fbpx

Témoignage : “gui­der le trou­peau de bre­bis, c’est comme manœu­vrer un paque­bot”

Les prai­ries du cap Blanc-​Nez (Pas-​de-​Calais) s’étendent à perte de vue. Juste en des­sous des falaises de craie, la Manche char­rie ses rou­leaux d’écume. Un décor idyl­lique, mais inha­bi­tuel pour y ren­con­trer des mou­tons. Pourtant, c’est ici que
les six cents bre­bis gar­dées par Lorène Pascal ont élu domi­cile. Entourée
de ses deux chiennes, la jeune femme de 25 ans veille à leur bien-​être.

113 bergere camille besse pour causette
© Camille Besse

« Je suis une ber­gère qui a vue sur la mer. Moi qui aime tant la mon­tagne, je n’aurais jamais pen­sé me retrou­ver ailleurs qu’en alti­tude. Cette pas­sion me vient de l’enfance, quand mes parents, pas du tout dans le métier, m’emmenaient en balade dans le Vercors ou en Chartreuse pour m’apprendre à recon­naître les plantes. Même si le cap Blanc-​Nez ne culmine qu’à 134 mètres de haut, j’entame tout de même ma qua­trième année ici. J’ai signé un CDD de quatre ans (quatre sai­sons allant de mai à octobre pour être pré­cise) avec l’association Eden 62, qui gère ce site emblé­ma­tique de la Côte d’Opale. Ils ont déci­dé de réin­tro­duire des ovins pour redy­na­mi­ser les sols très cal­caires qui s’appauvrissaient au fil du temps. Et ça marche ! Les[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés