fbpx

Jeny Bonsenge : la prof de danse qui libère les petites filles

Une blon­di­nette de 9 ans en totale syn­chro avec Jeny, sa prof de danse afro, sur une cho­ré de gang­ster congo­lais. La vidéo, virale, a fait LE buzz de la fin 2019. Derrière l’iconique duo, un pro­jet : ensei­gner ce style aux enfants, et notam­ment aux petites filles noires, comme moyen de s’imposer dans la vie. Reportage.

108 jeny bonsenge 4
Jeny Bonsenge et la petite Anaé. © Alice Khol pour Causette

Devant le miroir de la salle d’entraînement, on ne s’attend pas à ce que ces petits bouts de 6 ans, en tee-​shirt licornes et bar­rettes à paillettes, se mettent à dan­ser en chan­tant de leurs voix aiguës « ON LES GÈRE ! ON LES TRAUMATISE », comme si elles vou­laient impres­sion­ner un·e adver­saire ima­gi­naire. Leur pro­fes­seure, Jeny Bonsenge, n’a pour­tant pas encore lan­cé la chan­son de la cho­ré­gra­phie – Control, de Fally Ipupa, star de la rum­ba congo­laise. Tous les mer­cre­dis, dans un entre­pôt du centre de Bruxelles (Belgique), elle enseigne aux enfants sa spé­cia­li­té, l’afrohouse. Un mix entre dif­fé­rents styles de danse : « Le kudu­ro, ori­gi­naire d’Angola, très rapide. Les gestes plus agres­sifs de Côte d’Ivoire. Le cou­pé déca­lé… et un peu de hip-​hop », explique la danseuse.En ce moment, elle les fait tra­vailler sur le « thème du Congo », son pays d’origine (en fait la République démo­cra­tique du Congo, RDC). Sur le mur de la pièce trône un immense dra­peau noir avec le conti­nent afri­cain. Nous sommes à Afrohouse Belgium, la pre­mière école 100 % consa­crée à la danse afro en Belgique. 

Jeny a fon­dé l’institution à 26 ans. Jusqu’ici, elle ensei­gnait à droite à gauche, dans des classes à tra­vers toute la Belgique. Le jour de l’inauguration, le 13 octobre 2019, elle ne s’attend pas au curieux des­tin qui lui tombe des­sus. Jeny ter­mine alors son cours en réa­li­sant, comme elle en a l’habitude, une petite vidéo de la cho­ré qu’elle vient d’enseigner. Elle se filme avec sa petite pro­té­gée : Anaé, une blon­di­nette de 9 ans, pro­dige inat­ten­du de l’afro, qu’elle a ren­con­trée lors d’un cours à Charleroi. Depuis, elles ne se lâchent plus. Comme sou­vent, Jeny poste leur vidéo sur les réseaux sociaux. Comme tou­jours, le duo est en totale syn­chro­ni­sa­tion. Cette fois-​ci, elles « s’enjaillent » – d’après les mots d’Anaé – sur[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Écrit par
Articles liés
HS11 eve ensler 2

Eve Ensler : le mono­logue du pardon

La dramaturge poursuit son combat contre les violences faites aux femmes en publiant Pardon. Une lettre d’excuse qu’elle aurait voulu que son père, qui l’a abusée et battue, lui adresse.