fbpx
201768352 322856339482276 3182194587723812791 n
De gauche à droite : la commissaire Virginie Perrey, l'actrice Sandrine Bonnaire, une policière du commissariat de Colmar et la procureure Catherine Sarita-Minard. ©AT

Colmar : la ville met le paquet pour lut­ter contre les vio­lences conju­gales

Le com­mis­sa­riat et le tri­bu­nal de Colmar, dans le Haut-​Rhin, ont reçu, le 15 juin, l’actrice Sandrine Bonnaire, pré­si­dente de l’association La Maison des âmes, qui vient en aide aux vic­times de vio­lence. Causette a pu assis­ter à cette ren­contre dont l’objectif était de pré­sen­ter les récents dis­po­si­tifs mis en place conjoin­te­ment par les forces de l’ordre et le par­quet pour lut­ter contre les vio­lences conju­gales. 

Journée par­ti­cu­lière pour le com­mis­sa­riat et le par­quet de la pré­fec­ture du Haut-​Rhin qui accueillent, ce 15 juin, l’actrice Sandrine Bonnaire. Celle qui est aus­si la pré­si­dente de La Maison des âmes, créée il y a un an, est venue avec quatre des cofon­da­trices de l’association décou­vrir leurs dis­po­si­tifs de lutte contre les vio­lences conju­gales. Encore sous le choc, quelques jours après qu’un homme a défe­nes­tré du 8e étage son ex-​compagne dans un quar­tier de la ville – signant ain­si le 49e fémi­ni­cide de l’année –, les forces de l’ordre et la magis­tra­ture ont en effet tenu à pré­sen­ter leurs mesures de coor­di­na­tion pour faire de ce fléau leur che­val de bataille. 

Pour les vic­times, tout com­mence par une prise en charge per­son­na­li­sée au sein du com­mis­sa­riat de police de Colmar. Le pro­ces­sus mis en place depuis jan­vier est simple. Une affiche col­lée sur la porte vitrée à l’entrée de la struc­ture en indique d’ailleurs la marche à suivre : pour por­ter plainte, les vic­times d’infractions à carac­tère sexuel, vio­lences conju­gales, har­cè­le­ment et vio­lences fami­liales n’ont qu’à dési­gner du doigt la pas­tille jaune col­lée sur le bureau de l’agent·e d’accueil. Parce que les femmes vic­times de vio­lences conju­gales redoutent, très sou­vent, d’exposer leur cal­vaire avant même le dépôt de plainte, ce modèle évite d’ajouter du trau­ma­tisme au trau­ma­tisme. Sans un mot ni un échange, la vic­time est, dès cet ins­tant, sys­té­ma­ti­que­ment et auto­ma­ti­que­ment, prise en charge par un·e policier·ère. 

202106662 817031512562335 3937953252246867138 n
Céline (à droite), la bri­ga­diere à l'origine du dis­po­si­tif, pré­sente à Sandrine Bonnaire
l'affiche col­lée sur la porte d'entrée pour mieux rece­voir les vic­times. © A. T.
Discrétion et confi­den­tia­li­té 

« Cette pro­cé­dure spé­ci­fique garan­tit la dis­cré­tion, la confi­den­tia­li­té et la pro­tec­tion de la femme vic­time de vio­lences conju­gales. Elle n’a pas à répé­ter son his­toire plu­sieurs fois à plu­sieurs per­sonnes », confirme la bri­ga­dière Céline, à l’origine du dis­po­si­tif ins­pi­ré du modèle qui fait ses preuves depuis 2020 au com­mis­sa­riat du Mans (Sarthe). C’est ensuite au tour de Marie, poli­cière for­mée aux vio­lences conju­gales, d’écouter et de prendre la plainte de la vic­time dans une pièce iso­lée et fer­mée. Nadia est pré­sente éga­le­ment. Intervenante sociale, elle assiste au dépôt de plainte afin de répondre aux nom­breuses ques­tions que se posent les femmes vic­times de vio­lences. « Elles sont très angois­sées quand elles arrivent, je dois par­fois prendre le rôle de psy », confie Nadia. Pour apai­ser leurs appré­hen­sions, le com­mis­sa­riat de Colmar a deman­dé le ren­fort d’un·e psy­cho­logue. Une aide qui se fait encore attendre. « On attend le feu vert de la pré­fec­ture », souffle Virginie Perrey, la com­mis­saire. 

Après avoir dépo­sé plainte, ces femmes peuvent reprendre leur souffle dans la salle « Petits pas » spé­cia­le­ment créée et mise à leur dis­po­si­tion. Un cana­pé, des plantes et des jouets pour les enfants. « Ici, on prend le temps de les écou­ter, de les ras­su­rer, de leur expli­quer ce qu’il va se pas­ser, sou­ligne Céline. On sort du cadre froid d’une salle d’audition. » Parallèlement, les forces de l’ordre contactent l’association d’aide aux vic­times Espoir, qui aide­ra le·la procureur·e à déter­mi­ner les besoins de pro­tec­tion adap­tés à la femme, c’est à dire le bra­ce­let anti-​rapprochement, le télé­phone grave dan­ger ou l’éviction du conjoint. 

201997924 986155898867117 7602857308841998275 n
La salle « Petits pas ». © A. T.

« C’est un pro­jet for­mi­dable qui donne de l’espoir et dont devraient s’inspirer tous les com­mis­sa­riats de France, a décla­ré la pré­si­dente de la Maison des âmes, Sandrine Bonnaire, au terme de la pré­sen­ta­tion du dis­po­si­tif. Les vic­times peuvent se sen­tir sou­te­nues et écou­tées, c’est impor­tant. » Plus impor­tant encore, cette pro­cé­dure spé­ci­fique semble por­ter ses fruits depuis son ins­tal­la­tion au début de l’année. « Rien que la semaine der­nière, on a reçu quatre plaintes en six jours », indique la pro­cu­reure, Catherine Sorita-​Minard, à la tête du par­quet de Colmar. « On a remar­qué que les femmes sont davan­tage ras­su­rées et en confiance lorsqu’elles res­sortent de la salle Petits pas », pré­cise Marie. Une réus­site, donc, même si, Céline et Marie ont dû batailler avec quelques col­lègues récal­ci­trants au début du pro­jet. « Certains, en ser­vice depuis vingt ou trente ans, n’étaient pas for­cé­ment ravis qu’on vienne bous­cu­ler leurs habi­tudes, confie Marie. Mais fina­le­ment, aujourd’hui, ils viennent nous voir pour nous remer­cier. » 

Les poli­cières de Colmar espèrent, avec cette meilleure prise en charge, convaincre davan­tage de femmes de dépo­ser plainte. Mélanie, vic­time de vio­lences conju­gales, est pré­sente lors du déjeu­ner orga­ni­sé par le com­mis­sa­riat en marge de la pré­sen­ta­tion. Pendant des années, cette jeune femme de 35 ans a subi les insultes, les humi­lia­tions, les coups et les noyades de son com­pa­gnon et aujourd’hui, des années après la fin du cal­vaire, elle ne sou­haite tou­jours pas por­ter plainte mal­gré les encou­ra­ge­ments des poli­cières. « J’ai encore peur des repré­sailles, je n’ai plus confiance en per­sonne », confie Mélanie à Sandrine Bonnaire, qui a elle-​même subi des vio­lences conju­gales il y a vingt ans. Elle témoigne à Mélanie : « Il m’a stran­gu­lée, je suis tom­bée dans les pommes. Je me suis réveillée avec huit dents cas­sées, les os de la mâchoire bri­sés, témoigne l’actrice. J’ai réus­si à por­ter plainte car j’estime que la honte doit chan­ger de camp. »

Manque de moyens

Autre volet du pro­jet mis en œuvre à Colmar, le com­mis­sa­riat orga­nise éga­le­ment depuis décembre 2020 une for­ma­tion des policier·ères sur les vio­lences conju­gales avec Véronique Laouer, direc­trice de Solidarité Femmes 68 (Causette a pu assis­ter à la for­ma­tion qui fera l’objet d’un repor­tage pro­chai­ne­ment sur Causette.fr). Pour aller plus loin, le com­mis­sa­riat sou­haite en effet consti­tuer une bri­gade entiè­re­ment dédiée au trai­te­ment des vio­lences conju­gales. « On aime­rait s’investir davan­tage mais pour l’instant, on manque de moyens, on aurait besoin d’au moins trois ou quatre enquê­teurs sup­plé­men­taires », constate la com­mis­saire Virginie Perrey.

À l’instar de la com­mis­saire, la pro­cu­reure de Colmar pointe éga­le­ment le manque de moyens dont dis­pose le par­quet. « On a les bons réflexes à Colmar, mais ça ne veut pas dire que tout est par­fait, nuance Catherine Sorita-​Minard. On ne pour­ra jamais empê­cher tous les fémi­ni­cides, mais on y tra­vaille conjoin­te­ment avec les forces de l’ordre. Cela dit, nous avons besoin, par exemple, de magis­trats spé­cia­li­sés à l’image de ce qui se fait en Espagne. »

Un dis­po­si­tif expé­ri­men­tal pour pré­ve­nir les vio­lences 

Dans le cadre de cette chaîne coor­don­née entre les forces de l’ordre et la jus­tice, la pro­cu­reure a don­né des ins­truc­tions fermes au début de l’année 2021 : toutes les plaintes doivent être auto­ma­ti­que­ment remon­tées au par­quet. « Une fois que la vic­time est dans la boucle, on ne la lâche plus, sou­ligne Catherine Sorita-​Minard. J’ai deman­dé que toutes les plaintes soient envoyées sur une boîte mail dédiée pour qu’elles soient ensuite sai­sies. »

Une volon­té et une poli­tique com­mune de la plainte au juge­ment. Tel est l’objectif de ces mesures. « Accompagner les vic­times est indis­pen­sable, mais il faut aus­si prendre en charge les auteurs de ces vio­lences, appuie la vice-​procureure en charge des vic­times de vio­lences intra­fa­mi­liales, Nathalie Kielwasser. Ce n’est plus à la femme de quit­ter le domi­cile conju­gal, et puis c’est impor­tant de pré­ve­nir la réci­dive, car un homme violent fait en moyenne quatre vic­times dans sa vie en réité­rant son com­por­te­ment sur toutes ses com­pagnes suc­ces­sives. »

Ce constat a inci­té le par­quet de Colmar à conce­voir un pro­jet de prise en charge glo­bale dans l’éviction des auteurs de ce type de vio­lences. Baptisé « Équilibre », le dis­po­si­tif expé­ri­men­tal, pen­sé depuis jan­vier 2019 par la jus­tice, les asso­cia­tions Espoir et Argile (Centre de soins, d’accompagnement et de pré­ven­tion en addic­to­lo­gie) ain­si que le Spip (Service péni­ten­tiaire d’insertion et de pro­ba­tion) a débu­té en jan­vier 2021, grâce au finan­ce­ment de la Direction de l’administration péni­ten­tiaire (DAP). Concrètement, ce sont quatre appar­te­ments accueillant cha­cun trois hommes en colo­ca­tion, pla­cés dans la fou­lée de leur défè­re­ment au par­quet. Actuellement, le plus jeune a 25 ans, le plus âgé, 81 ans. Ils y résident soit jusqu’à leur juge­ment dans le cadre d’un contrôle judi­ciaire, soit dans le cadre d’un amé­na­ge­ment de peine. « Équilibre » ne concerne cepen­dant pas tous les auteurs de vio­lences. « Ce sont des per­sonnes ayant déjà com­mis des vio­lences conju­gales récur­rentes avec un risque éle­vé de réci­dive, une absence de recon­nais­sance des faits et un besoin de soin », pré­cise Nathalie Kielwasser. 

Apprendre à gérer les frus­tra­tion du quo­ti­dien
202576709 129744089261729 1000614267468388684 n

Causette a pu visi­ter l’un de ces appar­te­ments. Situé au 15e étage d’un bâti­ment HLM de la rue Saint Niklas, le loge­ment paraît tout à fait ordi­naire de prime abord. Ce n’est qu’en péné­trant à l’intérieur qu’on en com­prend le dis­po­si­tif. Derrière la porte d’entrée, un ruban adhé­sif orange au sol et une camé­ra dans l’angle du pla­fond. « Les hommes sont obli­gés d’être pré­sents dans l’appartement de 19 heures à 7 heures, explique la vice-​procureure. La camé­ra filme en direct les allées et venues et trans­met auto­ma­ti­que­ment une pho­to par mail à l’agent d’astreinte. » Car, si les auteurs ont pour voi­sins des familles sans his­toires, ils ne sont pas pour autant en colo­nie de vacances. Ils ne peuvent rece­voir per­sonne ni appor­ter de l’alcool. Les auteurs doivent aus­si suivre un pro­gramme de soin psy­cho­lo­gique. « En plus du rap­port envoyé aux magis­trats chaque mois, le Spip relaie immé­dia­te­ment au par­quet le moindre écart au règle­ment, pré­cise Nathalie Kielwasser. Un des hommes a été récem­ment incar­cé­ré car il s’est absen­té tout un week-​end et s’est pré­sen­té alcoo­li­sé à son rendez-​vous avec la psy­cho­logue. »

201740052 187398826528184 5443816299030316002 n
L'une des trois chambres de l'appartement. © A. T.

L’objectif d’« Équilibre » est de mettre ces auteurs face à leurs méca­nismes de vio­lences qui sur­viennent sou­vent à la suite de dif­fi­cul­tés banales du quo­ti­dien. « Ici, ils apprennent à gérer leurs sautes d’humeur et leurs frus­tra­tions. » Pour l’heure, la coha­bi­ta­tion se passe bien et semble même por­ter ses fruits. À l’instar du récent juge­ment de l’homme de 81 ans qui a fait vivre un demi-​siècle de vio­lences à sa com­pagne. « Quand il est arri­vé, il niait com­plè­te­ment les faits, se rap­pelle la vice-​procureure. À l’audience, il était méta­mor­pho­sé : il a recon­nu avoir vio­len­té sa femme et que celle-​ci n’avait abso­lu­ment rien deman­dé. » Il effec­tue­ra ses quatre mois ferme au sein du dis­po­si­tif. 

Toujours en phase d’expérimentation, le par­quet de Colmar espère main­te­nant que la Chancellerie péren­nise le pro­jet. « On devrait avoir la réponse très pro­chai­ne­ment, indique Nathalie Kielwasser. On sait bien qu’il y a une part d’hommes vio­lents qui ne chan­ge­ront jamais, mais ce dis­po­si­tif per­met tout de même de pré­ve­nir et ain­si de dimi­nuer les fémi­ni­cides. » 


La Maison des âmes, une asso­cia­tion récente pour aider les femmes vic­times de vio­lence 

C’est un pro­jet et un enga­ge­ment que Sandrine Bonnaire porte depuis long­temps déjà. Victime de vio­lences conju­gales, il y a vingt ans, l’actrice fran­çaise s’est don­né pour mot d’ordre de venir en aide à d’autres femmes dont la séré­ni­té et le quo­ti­dien ont volé en éclats. Mis en place en jan­vier 2020 avec sept cofon­da­trices, toutes béné­voles, la Maison des âmes pro­pose via une ligne d’écoute d’astreinte, un accom­pa­gne­ment médi­cal, psy­cho­lo­gique, admi­nis­tra­tif, social et juri­dique. Au total, quatre-​vingts béné­voles répar­tis dans toute la France viennent en aide aux femmes vic­times de vio­lences conju­gales et plus lar­ge­ment à toutes les per­sonnes vic­times de vio­lences intra­fa­mi­liales. Au-​delà d’une ligne télé­pho­nique, la Maison des âmes a l’ambition d’ouvrir une mai­son d’accueil dans le Nord-​est de Paris pour accueillir phy­si­que­ment les femmes et leurs enfants. 

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés