fbpx
an afghan girl attends a female engagement team meeting ccf521 1600
© NARA AND DVIDS public domain archive

« Pour elles, c’est la mort à petit feu » : la vie des Afghanes détruite par la répres­sion des Talibans

Ce mer­cre­di 27 juillet, en amont du sinistre pre­mier anni­ver­saire de la prise de pou­voir des Talibans en Afghanistan, Amnesty International tire la son­nette d'alarme en publiant un rap­port éprou­vant sur l’oppression dra­ma­tique et sys­té­mique que les femmes et les filles afghanes subissent chaque jour. 

« Ils ont fer­mé la porte à clé. Ils se sont mis à me hur­ler des­sus […] [Un membre des tali­bans] a dit : "Mauvaise femme […] Les États-​Unis ne nous donnent pas d’argent à cause de vous, bande de salopes" […] Et puis il m’a don­né un coup de pied. Le coup était si fort que j’ai eu une bles­sure au dos, et il m’a aus­si mis un coup de pied dans le men­ton […] Je sens encore la dou­leur dans ma bouche. J’ai mal dès que je veux par­ler. » Ce type de témoi­gnage, d’une Afghane arrê­tée après avoir mani­fes­té pour les droits des femmes, incar­cé­rée plu­sieurs jours et tor­tu­rée pen­dant son empri­son­ne­ment, Amnesty International en a récol­té une centaine. 

Près d’un an après la prise de pou­voir du pays par les Talibans le 15 août 2021, l’ONG inter­na­tio­nale alerte sur l’urgence d’agir en faveur du res­pect des condi­tions de vie des femmes Afghanes, en publiant un rap­port appro­fon­di inti­tu­lé « Death in Slow Motion : Women and Girls Under Taliban Rule » (Mort à petit feu : femmes et filles sous le régime tali­ban). Le constat est lim­pide : chaque détail du quo­ti­dien de ces femmes est contrô­lé, maî­tri­sé et sou­mis à d’inquiétantes res­tric­tions impo­sées par les lois dra­co­niennes et le « sys­tème répres­sif » du régime tali­ban. « En moins d’un an, les Talibans ont déci­mé les droits des femmes », débute le rap­port. L’enquête a été menée de sep­tembre 2021 à juin 2022, et regroupe des entre­tiens réa­li­sés auprès de 90 femmes et 11 jeunes filles, âgées de 14 à 74 ans, et habi­tantes de 20 des 34 pro­vinces afghanes. Causette résume ce rap­port en points clés. 

Bannies de l'école

« Pour les femmes en Afghanistan, c’est la mort à petit feu », assure Adila, jour­na­liste. Globalement, les règles impo­sées par les Talibans visent à exclure presque tota­le­ment les Afghanes de la vie publique, pour les enfer­mer chez elles. Les auto­ri­tés conti­nuent notam­ment d’éroder leur accès à l’éducation. Interdites de retour­ner étu­dier après la prise de Kaboul en août 2021, elles pen­saient pou­voir retrou­ver les bancs de l’école le 23 mars 2022, quand les Talibans sem­blaient enclin à le per­mettre pour le niveau secon­daire. Mais le jour même, alors qu’elles voyaient déjà leurs rêves d’émancipation pos­sibles, les col­lé­giennes et lycéennes ont fina­le­ment été ren­voyées chez elles pour un « pro­blème tech­nique » lié à leurs uniformes. 

Lire aus­si : Afghanistan : les col­lèges et lycées pour filles referment quelques heures seule­ment après leur réouverture

« J’étais tel­le­ment impa­tiente de retour­ner à l’école, mais ils ne nous ont pas lais­sées entrer. Les Talibans nous ont dit que nous devrions attendre une pro­chaine annonce, et ren­trer chez nous. Qu’est-ce que je peux faire de ma vie à l’intérieur de ma mai­son ? Si je ne peux pas deve­nir infir­mière, doc­teur, artiste, ingé­nieure, qui vais-​je deve­nir ? », se lamente auprès d'Amnesty Fawzia, 17 ans. Fatima, pro­fes­seure de 25 ans au lycée témoigne du sen­ti­ment de décou­ra­ge­ment res­sen­ti par ses élèves : « Ces jeunes filles vou­laient juste avoir un futur, et main­te­nant, elles ne voient aucun futur devant elles. » 

Le rap­port révèle éga­le­ment qu’au niveau uni­ver­si­taire, les étu­diantes doivent affron­ter le har­cè­le­ment des Talibans et faire face à de mul­tiples res­tric­tions sur leurs com­por­te­ments, leurs vête­ments et les oppor­tu­ni­tés qui leur sont offertes. Elles évo­luent dans un cli­mat si hasar­deux et désa­van­ta­geux que beau­coup de jeunes étu­diantes ont déci­dé de ne plus se rendre à l’université ou de ne sim­ple­ment pas s’inscrire, vu les pers­pec­tives de car­rière si limi­tées. « Imaginez. Vous étu­diez le jour­na­lisme en sachant que vous ne pour­rez pas tra­vailler en tant que jour­na­liste. J’ai trou­vé que c’était inutile d’étudier si je ne suis pas auto­ri­sée à faire ce que j’aime, donc j’ai quit­té l’université », se résigne Metra, une étu­diante de 21 ans en jour­na­lisme à Kaboul. 

7853084494 6acdd6be20 b
© Flickr
Empêchées de tra­vailler et de se mouvoir

Les femmes qui sont la prin­ci­pale source de reve­nu de leur famille font face à d'innombrables obs­tacles dans le milieu du tra­vail et se retrouvent sou­vent dans des situa­tions déses­pé­rées. « Quand Nangarhar [pro­vince de l'Est de l'Afghanistan, ndlr] est tom­bée, mon bureau a fer­mé, car les hommes et les femmes ne sont pas auto­ri­sés à tra­vailler ensemble. [Ma famille] a pas­sé deux semaines sans nour­ri­ture. Avant, je n’aurais jamais ima­gi­né que nous n’aurions pas de nour­ri­ture dans nos assiettes », se désole Farida, employée de bureau. Des employées du minis­tère afghan des Finances ont d’ailleurs racon­té le 18 juillet avoir reçu des appels de res­pon­sables exi­geant d'elles de lais­ser des hommes, et plus pré­ci­sé­ment les membres mas­cu­lins de leurs familles, occu­per leur propre poste. « Les femmes qui tra­vaillaient en tant que pro­fes­seures, jour­na­listes, employées d’ONG, fonc­tion­naires… Elles sont chez elles, et se sentent comme si elles n'étaient plus rien… En plus de leur reve­nu, elles ont per­du leur digni­té », s’indigne Huma, employée dans une ONG. 

Lire aus­si : Afghanistan : les tali­bans demandent aux femmes de trou­ver des hommes pour les rem­pla­cer au travail

Ces contraintes dans la sphère du tra­vail s'ajoutent aux res­tric­tions alar­mantes sur les dépla­ce­ments des Afghanes. Le pou­voir en place réprime de façon expo­nen­tielle leur liber­té de mou­ve­ment. En décembre 2021, le Ministère de la Vice et de la Vertu a déli­vré une direc­tive deman­dant aux femmes d’être obli­ga­toi­re­ment accom­pa­gnées d’un mah­ram, un cha­pe­ron mas­cu­lin, pour les tra­jets de plus de 72 km. : « Nous sommes en cage. Les Talibans ont fait de l’Afghanistan une pri­son pour toutes les femmes Afghanes », déclare Sorayah, étu­diante de 16 ans.

Contraintes de cou­vrir leur visage en public

Pire, le 7 mai 2022, le Ministère a sti­pu­lé que les femmes devaient désor­mais cou­vrir leurs visages en public et ne quit­ter leur foyer qu’en cas de besoin. Les com­pa­gnies aériennes doivent éga­le­ment empê­cher les femmes non-​accompagnées d’un mah­ram de voya­ger seules, et elles ont été inter­dites d’obtention de per­mis de conduire. Pour beau­coup de femmes inter­ro­gées, le sys­tème même de mah­ram nor­ma­lise et pro­page la miso­gy­nie dans tout le pays, puisqu'il creuse la dif­fé­ren­cia­tion entre les fils et les filles, pour qui les pères doivent sacri­fier du temps pour ser­vir de cha­pe­ron. « Tout ce que je vois, ce sont des murs autour de moi. Je ne peux même plus sor­tir de chez moi. Est-​ce vrai­ment une vie ? », déses­père Zohra, avocate. 

Lire aus­si : Afghanistan : les tali­bans imposent le voile inté­gral aux femmes

Le sys­tème d’aide face aux vio­lences de genre anéanti

Le rap­port d’Amnesty indique que l’arrivée des Talibans au pou­voir a pro­vo­qué l’effondrement du sys­tème asso­cia­tif natio­nal mis à dis­po­si­tion des femmes vic­times de vio­lences de genre. Ce réseau com­pre­nait la prise en charge médi­cale, juri­dique et psy­cho­lo­gique des sur­vi­vantes de vio­lences, ain­si que l’accompagnement spé­cia­li­sé et l'aide pour obte­nir un loge­ment d'urgence. Le régime en place s’est appro­prié ces loge­ments, a har­ce­lé et mena­cé les volon­taires de ces réseaux, et a for­cé de nom­breuses vic­times à retour­ner chez elles, à vivre dans la rue ou dans des condi­tions catastrophiques. 

Les Talibans ont éga­le­ment libé­ré plus de 3000 déte­nus de pri­sons, pour la plu­part incul­pés pour des infrac­tions de vio­lences de genre. Zeenat a fui son mari et ses frères vio­lents. Elle vivait dans un abri avec d’autres femmes vic­times. Après la fer­me­ture du loge­ment asso­cia­tif, elle a été contrainte de se cacher. « Nous sommes par­ties seule­ment avec les vête­ments que nous por­tions. Mon frère est mon enne­mi, mon mari est mon enne­mi. S’il me voit, moi ou mes enfants, il nous tue­ra. Je suis sûre qu’ils me cherchent puisqu'ils savent que l’abri a fermé. »

Détentions arbi­traires et tortures

À la moindre vio­la­tion des poli­tiques dis­cri­mi­na­toires mises en place, les femmes sont arrê­tées et déte­nues. Si elles sont aper­çues en public sans mah­ram, si elles ne sont pas inté­gra­le­ment voi­lées, ou si elles sont attra­pées en train de fuir un mari violent, les femmes peuvent être accu­sées du crime ambigüe de « cor­rup­tion morale ». Selon Amnesty, une étu­diante a été mena­cée, frap­pée et enfer­mée cette année après avoir été arrê­tée sur la base de charges liées à l’absence de mah­ram. « [Les membres des tali­bans] ont com­men­cé à m’administrer des décharges élec­triques […] sur les épaules, le visage, le cou, par­tout où ils pou­vaient […] Ils me trai­taient de pros­ti­tuée [et] de garce […] Celui qui tenait le pis­to­let a dit "Je vais te tuer et per­sonne ne pour­ra retrou­ver ton corps" », décrit-​elle. Pour la jeune femme, cette déten­tion la stig­ma­ti­se­ra à vie. « Pour une fille Afghane, aller en pri­son n’est rien de moins que mou­rir. Une fois que vous pas­sez le pas de la porte, vous êtes éti­que­tée, et vous ne pou­vez pas l’effacer. »

Lire aus­si : Afghanistan : une ving­taine de femmes mani­festent pour leurs droits

Les Afghanes n’ont plus de droit d’expression ou de liber­té d’association. Les femmes tentent pour­tant de com­battre la répres­sion induite par les Talibans en mani­fes­tant paci­fi­que­ment leur oppo­si­tion. Une mani­fes­tante incar­cé­rée pen­dant dix jours cette année dépeint son trai­te­ment en déten­tion : « [Les gar­diens tali­bans] n’arrêtaient pas de venir dans ma cel­lule pour me mon­trer des images de ma famille. Ils répé­taient sans cesse […] "Nous pou­vons les tuer tous, et tu ne seras pas capable de faire quoi que ce soit […] Ne pleure pas, ne fais pas de scène. Après avoir mani­fes­té, tu aurais dû t’attendre à connaître des jour­nées comme celle-ci". »

Détenues dans des condi­tions désas­treuses et sans accès à l’eau ou à la nour­ri­ture, une dizaine de femmes retracent les vio­lences phy­siques, ver­bales et psy­cho­lo­giques que les gardes des pri­sons leur ont fait subir, et les stra­té­gies employées pour que leurs bles­sures ne soient pas visibles : « Ils nous ont frap­pées sur les seins et entre les jambes. Ils ont fait cela pour que nous ne puis­sions pas le mon­trer au monde. » Pour être libé­rées, elles doivent signer des décla­ra­tions pour garan­tir que ni elles ni les membres de leur famille ne mani­fes­te­ront plus, ni ne s’exprimeront publi­que­ment sur leur expé­rience en déten­tion. Le 30 mai, le Ministre des Affaires étran­gères Amir Khan Mutaqqi affir­mait pour­tant : « Dans les neuf der­niers mois, aucune femme n’a été empri­son­née dans les pri­sons afghanes pour cause d’opposition poli­tique ou de désac­cord avec le gouvernement. »

Explo­sion des mariages forcés 

L’enquête d’Amnesty, cor­ro­bo­rée par les recherches d’organisations pré­sentes en Afghanistan, montre que le nombre de mariages d’enfants, de mariages pré­coces et de mariages for­cés a explo­sé sous le régime tali­ban. En cause : les crises éco­no­mique et huma­ni­taire qui conti­nuent de se creu­ser, l’absence d’opportunité sco­laire et pro­fes­sion­nelle pour les jeunes filles, la volon­té pour les familles de marier leurs filles à des Talibans ou de jus­te­ment les pro­té­ger des Talibans en les mariant à d’autres hommes. « Quand les poli­tiques des Talibans excluent les femmes et les filles de la socié­té, induisent de l’incertitude et de la peur dans les com­mu­nau­tés et empêchent les filles d’aller à l’école, les familles vul­né­rables voient le mariage for­cé de leurs filles comme la seule option », explique Basir Mohammadi, direc­teur régio­nal de l’ONG Too Young to Wed

De nom­breux témoi­gnages de parents afghans ayant marié de force leurs filles invoquent en pre­mier lieu les dif­fi­cul­tés finan­cières. Momin, un père de 35 ans ori­gi­naire de la pro­vince de Badghis, raconte que, pour payer ses dettes aux auto­ri­tés après avoir ten­té de fuir le pays, il a été contraint d’arranger le mariage de sa fille Najla, 7 ans, à un homme du vil­lage voi­sin de 40 ans pour 120 000 Afghani (1 350$). « Qui veut faire cela à ses enfants ? Je n’avais pas d’autre choix… Je savais qu’elle allait souf­frir. […] La pau­vre­té vous fait faire des choses que vous n’avez jamais ima­gi­né dans votre vie. Je ne suis pas le seul de mon quar­tier à avoir fait ça. Je connais dix per­sonnes qui ont ven­du leurs filles pour nour­rir leurs autres enfants », s'afflige-t-il.

Un appel urgent à l’aide internationale 

« Le monde n’entend pas et ne voit pas ce qu’il nous arrive, car ils ne sont pas affec­tés direc­te­ment. Ils com­pren­draient seule­ment si ça leur arri­vait aus­si », s’attriste Jamila, direc­trice d’une école. Dans son rap­port, Amnesty est caté­go­rique : la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale doit mon­trer aux femmes et aux filles afghanes qu’elle entend leur détresse, pour agir au plus vite. Face à l’urgence de la situa­tion, l’ONG appelle les États et les orga­ni­sa­tions inter­na­tio­nales à envoyer un mes­sage clair et coor­don­né au régime tali­ban pour leur faire com­prendre que leur poli­tique actuelle envers les femmes est tout sauf acceptable. 

Amnesty recom­mande de réflé­chir à des leviers qui pour­raient influen­cer le com­por­te­ment des auto­ri­tés sans nuire à la popu­la­tion afghane, avec des sanc­tions ciblées ou des inter­dic­tions de voyages. Selon l'organisation, les pays dona­teurs doivent ripos­ter en prio­ri­té face aux crises huma­ni­taire et éco­no­mique, qui ravagent l'Afghanistan et ébranlent direc­te­ment les droits des femmes et des filles. L'ONG pré­co­nise par exemple de ren­for­cer les sys­tèmes d’aide huma­ni­taire et de sou­tien finan­cier, avec la coor­di­na­tion des agences, des acti­vistes, et des orga­ni­sa­tions pré­sentes dans le pays. « Si la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale s’abstient d’agir, elle aban­don­ne­ra les femmes et les filles d’Afghanistan, et fra­gi­li­se­ra les droits par­tout ailleurs », signale Agnès Callamard, secré­taire géné­rale d’Amnesty International.

Lire aus­si : Afghanistan : pour la pre­mière fois, une vague de soli­da­ri­té mas­cu­line envers les femmes

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
commentaires