fbpx
Capture d’écran 2022 01 25 à 16.34.47 1
Jean-Luc Lahaye ©Capture d'écran BFM-TV

Soupçons de viols sur mineures : la fille de Jean-​Luc Lahaye, Margaux, mise en exa­men pour subor­na­tion de témoin

La fille du chan­teur est soup­çon­née d’avoir fait pres­sion, en 2015, sur l’une des deux jeunes femmes qui ont dépo­sé plainte pour viol contre son père. Ce der­nier a été mis en exa­men, en novembre der­nier, pour « viols et agres­sions sexuelles sur mineurs de plus de 15 ans ».

Margaux Lahaye pas­se­ra pro­chai­ne­ment devant la jus­tice. La jeune femme de 37 ans, fille ainée de l’ex-vedette des années 80, a été mise en exa­men, ce lun­di 24 jan­vier, pour « subor­na­tion de témoin », et pla­cée sous contrôle judi­ciaire. Selon Le Parisien et BFM-​TV, elle est soup­çon­née d’avoir fait pres­sion en 2015 sur l’une des deux femmes qui accusent son père de viol, afin de le faire disculper. 

Dans cette affaire, Margaux Lahaye avait d’abord été enten­due par les enquêteur·rices en novembre der­nier. Mais la garde à vue de cette jeune femme, para­plé­gique depuis un acci­dent en sep­tembre, avait été levée en rai­son de son état de santé. 

Menaces et manipulations

Selon Le Parisien, la vic­time, aujourd’hui âgée de 23 ans, et qui a sou­hai­té res­ter ano­nyme, accuse Margaux Lahaye de s’être mon­trée « mena­çante » envers elle et sa famille pour qu’elle dédouane l’artiste lors du pro­cès de ce der­nier pour « cor­rup­tion sur mineur », en 2015. Margaux Lahaye aurait mani­pu­lé la vic­time en lui fai­sant croire que le chan­teur avait des sen­ti­ments pour elle et aurait éga­le­ment ser­vi d’intermédiaire lorsque ce der­nier avait inter­dic­tion de contac­ter l’adolescente – lui mon­trant com­ment uti­li­ser une appli­ca­tion sécu­ri­sée. Margaux Lahaye a recon­nu, en garde à vue, avoir bien contac­té la jeune fille « mais uni­que­ment à la demande de son père ». Elle se dit éga­le­ment « mani­pu­lée » par son père qui lui aurait « juré » que sa rela­tion avec l’adolescente était « exclu­si­ve­ment vir­tuelle ». Pour subor­na­tion de témoin, Margaux Lahaye encourt aujourd'hui une peine de trois ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende.

Le Parisien raconte qu’à l’époque, la jus­tice est aler­tée par Facebook « d’échanges por­no­gra­phiques vir­tuels » entre la jeune fille alors âgée de 14 à 16 ans et Jean-​Luc Lahaye. Ce der­nier lui aurait deman­dé de s’adonner à des jeux sexuels par web­cam inter­po­sée. Mais lors de ses pre­mières audi­tions, l’adolescente ne dit rien des rap­ports sexuels réels qu’elle qua­li­fie­ra, dans sa plainte inter­ve­nant en 2021, « d’incroyablement bru­taux et humi­liants », avec des gifles et l’utilisation de sex-toys. 

Elle avait por­té plainte en 2015 avec une autre ado­les­cente avant de se rétrac­ter rapi­de­ment. La jeune fille – sous la pres­sion de Margaux Lahaye – avait alors affir­mé à la police qu’elle avait envoyé des cli­chés d'elle nue « à son idole de sa propre ini­tia­tive » et qu’elle l’avait même « har­ce­lé pour qu’il lui réponde ». L’artiste – déjà mis en exa­men en 2005 pour « atteintes sexuelles sur mineure » – avait alors été condam­né en 2015 à un an de pri­son pour le seul chef de cor­rup­tion de mineur. 

Ouverture d’une enquête pour viols

Devenues majeures, les deux jeunes femmes ont fina­le­ment déci­dé de por­ter plainte pour viol et agres­sions sexuelles contre le chan­teur début 2021, entraî­nant l’ouverture d’une enquête pré­li­mi­naire par le par­quet de Paris. Début novembre, le chan­teur de 69 ans a été mis en exa­men pour « viol », « viol sur mineur de plus de 15 ans », « agres­sion sexuelle de mineur de plus de 15 ans », « cor­rup­tion de mineur de plus de 15 ans » et « abus de fai­blesse ». Jean-​Luc Lahaye a éga­le­ment été pla­cé sous le sta­tut plus favo­rable de témoin assis­té pour « atteinte à la l’intimité de la vie pri­vée par fixa­tion d’images à carac­tère sexuel » et « déten­tion d’images pédopornographiques ». 

Les enquêteur·rices ont éga­le­ment enten­du, en novembre der­nier, les mères des deux vic­times pré­su­mées. Iels les soup­çonnent d’avoir eu vent des rela­tions sexuelles qu’entretenaient leurs filles mineures avec le chan­teur et de ne pas les avoir dénon­cées. « Admiratrices du chan­teur, elles auraient pous­sé leurs filles à avoir des rela­tions avec Jean-​Luc Lahaye et les auraient même accom­pa­gnées lors de ren­contres », écri­vait en novembre Le Parisien. L'artiste leur aurait ensuite deman­dé de taire les faits. Elles seront de nou­veau convo­quées cette semaine par la juge d’instruction char­gée de l’affaire. 

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés