Cécile Fatiman, la pasionaria haïtienne

Prêtresse vaudou, éphémère « première dame » d’Haïti, Cécile Fatiman fut l’une des protagonistes de la cérémonie de Bois-​Caïman, coup d’envoi de la révolution de 1791 qui fit d’Haïti la première république noire de l’Histoire.

cc3a9cile fatiman
© Wikipédia

Elles furent sans doute nombreuses, ces femmes, anonymes ou célèbres, à prendre part à la révolution haïtienne qui donna naissance, le 1er janvier 1804, à la première république noire libre du monde. L’Histoire a retenu, entre autres, les noms de Sanité Belair, gradée de l’armée de Toussaint Louverture, ou de Catherine Flon, parente du premier empereur d’Haïti Jean-​Jacques Dessalines… Et de Cécile Fatiman, personnalité indissociable de la ­cérémonie de Bois-​Caïman, où fut scellée la révolte d’esclaves qui mena à l’indépendance du pays que l’on appelait alors Saint-​Domingue. Prêtresse vaudou, princesse haïtienne, Cécile Fatiman vécut cent douze ans. Son histoire, digne des romans d’Isabel Allende, figure en bonne place dans la chronique de l’île caribéenne, entre pouvoirs magiques et conquêtes militaires. 

Le vaudou, clé de voûte du soulèvement

Dès 1517, cette colonie sous domination française prend[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés