMenesOut tout au long de la jour­née de lun­di, fal­lait y pen­ser. Malin, on vous dit. 

Qui fait un bin­go avec nous ?

Il reste encore vingt minutes avant la fin de l’émission, on n’en peut plus et vous non plus : il est temps de ryth­mer un peu ce papier. Voici un bin­go de défense à l’usage du petit har­ce­leur sexuel, tel que pro­po­sé par Pierre en ce funeste lun­di soir de troi­sième vague. « Déferlement de haine » (Cyberharceler c’est mal, n’essayez pas de repro­duire cela à la mai­son). « Dans cette séquence [du docu­men­taire], je dis une seule conne­rie : que je le refe­rai » (Mais sinon, tout le reste est nickel, « on ne peut plus rien dire », et agres­ser est un droit consti­tu­tion­nel). « Lorsque Marie m’assène cette his­toire de jupe, je suis esto­ma­qué. Maintenant, je sais pour­quoi je ne m’en rap­pelle plus : parce que les faits remontent au 28 août 2016, der­nière émis­sion avant que je tombe malade et que je dis­pa­raisse des écrans pen­dant sept mois » (Totem d’immunité abso­lu : subir une mala­die grave me donne le droit d’être lubrique et dépla­cé, c’est mon méde­cin qui l'a dit). « Ce soir là, je n’étais pas dans mon état nor­mal […], j’avais le masque de la mort sur moi » (Risqué niveau décence mais je la tente avec panache). « Le bai­ser à Isabelle Moreau pour la cen­tième du CFC, ça date, ça a dix ans » (Je suis un homme qui vit avec son temps, mon res­pect des femmes fluc­tue au gré des avan­cées de l’époque). « Je ferais plus ça aujourd’hui parce que le monde a chan­gé » (Exactement ce que je disais tout à l’heure, moi je m’adapte, à regrets, mais je m’adapte). « C’est #MeToo, on peut plus rien faire, on peut plus rien dire » (Voilà, si vous vou­lez mon avis, l’époque est sinistre). « J’ai accep­té de faire son truc [sic], à Marie, si ça pas été dif­fu­sé, ce n’est pas de mon res­sort, c’est un choix édi­to­rial » (Voyez avec mes patrons, je ne suis qu’un pauvre petit sala­rié sans influence). « Ma vie pro­fes­sion­nelle a été jalon­née de filles […] et j’ai jamais eu de pro­blèmes avec per­sonne » (Enfin bon, hor­mis les trois recen­sées pour l’heure). « Je le vis mal parce que c’est pas moi, je ne suis pas comme ça » (Vous n’êtes rien que des méchants). « Je le regrette de ne pas pou­voir me com­por­ter comme il y a cinq ans, je me freine » (Avec toutes vos conne­ries #MeToo, vous bri­mez la créa­ti­vi­té des artistes). « Ce qu’on me reproche est into­lé­rable dans le logi­ciel de 2021 » (Rendez-​moi les années Sardou). « Je trouve que pla­cé dans ce qui se passe au niveau natio­nal, ça me paraît mal­gré tout une forme de détail » (Pendant que vous m’incriminez, le virus cir­cule, vous feriez mieux de res­pec­ter les gestes bar­rières en me lais­sant me com­por­ter avec les femmes comme je l’entends). « Mais voi­là, je suis connu, je suis cli­vant, je suis le chro­ni­queur numé­ro un de l’émission de foot la plus impor­tante donc quelque part je suis l’homme à abattre, il faut juste que je fasse atten­tion à ne pas prê­ter le flan à ça, quoi » (Alors, contrai­re­ment à ce que je vous disais plus haut, c’est vrai que je suis quelqu’un d’important, on veut ma mort sociale) « Entre Canal et moi, c’est une his­toire d’amour » (Donc si vous pen­siez que ces deux-​trois affaires d’agressions vont me débou­lon­ner de mon poste, repre­nez un verre d’eau). « Vu ce que je vis aujourd’hui, j’aurais pré­fé­ré que la séquence reste dans le docu » (Je découvre et déteste l’effet Streisand).

Fort heu­reu­se­ment, les chro­ni­queurs mas­cu­lins de TPMP étaient là pour appor­ter un sou­tien des plus couillus. Gilles Verdez parle de l’ami Pierrot, « tou­jours là pour les mau­vais moments », avant de se reprendre car, c’est vrai, « là n’est pas le débat ». « Il est sans limite, il n’a aucun filtre, par­fois ça dérape, dans les mots ou dans les gestes mais fon­da­men­ta­le­ment, c’est la même per­sonne que là. » On ne com­prend pas trop où il veut en venir mais c’est vrai que c’est gen­til, Gilles. Un cer­tain Guillaume Genton enfonce le clou de la bien­veillance entre keums, parce que, hein, il faut le sou­li­gner, « Pierre Ménès a beau­coup de cou­rage d’être sur le pla­teau ce soir, parce que c’est pas facile ». Il n’y a fina­le­ment qu’une seule per­sonne – et sur­prise, c’est une femme – pour mettre un peu le holà face à la lar­moyante vic­ti­mi­sa­tion de Ménès. « Vous n’êtes pas une vic­time, rap­pelle Géraldine Maillet. C’est quand même plus dif­fi­cile pour les femmes que vous avez embras­sées de force. » Merci à elle.

On sait pas vous, mais il est temps de conclure. « Merci Pierre, mer­ci Francesca, lance Cyril. Ma mère me dit que vous êtes magni­fique. » « Moi je peux pas le dire », glisse Ménès. Oui, il est vrai­ment temps de conclure.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés