fbpx
childhood under assault africa photos
Portrait of a girl in Lesotho at sunset. Edited version for Ending Child Marriage campaign. Original file: WV_Lesotho_584.jpg. WV2274612

Vision du Monde : « Le nombre de mariages pré­coces a plus que dou­blé en 2020 »

Un récent rap­port de l’ONG Vision du Monde alerte sur une hausse inédite des mariages pré­coces dans les pays en déve­lop­pe­ment depuis le début de la pan­dé­mie. Cette vio­la­tion des droits de l’enfant et notam­ment des filles est liée à l’augmentation de la pau­vre­té. Entretien avec Camille Romain des Boscs, direc­trice géné­rale de l’association.

Causette : Votre rap­port s’est foca­li­sé sur quatre pays, le Bangladesh, l’Afghanistan, le Sénégal et l’Ouganda. Dedans, vous pré­fé­rez par­ler de « mariages pré­coces » et non pas de « mariage for­cé ». Pourquoi ce terme et com­ment le définit-​on ?
Camille Romain des Boscs : Un mariage pré­coce, c’est l’union for­melle ou infor­melle de deux per­sonnes dont l’une des deux est âgée de moins de 18 ans. On le dis­tingue d’un mariage for­cé car il y a des mariages pré­coces qui se font sans coer­ci­tion, par répé­ti­tion de normes sociales : les croyances font que les jeunes aus­si acceptent et consentent de se marier tôt parce qu’il existe cette idée que le mariage peut appor­ter une vie meilleure.

Quelles sont les rai­sons qui motivent les familles à marier leur fille mineure ?
C.R‑D-B. : Il y a tout un fais­ceau de fac­teurs qui se com­binent et s’alimentent les uns les autres. Le pre­mier c’est bien sou­vent la pres­sion éco­no­mique et finan­cière : en mariant l’enfant, il y a une bouche de moins à nour­rir. La deuxième expli­ca­tion, c’est l’application et la répé­ti­tion de la norme sociale, notam­ment par pres­sion du groupe. Enfin, para­doxa­le­ment, les parents peuvent éga­le­ment marier leur fille rela­ti­ve­ment jeune pour la pro­té­ger d’une socié­té qui peut être vio­lente à l’égard des filles non-​mariées.

Avant 2020, quel était l’état de la situa­tion des mariages pré­coces dans le monde ? 
C.R‑D-B. : Sur les deux der­nières décen­nies, on était plu­tôt sur une ten­dance posi­tive avec un ralen­tis­se­ment des mariages pré­coces. On estime à 25 mil­lions les mariages pré­coces qui ont pu être évi­tés sur les 10 der­nières années, même si aujourd’hui, 650 mil­lions de femmes dans le monde ont été des enfants mariées.

Toutefois, votre rap­port montre que la pan­dé­mie a bous­cu­lé cette ten­dance… 
C.R‑D-B. : L’UNICEF et Vision du Monde pré­voient pour 2030 une aug­men­ta­tion de 10 mil­lions de mariages pré­coces qui s’ajoutent à une pré­cé­dente pro­jec­tion de 100 mil­lions, et ce dans l’ensemble des pays en déve­lop­pe­ment. C’est la pre­mière fois que ça repart à la hausse depuis 25 ans. En effet, entre mars et décembre 2020, on a pu consta­ter que le nombre de mariages pré­coces avait plus que dou­blé par rap­port à 2019.

Pourquoi observe-​t-​on une hausse des mariages pré­coces avec la crise du Covid-​19 ? 
C.R‑D-B. : La consé­quence directe de la pan­dé­mie, c’est que les per­sonnes les plus fra­giles le sont encore plus, notam­ment celles en dif­fi­cul­té éco­no­mique. Il y a une forte aug­men­ta­tion de la très grande pré­ca­ri­té. On se retrouve alors avec des familles, qui étaient déjà dans des situa­tions com­pli­quées, dans une très grande vul­né­ra­bi­li­té. A titre d’illustration, toutes les per­sonnes qui tra­vaillaient dans l’économie infor­melle se sont retrou­vées sans reve­nus du jour au len­de­main. Un mariage pré­coce res­semble à une porte de sor­tie. De plus, avec la fer­me­ture des écoles par­tout dans le monde, les filles sont beau­coup res­tées dans les vil­lages.
En fait, le Covid est venu ren­for­cer toutes les vio­lences faites aux enfants et notam­ment celles basées sur le genre. Il y a les mariages pré­coces mais aus­si le tra­vail des enfants ou, par exemple, les muti­la­tions géni­tales fémi­nines car les exci­seuses elles-​mêmes n’ont plus de quoi nour­rir leur famille et reprennent leurs acti­vi­tés. Tout a la même ori­gine : la dégra­da­tion éco­no­mique qui relance les pra­tiques néfastes pour les enfants. La pan­dé­mie, c’est une accen­tua­tion de toutes les injus­tices et vio­lences pré­exis­tantes. 

Quelles sont les consé­quences d’un mariage pré­coce pour une jeune fille ?
C.R‑D-B. : C’est une vio­la­tion directe des droits humains et de la conven­tion inter­na­tio­nale des droits de l’enfant. Il y a des consé­quences phy­siques, notam­ment car qui dit mariage pré­coce dit gros­sesse pré­coce. Lorsqu’une ado­les­cente attend un enfant à un âge où elle ne devrait pas en avoir, il en résulte des com­pli­ca­tions extrê­me­ment graves comme des infec­tions ou des com­pli­ca­tions à l’accouchement. Un mariage pré­coce c’est éga­le­ment poten­tiel­le­ment des pra­tiques sexuelles vio­lentes à l’intérieur du couple pour ces jeunes filles qui n’ont pas dési­ré ce mariage.
Ensuite, très sou­vent, le mariage ne se fait pas dans le vil­lage : il y a un éloi­gne­ment de l’enfant et, par consé­quent, des vio­lences psy­cho­lo­giques dues à l’isolement, à la sépa­ra­tion sociale et à l’absence de pro­tec­tion par la famille.
Enfin, c’est aus­si une vio­la­tion du droit à l’éducation. Les filles qui sont mariées, et sou­vent enceintes très rapi­de­ment, ne vont pas à l’école. Elles se retrouvent à la mai­son sans aucune pos­si­bi­li­té de retour à l’école ou d’accès à des métiers rému­né­ra­teurs. Ça résulte à enfer­mer ces filles dans un cercle vicieux de la pau­vre­té, sans aucune pers­pec­tive.

Au-​delà des impacts directs sur les filles, quelles réper­cus­sions ont les mariages pré­coces sur la socié­té et le pays plus lar­ge­ment ?
C.R‑D-B. : Des filles non édu­quées, c’est déjà un impact éco­no­mique impor­tant car elles et leurs enfants sont enfer­més dans la pau­vre­té. Il y a éga­le­ment un impact sur la construc­tion de la paix dans les pays concer­nés. Des pra­tiques vio­lentes sur les enfants qui se per­pé­tuent, ça fait des socié­tés instables. En fait, le main­tien des filles empêche le pro­grès et le déve­lop­pe­ment de tout un pays.

Que fait Vision du Monde pour lut­ter contre ce fléau ? 
C.R‑D-B. : Tout d’abord, nous por­tons une atten­tion par­ti­cu­lière au res­pect des droits des enfants. Nous fai­sons de la sen­si­bi­li­sa­tion pour faire en sorte que les jeunes (et leurs parents) connaissent leurs droits et les fassent appli­quer. L’idée est d’impliquer toutes les par­ties pre­nantes et notam­ment les gar­çons : c’est avec eux qu'il faut faire évo­luer les normes. Tous nos pro­jets sont mis en place par des équipes à 97% locales qui connaissent donc bien la culture du pays. Cette proxi­mi­té per­met d’établir des liens de confiance avec les familles aidées. Il faut les accom­pa­gner pour faire en sorte d’améliorer les condi­tions de vie dans les­quelles elles font gran­dir leurs enfants car tout est lié et entre­mê­lé. Vision du Monde adopte une approche glo­bale dans le trai­te­ment des pro­blèmes de pau­vre­té et d’égalité filles-​garçons. 

C’est-à-dire ? 
C.R‑D-B. : Par exemple, pour lut­ter contre les mariages pré­coces, il faut amé­lio­rer l’accès à l’eau potable. Si le vil­lage n’a pas accès à l’eau potable, ce sont les filles qui vont cher­cher l’eau donc elles ne vont pas à l’école. Il faut régler la ques­tion du niveau éco­no­mique. Cela ne veut pas dire faire du déve­lop­pe­ment éco­no­mique pour faire du déve­lop­pe­ment éco­no­mique mais afin que les parents puissent nour­rir leurs enfants et faire en sorte qu’ils aillent à l’école le plus long­temps pos­sible, pour qu’ils n’aient pas à tra­vailler ou à se marier. C’est un sou­tien de pro­fon­deur et de long terme.

Le rap­port men­tionne éga­le­ment l’importance des chefs reli­gieux, expliquez-​nous.
C.R‑D-B. : Quand on parle de chan­ge­ments socié­taux, on a beau faire appel aux droits humains, si la norme sociale dit autre chose, c’est elle qui pré­vau­dra. Les chefs reli­gieux sont cen­traux car ils sont écou­tés et ont une très grande influence. Ils sont essen­tiels pour lut­ter contre les causes pro­fondes de ces vio­lences faites aux filles. Là des­sus, on a des sta­tis­tiques encou­ra­geantes : ça fonc­tionne ! A tra­vers des cam­pagnes de sen­si­bi­li­sa­tion, ces lea­ders reli­gieux peuvent deve­nir de véri­tables acteurs du chan­ge­ment. En les impli­quant, ça per­met notam­ment de rem­plir une pre­mière étape cru­ciale : favo­ri­ser l’enregistrement des nais­sances et les décla­rer à l’état civil. En effet, ce sont eux qui offi­cient les céré­mo­nies comme les bap­têmes ou les mariages. 

En termes de légis­la­tion, où en est-​on aujourd’hui dans le monde ? 
C.R‑D-B. : Il y a quelques pays qui ont encore des lois qui favo­risent les mariages pré­coces. L’âge mini­mum légal au Mali et en Afghanistan c’est 16 ans, en Iran, 13 seule­ment ! [NDLR : aux États-​Unis, les mariages pré­coces sont inter­dits dans seule­ment 5 États]. Beaucoup de pays ont des lois mais le pro­blème, c’est la dif­fé­rence entre la légis­la­tion et la norme sociale ou reli­gieuse, cou­plée à un contexte éco­no­mique com­pli­qué. Dans ces cas-​là, le phé­no­mène conti­nue de se per­pé­tuer, quoi que dise la loi. Vision du Monde inter­pelle donc les gou­ver­ne­ments et pro­pose des solu­tions concrètes pour que les auto­ri­tés mettent à dis­po­si­tion les outils néces­saires pour que le dis­po­si­tif légis­la­tif soit sui­vi d’effet et que ce fléau s’arrête.

À notre échelle, com­ment vous aider ? 
C.R‑D-B. : Le par­rai­nage d’enfants per­met d’améliorer sur le long terme les condi­tions de vie des enfants et de pro­té­ger leurs droits. Ça aide un enfant mais ça aide toute sa com­mu­nau­té der­rière car les res­sources sont mutua­li­sées dans un fond com­mun pour des pro­jets pérennes. Il faut prendre les pro­blèmes dans leur com­plexi­té et ne pas voir un petit bout de la lor­gnette, car tout est imbri­qué. Ensemble, on peut faire bou­ger les lignes, il ne faut pas bais­ser les bras ni aban­don­ner, il existe des solu­tions pour arrê­ter ce fléau.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés