livres noël

SOS cadeaux de Noël : notre sélec­tion de beaux livres

Pour celles et ceux à la bourre sur leurs cadeaux de Noël, voi­ci une sélec­tion de der­nière minute, par la rédac web.

100 œuvres culte à connaître quand on est féministe

Au pre­mier abord, il semble n’y avoir rien de com­mun entre le clas­sique du ciné­ma Titanic, Le génie les­bien d’Alice Coffin, la série mythique des années 90 Buffy contre les vam­pires et le film La revanche d’une blonde. Et pour­tant, cet ensemble dis­pa­rate fait par­tie des 100 œuvres culte à connaître quand on est fémi­niste, ins­pi­ré du pod­cast Quoi de meuf et publié en cette fin d’année aux édi­tions Marabout. Romans, essais, pho­to­gra­phies, pein­tures, films et séries : les cent œuvres sélec­tion­nées ici abordent toutes, à leur manière, des ques­tions liées à la place et au rôle des femmes dans notre société. 

L’épineuse ques­tion à laquelle les cinq autrices et chro­ni­queuses du pod­cast Quoi de meuf ont cher­ché à répondre est : Qu’est-ce qu’une œuvre fémi­niste ? Et est-​il encore pos­sible de ché­rir des œuvres impar­faites ou datées ? Pour ten­ter d’y voir clair, Clémentine Gallot, Emeline Amétis, Kaoutar Harchi, Anne-​Laure Pineau et Pauline Verduzier ont donc rééva­lué les œuvres qui ont nour­ri leur fémi­nisme sous le prisme d’une relec­ture contem­po­raine qui en appré­hende désor­mais les limites. En résulte un superbe recueil où se mêlent clas­siques de la cause et pépites inso­lites. Un ouvrage aus­si per­ti­nent que réjouis­sant. A.T.

100 œuvres culte à connaître quand on est fémi­niste, de Clémentine Gallot, Emeline Amétis, Kaoutar Harchi, Anne-​Laure Pineau et Pauline Verduzier. Ed Marabout. 2021. 19,90 euros. 

Plantes et jar­dins de sorcières

Encore un livre qui parle de sor­cières ? Oui, mais celui-​ci est par­ti­cu­liè­re­ment beau, avec ses repro­duc­tions de planches d’ouvrages bota­niques du XIXème siècle et d'enluminures médié­vales. Écrit par la jour­na­liste bri­tan­nique Sandra Lawrence, Plantes et jar­dins de sor­cières com­pile un ensemble de croyances et de savoirs ances­traux sur le pou­voir des plantes pré­sentes sous nos lati­tudes euro­péennes. On y apprend que la grande ciguë qu’ajoutent les sor­cières de Macbeth dans leur chau­dron, hau­te­ment toxique, est un clas­sique de la nécro­man­cie, cette pra­tique de divi­na­tion par l’évocation des morts. Mais encore que des cata­plasmes de sou­ci sont effi­caces (si si) pour atti­rer dans vos filets l’homme de votre choix – mais il fau­dra pen­ser à glis­ser une de ces fleurs dans votre bou­quet de mariée pour que l’élu demeure. 

Ce qui est fas­ci­nant là-​dedans, c’est de pen­ser que nos savoirs médi­ci­naux se sont for­gés grâce à la plus ou moins bonne intui­tion de nos ancêtres sor­cières, leur sens de l’observation, mais aus­si leur goût du risque. Quelle est donc la pre­mière femme qui a eu la (mau­vaise) idée de ten­ter de s’avorter avec une botte de per­sil dans le vagin et com­ment en est-​elle arri­vée à cette réso­lu­tion ? A.C.

Plantes et jar­din de sor­cières, de Sandra Lawrence, édi­tions Solar, 2021, 15,95 euros

Ne m’oublie pas 

Pour son pre­mier plon­geon dans le bain de la bande des­si­née, Alix Garin n’a pas choi­si un sujet évident. Son héroïne Clémence est déses­pé­rée de voir sa grand-​mère, atteinte par la mala­die d’Alzheimer, dépé­rir dans sa mai­son de retraite. Elle décide alors de la kid­nap­per pour lui faire vivre une der­nière aven­ture. En emme­nant sa « Mamycha » revoir une der­nière fois la mai­son de son enfance, Clémence retis­se­ra, au fil de la route, les liens de sa famille sur trois générations. 

Avec Ne m’oublie pas, Alix Garin signe, à seule­ment 23 ans, un pre­mier roman gra­phique sur une échap­pée belle aus­si drôle que émou­vante. D’un trait léger, l’autrice belge offre un autre regard sur le déclin et la perte de mémoire des gens qu’on aime. Un plon­geon réus­si car en s’inspirant de sa propre his­toire, Alix Garin a rem­por­té en juillet der­nier le prix France culture BD des étu­diants 2021. Une dis­tinc­tion ample­ment méri­tée pour un écrin de dou­ceur et de nos­tal­gie. A.T.

Ne m’oublie pas, d’Alix Garin. Ed Le Lombard. 2021. 22,50 euros. 

Lire aus­si l Livres : la hotte idéale de la Mère Noël

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
capture decran 2022 06 29 a 12.43.14

« Un bel hom­mage » : la dépu­tée éco­lo­giste Marie-​Charlotte Garin porte la robe fleu­rie qui avait valu huées et remarques sexistes à Cécile Duflot

Presque dix ans jour pour jour, la dépu­tée EELV Marie-​Charlotte Garin a por­té, mar­di, pour le pre­mier jour de la nou­velle ses­sion de l'Assemblée natio­nale, la robe blanche à motifs bleus de Cécile Duflot, qui lui avait valu sif­flets et...