fbpx

Cécile Fatiman, la pasio­na­ria haï­tienne

Prêtresse vau­dou, éphé­mère « pre­mière dame » d’Haïti, Cécile Fatiman fut l’une des pro­ta­go­nistes de la céré­mo­nie de Bois-​Caïman, coup d’envoi de la révo­lu­tion de 1791 qui fit d’Haïti la pre­mière répu­blique noire de l’Histoire.

cc3a9cile fatiman
© Wikipédia

Elles furent sans doute nom­breuses, ces femmes, ano­nymes ou célèbres, à prendre part à la révo­lu­tion haï­tienne qui don­na nais­sance, le 1er jan­vier 1804, à la pre­mière répu­blique noire libre du monde. L’Histoire a rete­nu, entre autres, les noms de Sanité Belair, gra­dée de l’armée de Toussaint Louverture, ou de Catherine Flon, parente du pre­mier empe­reur d’Haïti Jean-​Jacques Dessalines… Et de Cécile Fatiman, per­son­na­li­té indis­so­ciable de la ­céré­mo­nie de Bois-​Caïman, où fut scel­lée la révolte d’esclaves qui mena à l’indépendance du pays que l’on appe­lait alors Saint-​Domingue. Prêtresse vau­dou, prin­cesse haï­tienne, Cécile Fatiman vécut cent douze ans. Son his­toire, digne des romans d’Isabel Allende, figure en bonne place dans la chro­nique de l’île cari­béenne, entre pou­voirs magiques et conquêtes mili­taires. 

Le vau­dou, clé de voûte du sou­lè­ve­ment

Dès 1517, cette colo­nie sous domi­na­tion fran­çaise prend[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés