Jeny Bonsenge : la prof de danse qui libère les petites filles

Une blondinette de 9 ans en totale synchro avec Jeny, sa prof de danse afro, sur une choré de gangster congolais. La vidéo, virale, a fait LE buzz de la fin 2019. Derrière l’iconique duo, un projet : enseigner ce style aux enfants, et notamment aux petites filles noires, comme moyen de s’imposer dans la vie. Reportage.

108 jeny bonsenge 4
Jeny Bonsenge et la petite Anaé. © Alice Khol pour Causette

Devant le miroir de la salle d’entraînement, on ne s’attend pas à ce que ces petits bouts de 6 ans, en tee-​shirt licornes et barrettes à paillettes, se mettent à danser en chantant de leurs voix aiguës « ON LES GÈRE ! ON LES TRAUMATISE », comme si elles voulaient impressionner un·e adversaire imaginaire. Leur professeure, Jeny Bonsenge, n’a pourtant pas encore lancé la chanson de la chorégraphie – Control, de Fally Ipupa, star de la rumba congolaise. Tous les mercredis, dans un entrepôt du centre de Bruxelles (Belgique), elle enseigne aux enfants sa spécialité, l’afrohouse. Un mix entre différents styles de danse : « Le kuduro, originaire d’Angola, très rapide. Les gestes plus agressifs de Côte d’Ivoire. Le coupé décalé… et un peu de hip-​hop », explique la danseuse.En ce moment, elle les fait travailler sur le « thème du Congo », son pays d’origine (en fait la République démocratique du Congo, RDC). Sur le mur de la pièce trône un immense drapeau noir avec le continent africain. Nous sommes à Afrohouse Belgium, la première école 100 % consacrée à la danse afro en Belgique. 

Jeny a fondé l’institution à 26 ans. Jusqu’ici, elle enseignait à droite à gauche, dans des classes à travers toute la Belgique. Le jour de l’inauguration, le 13 octobre 2019, elle ne s’attend pas au curieux destin qui lui tombe dessus. Jeny termine alors son cours en réalisant, comme elle en a l’habitude, une petite vidéo de la choré qu’elle vient d’enseigner. Elle se filme avec sa petite protégée : Anaé, une blondinette de 9 ans, prodige inattendu de l’afro, qu’elle a rencontrée lors d’un cours à Charleroi. Depuis, elles ne se lâchent plus. Comme souvent, Jeny poste leur vidéo sur les réseaux sociaux. Comme toujours, le duo est en totale synchronisation. Cette fois-​ci, elles « s’enjaillent » – d’après les mots d’Anaé – sur[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

 

identifiez-vous pour lire le contenu

Ou

Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois

Partager
Écrit par
Articles liés
Capture d’écran 2020 02 03 à 11.10.21

Sexy Sextagram et podculs sensibles

La libération sexuelle se fait aussi beaucoup grâce à Instagram et les podcasts. Petite revue de comptes à suivre et de créations sonores à écouter.  @jemenbatsleclito Elle est cash et drôle, Camille Aumont Carnel. Dépitée par des...