fbpx
jqm lafon 2
© Jan Quirin Maschinki pour Causette

Chirurgie esthé­tique : injec­tion ou injonction ?

« Bistouri or not bis­tou­ri ? » Telle est la ques­tion, pour bien des femmes, fémi­nistes, qui com­battent les dik­tats de beau­té. Pour cer­taines, cela vire par­fois au dilemme cornélien. 

« D’un côté, je me dis : “Ça ne te res­semble pas, la chi­rur­gie esthé­tique, ça n’est plus toi.” De l’autre, je pense qu’il faut aus­si savoir entendre sa propre souf­france. » Marie-​Ève a réa­li­sé une pre­mière réduc­tion mam­maire à 18 ans. Aujourd’hui, à 30 ans, la ques­tion se pose à nou­veau pour elle, car ses seins, avec le temps et les fluc­tua­tions hor­mo­nales, ont beau­coup regros­si. « C’est ma phy­sio­lo­gie », explique-​t-​elle. Sauf qu’entre-temps, un autre chan­ge­ment pro­fond a ébran­lé la jeune femme. Elle est deve­nue fémi­niste. De quoi com­pli­quer le tableau. « Mais est-​ce qu’être fémi­niste, ça ne consiste pas jus­te­ment à être en accord avec son corps ? Et si oui, de quelle manière ? Avec son corps “intact” ou avec un corps que l’on aurait embel­li pour mieux en prendre soin, pour l’aimer un peu plus ? »

Il y a celles qui se prennent la tête et celles qui refusent tout état d’âme. À 52 ans, Lyliane est une multirécidiviste[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
woman in red jersey figurine

Féminicides : com­ment les recenser ?

En annonçant qu'elle cessait de relayer le décompte des féminicides conjugaux effectué depuis six ans par le collectif Féminicides par Compagnon ou Ex, l'association Nous Toutes met en lumière la question cruciale du comptage des féminicides en...