Magazine n°145 – Juin 2023

Cauette 145 COUV web sanscode
© Marie Rouge
ÉDITO

C’est un pays meurtri qui ne parvient pas à se soigner. Au sens le plus trivial du verbe. Le Liban, ami de cœur de toujours, va mal. C’est peu de le dire. Vous le lirez dans ce numéro, à travers un reportage poignant sur le désarroi des Libanais·es, qui, traumatisé·es par la crise et l’explosion de leur port, à Beyrouth à l’été 2020, vivent un enfer psychique sans pouvoir y remédier, faute de médecins et de médicaments.
En lisant ces lignes, l’empathie qui nous saisit est telle qu’elle questionne. Car, à bien y regarder, le monde entier n’est-il pas en PLS ? Qui, aujourd’hui sur cette planète, peut affirmer sans sourciller qu’il·elle va parfaitement bien, merci ? Les crises sont multiples, transversales et profondes. Et penser le futur donne des sueurs froides, à moins de se coller vingt gouttes de CBD dans le gosier.
Toute la France s’est ruée sur la série En thérapie, saisons 1 et 2, dans une vaine tentative de consolation par procuration sur le divan de ce bon vieux docteur Dayan. Nous rêvons toutes et tous de perfusions quotidiennes de Xanax en pleu- rant sur la perspective de trimer jusqu’à 64 piges dans un monde à 50 degrés. Mais Dayan reste une fiction et la psychiatrie s’est rarement aussi mal portée. Nicolas Philibert a eu beau remporter l’Ours d’or à Berlin pour son documentaire sur la folie à haute teneur en humanité (Sur l’Adamant), dans les couloirs des HP, on tire la langue. Pas fou, lui, Emmanuel Macron a applaudi des deux mains cette prestigieuse distinction germanique, n’oubliant pas de saluer « ses héros, les patients et soignants du monde psychiatrique » tout comme leur « humanité » et leur « engagement ». Un hommage qui serait touchant s’il ne cachait une certaine hypocrisie. Depuis des années, les professionnel·les de la santé mentale dénoncent une situation plus que critique : baisse des capacités d’accueil dans les hôpitaux publics, délais interminables pour un premier rendez-vous dans un centre médico-psychologique, pédopsychiatrie sinistrée, manque de lits aux urgences, carences de personnel... Pendant ce temps-là, les troubles anxieux et les risques suicidaires augmentent chez les jeunes depuis la pandémie.
Quand le monde devient fou, il faut accompagner, écouter, rassurer, envelop- per, consoler. Prendre soin des âmes relève de l’urgence. Car nous dansons sur un champ de mines. Quand tout s’effondre, ne reste que l’humanité.

Causette

Extraits du numéro
2M45X0A

Vélo : l’émancipation par la culotte

Au XIXe siècle, le bloomer, un pantalon court surmonté d’une jupe, a participé à la libération des femmes. Essuyant les moqueries et les insultes, la militante féministe Amelia Bloomer le porta avec fierté… Grâce à lui, les femmes ont pu enfin enfourcher un vélo sans danger !
Lire l'article

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accompagner les combats qui vous animent, en faisant un don pour que nous continuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
Partager
Articles liés
CAUSETTE 122 COUV web nocode

Magazine n° 122 – Mai 2021

Édito Ça approche. Dans un an exactement nous serons en mai 2022, et le temps sera venu de voter pour l’élection présidentielle. En attendant, il y a le Covid-19, l’envie de sortir de cette crise au plus vite, de plonger de plain-pied dans les...

CAUSETTE 124 COUV HD

Magazine n° 124 – juillet-​août 2021

ÉDITO And the winneuse is…Alice Coffin ! Alors que nous écrivons ces lignes, le flamboyant jury de notre prix de l’essai féministe Causette 2021 vient de délibérer. Et, pour cette deuxième édition, il a choisi de récompenser Le Génie...

144 COUV HD SANS CODE

Magazine n°144 – Mai 2023

ÉDITO Citer du Taubira dans le texte fait toujours zizir. Alors, pourquoi se priver ? Faut dire que l’occasion est trop belle. Dans Causette, ce mois-ci, c’est chapeau pointu et cotillons arc-en-ciel pour tout le monde. Car, oui, c’est avec une joie...

HS10 couverture Causette © Causette

On nous prend pour des quiches !

Hors-série n° 10 - été 2019 ÉDITO Boustifaille temporelle. Ça a commencé il y a quarante mille ans, en gros. À l’époque, nous, les filles (et pas mal de garçons), on nous prenait pour des flans d’aurochs (une pâte de baies mélangée à des tripes...