fbpx
capture decran 2022 05 27 a 18.22.55
© Capture d'écran TOLOnews, 23 mai 2022

Afghanistan : pour la pre­mière fois, une vague de soli­da­ri­té mas­cu­line envers les femmes

ÉDITO. C’est un geste de soli­da­ri­té inédit. Comme plu­sieurs de ses col­lègues, Nisar Nabil porte un masque chi­rur­gi­cal noir sur son visage ce lun­di 23 mai, pour pré­sen­ter le jour­nal sur TOLOnews, l’une des prin­ci­pales chaînes télé­vi­sées indé­pen­dantes d’Afghanistan. N’y voyez pas là un geste de pré­cau­tion sani­taire, mais bien un véri­table signe de pro­tes­ta­tion contre le régime des tali­bans et les res­tric­tions qu’ils imposent aux jour­na­listes afghanes depuis le 21 mai der­nier. Dans la rue comme à l’antenne, elles sont désor­mais contraintes, par la cha­ria, de por­ter un voile inté­gral lais­sant uni­que­ment voir leurs yeux et leur front.

Le soir même de l’instauration de cette loi, une poi­gnée d’entre elles avait bien ten­té, pour­tant, de défier les tali­bans. Apparaissant le visage nu, un simple fou­lard sur leurs che­veux. Dès le len­de­main, la pres­sion que le régime a fait peser sur leur rédac­tion, les mena­çant de perdre leur emploi, a eu rai­son de leur résis­tance. Si elles veulent pou­voir conti­nuer d’exercer, les pré­sen­ta­trices n’ont plus d’autre choix que de se couvrir.

En réac­tion à cette révo­lu­tion fémi­nine avor­tée par la force, les pré­sen­ta­teurs ont, à l’image du visage caché de leurs consoeurs, por­té à l’antenne des masques noirs dès le lun­di 23 mai. Des masques qui ont rapi­de­ment pro­vo­qué une vague de soli­da­ri­té mas­cu­line. Il aura fal­lu moins d’une semaine pour que cette der­nière déferle un peu par­tout en Afghanistan, sous le hash­tag #free­her­face (libé­rez leur visage), repris ensuite par nombre de jour­na­listes du monde entier.

Lire aus­si : Afghanistan : après avoir défié les tali­bans, les pré­sen­ta­trices télé se couvrent fina­le­ment le visage à l’antenne

L’action peut sem­bler vaine. Il n’y a qu’à voir l’érosion des droits des femmes et des filles depuis neuf mois pour se per­sua­der de la volon­té des tali­bans : invi­si­bi­li­ser tota­le­ment et défi­ni­ti­ve­ment les femmes de l’espace public. Mais ce sou­tien mas­cu­lin inat­ten­du porte un mes­sage fort. Enfin, la condi­tion des femmes en Afghanistan semble sus­ci­ter une prise de conscience. De l’intérieur même du pays et de la part des hommes, pour­tant peu nom­breux à mani­fes­ter pour les droits des femmes et des filles depuis le retour des tali­bans en août dernier.

Si la route peut encore sem­bler longue – les tali­bans ont reje­té, ven­dre­di 26 mai, l’appel du Conseil de sécu­ri­té de l’ONU à reve­nir sur les res­tric­tions impo­sées aux femmes – on peut espé­rer que cette vague de soli­da­ri­té en entraî­ne­ra d’autres. Qui sait, mises bout à bout, elles pour­raient deve­nir la tem­pête qui ren­ver­se­ra le régime. 

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
tete d une statue se trouvant au temple d hatchepsout deir el bahari egypte

Hatshepsout, Madame le pharaon

Hatshepsout, qui régna sur l’Égypte au XVe siècle avant notre ère, n’est pas la première reine connue, mais la première à avoir laissé de nombreux témoignages de son influence.