fbpx

Jeny Bonsenge : la prof de danse qui libère les petites filles

Une blon­di­nette de 9 ans en totale syn­chro avec Jeny, sa prof de danse afro, sur une cho­ré de gang­ster congo­lais. La vidéo, virale, a fait LE buzz de la fin 2019. Derrière l’iconique duo, un pro­jet : ensei­gner ce style aux enfants, et notam­ment aux petites filles noires, comme moyen de s’imposer dans la vie. Reportage.

108 jeny bonsenge 4
Jeny Bonsenge et la petite Anaé. © Alice Khol pour Causette

Devant le miroir de la salle d’entraînement, on ne s’attend pas à ce que ces petits bouts de 6 ans, en tee-​shirt licornes et bar­rettes à paillettes, se mettent à dan­ser en chan­tant de leurs voix aiguës « ON LES GÈRE ! ON LES TRAUMATISE », comme si elles vou­laient impres­sion­ner un·e adver­saire ima­gi­naire. Leur pro­fes­seure, Jeny Bonsenge, n’a pour­tant pas encore lan­cé la chan­son de la cho­ré­gra­phie – Control, de Fally Ipupa, star de la rum­ba congo­laise. Tous les mer­cre­dis, dans un entre­pôt du centre de Bruxelles (Belgique), elle enseigne aux enfants sa spé­cia­li­té, l’afrohouse. Un mix entre dif­fé­rents styles de danse : « Le kudu­ro, ori­gi­naire d’Angola, très rapide. Les gestes plus agres­sifs de Côte d’Ivoire. Le cou­pé déca­lé… et un peu de hip-​hop », explique la danseuse.En ce moment, elle les fait tra­vailler sur le « thème du Congo », son pays d’origine (en fait la République démo­cra­tique du Congo, RDC). Sur le mur de la pièce trône un immense dra­peau noir avec le conti­nent afri­cain. Nous sommes à Afrohouse Belgium, la pre­mière école 100 % consa­crée à la danse afro en Belgique. 

Jeny a fon­dé l’institution à 26 ans. Jusqu’ici, elle ensei­gnait à droite à gauche, dans des classes à tra­vers toute la Belgique. Le jour de l’inauguration, le 13 octobre 2019, elle ne s’attend pas au curieux des­tin qui lui tombe des­sus. Jeny ter­mine alors son cours en réa­li­sant, comme elle en a l’habitude, une petite vidéo de la cho­ré qu’elle vient d’enseigner. Elle se filme avec sa petite pro­té­gée : Anaé, une blon­di­nette de 9 ans, pro­dige inat­ten­du de l’afro, qu’elle a ren­con­trée lors d’un cours à Charleroi. Depuis, elles ne se lâchent plus. Comme sou­vent, Jeny poste leur vidéo sur les réseaux sociaux. Comme tou­jours, le duo est en totale syn­chro­ni­sa­tion. Cette fois-​ci, elles « s’enjaillent » – d’après les mots d’Anaé – sur[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Écrit par
Articles liés