fbpx

Clitoris : ces profs qui en ont

Si le cli­to­ris se donne désor­mais à voir en 3D et en entier, cer­tains profs de SVT ne l’ont pas atten­du pour dépous­sié­rer des pro­grammes peu por­tés sur le plai­sir fémi­nin. Causette a ren­con­tré ces ensei­gnants qui, au col­lège comme au lycée, titillent la morale et osent le cli­to.

HS5 prof clito 02
© E.Soyer

Alexandre Magot, 37 ans, est l’un des fon­da­teurs du site SVT-​égalité qui par­tage des outils pour pro­mou­voir un ensei­gne­ment de cette matière plus éga­li­taire et moins nor­ma­tif. Alors, for­cé­ment, le cli­to­ris a trou­vé une place de choix dans la banque de don­nées du site. Nous avons contac­té par Skype ce prof de SVT au lycée fran­çais de Barcelone pour échan­ger sur sa manière de par­ler du plai­sir fémi­nin avec les élèves. « On a mis deux ans pour trou­ver quelqu’un sus­cep­tible de des­si­ner cor­rec­te­ment des appa­reils géni­taux ! Nous n’étions pas aidés par les manuels sco­laires puisque aucun d’entre eux ne four­nit de sché­mas cor­rects : soit le cli­to­ris y est tota­le­ment absent, soit seul le gland est repré­sen­té. » Du coup, des planches (de salut) avec un cli­to­ris com­plet 1 sont main­te­nant dis­po­nibles en télé­char­ge­ment gra­tuit sur le site de SVT-​égalité.

Autocensure

Alexandre confie les craintes de cer­tains ensei­gnants d’être hors pro­gramme, mais sur­tout leurs dif­fi­cul­tés per­son­nelles à abor­der le plai­sir au tra­vers du sujet cli­to­ris. « Il y a beau­coup d’autocensure chez les profs, qui anti­cipent des attaques pos­sibles de parents d’élèves ou de leur direc­tion. » Il est tou­te­fois per­sua­dé qu’on peut conser­ver la « cas­quette science » et abor­der le plai­sir tout en[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
119  SYNDROME DE L IMPOSTEUR 6  © Camille Besse

Coaching pri­vé pour bien win­ner

Jessica Bennett, journaliste spécialiste du genre au New York Times et autrice du Manuel de survie à l’usage des working girls, a accepté d’être notre coach en confiance au boulot.