Capture d’écran 2023 05 10 à 11.48.24
Daria Serenko © CHLOÉ SHARROCK/MYOP

La badass du mois : Daria Serenko, fémi­niste russe en lutte contre Poutine et sa guerre en Ukraine

À 30 ans, la poé­tesse russe exi­lée en Géorgie est une figure majeure de l'engagement fémi­niste des Russes contre la guerre que mène Vladimir Poutine en Ukraine.

Figure majeure de l’engagement fémi­niste contre l’invasion de l’Ukraine et Vladimir Poutine, la poé­tesse russe Daria Serenko, 30 ans, est l’une des cofon­da­trices du mou­ve­ment Résistance fémi­niste anti­guerre (FAS). Né dans la clan­des­ti­ni­té au len­de­main de l’entrée des troupes russes sur le ter­ri­toire ukrai­nien, le FAS réunit quarante-​cinq asso­cia­tions russes, aux­quelles s’ajoutent des dizaines de mili­tantes ano­nymes. Sans comp­ter celles qui ont dû s’exiler. C’est le cas de Daria Serenko, qui vit aujourd’hui à Tbilissi, en Géorgie.

Elle n’en est pas à son pre­mier fait d’armes : déjà, en 2016, elle avait lan­cé l’action #tikhiy­pi­ket (#Manifestationsilencieuse). Lors de ses tra­jets en trans­ports en com­mun mos­co­vites, elle arbo­rait une pan­carte à mes­sage enga­gé et dis­cu­tait de son conte­nu avec les autres passager·ères. Une action relayée par d’autres femmes, sou­vent étu­diantes. Depuis, les mou­ve­ments fémi­nistes russes n’ont ces­sé de gros­sir : les mili­tantes du FAS orga­nisent ain­si à leurs risques et périls des opé­ra­tions com­man­do, comme celle qui a consis­té, au prin­temps 2022, à ins­tal­ler, de nuit, deux mille mémo­riaux dans le pays en hom­mage aux mort·es de Marioupol (Ukraine).

Mais la répres­sion envers les acti­vistes est vio­lente : « Je suis une délé­guée de beau­coup de femmes mili­tantes russes qui sont obli­gées de se cacher le visage. Elles agissent sous terre », confiait Daria Serenko, de pas­sage à Paris en avril à la librai­rie Utopia, insis­tant sur le fait que « la vio­lence d’État et la vio­lence de genre sont extrê­me­ment liées ». La poé­tesse, elle-​même empri­son­née en Russie en février 2022 pour avoir publié sur son compte Instagram le logo de la Fondation anti­cor­rup­tion créée par l’opposant Alexeï Navalny, avait à l’époque réus­si à fuir son pays dégui­sée… en livreuse de repas.

Lire aus­si l Daria Serenko, fémi­niste russe et oppo­sante à Poutine : « la vio­lence d’État et la vio­lence de genre sont extrê­me­ment liées »

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés
logo ccausette

Article test

In his trac­ti­bus navi­ge­rum nus­quam visi­tur flu­men sed in locis plu­ri­mis aquae suapte natu­ra calentes emer­gunt ad usus aptae mul­ti­pli­cium mede­la­rum. verum has quoque regiones pari sorte Pompeius Iudaeis Quo cogni­to Constantius ultra...

toddler sitting on desk

Lettre à la sco­la­ri­sa­tion obli­ga­toire : « Tout le monde apprend, natu­rel­le­ment, par­tout, tout le temps et for­cer cet appren­tis­sage n'a pas de sens »

Alors qu'Emmanuel Macron envisage de réduire drastiquement les possibilités d'instruction à domicile dans le cadre du projet de loi de lutte contre les séparatismes, Auriane, 20 ans et vivant à Paris, s’adresse à la scolarisation obligatoire...