Suicide de Dinah Gonthier : « Notre devoir est de dire à nos enfants de ne pas harceler »

Ce mois-​ci, l'autrice fémi­niste Axelle Jah Njiké revient sur l'affaire du sui­cide de Dinah Gonthier, col­lé­gienne de 14 ans qui était vic­time de har­cè­le­ment les­bo­phobe et raciste de la part de ses cama­rades de classe.

woman sitting on brown plank facing body of water
© Vladimir Tsokal

« On va t’envoyer des liens sur Internet pour que tu puisses ­cre­ver. » Dinah Gonthier avait 14 ans. Dans la nuit du lun­di 4 au mar­di 5 octobre 2021, elle s’est pen­due au pla­card de sa chambre. Dinah était har­ce­lée par ses « copines » parce qu’elle avait fait son coming out les­bien. Parce que cette bonne élève, une « sale métisse », cor­ri­geait les fautes de fran­çais dans la bouche de ses camarades. 

Elle s’est sui­ci­dée après deux ans de har­cè­le­ment sco­laire. Deux années durant les­quelles, inlas­sa­ble­ment, des ado­les­centes qu’elle pen­sait être ses « amies », avec lesquelles[…]

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

ou

abonnez-vous

 

Partager
Articles liés