Congé paternité : laissez-​moi pouponner !

Ils attendaient qu’on leur tende la perche. À la suite de notre appel à témoignages sur le congé paternité,des dizaines d’hommes nous ont écrit pour nous dire leur frustration quant à ces jours d’autarcie trop brève avec leur conjointe et ce nouvel être qui venait de faire irruption dans leurs vies. Comment apprivoiser, en un éclair, ce divin enfant et ce nouveau rôle de père avant de repartir au boulot ? 

swedish dads06 cmjn
© Johan Bavman

« Après l’accouchement compliqué de ma femme, je me suis senti seul, incapable et ignorant. Participer aux échographies, aux cours de préparation, lire des articles, faire de l’haptonomie ne m’avait pas suffisamment préparé », raconte Richard, 31 ans. Cet habitant de Boucoiran-​et-​Nozières (Gard) a, à la naissance de son enfant, cumulé son congé paternité avec deux semaines de vacances, une astuce bien répandue chez les pères qui nous ont contactées. « Il me fallait apprendre à connaître notre fille, ses peurs, ses joies, ses douleurs, ses besoins. Apprendre aussi à connaître ma femme devenue mère. Ce temps passé m’a permis d’apporter le maximum de choses à mon enfant (éveil, alimentation, soin…). Il m’a aussi permis de m’apercevoir que, jusqu’à l’arrivée de ma fille, je me reposais inconsciemment sur mon épouse. Et c’est grâce à tout cela que je suis (enfin) devenu le père de ma fille. » 

Un néo-​daron souhaitant s’impliquer et pas très sûr de savoir bien faire, c’est le profil type des témoignages qui ont afflué vers nous. Et pour ceux-​là, ces onze jours de congé[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
110 enfants dr

Very Bad Mother : le festival des parents terribles

C’est le rendez-​vous à ne pas rater pendant le week-​end de Pâques.Enfin une manifestation ouverte à toutes celles et ceux qui en ont ras-​le-​bol des injonctions à la parentalité, hétéronormée, ça va de soi… Alléluia ! Après les...

shutterstock 100096745 e1580400344711

J’sais pas quoi faire !

Papa dit qu'avec tous les jeux que j'ai, je devrais pas m'ennuyer, qu'à son époque les enfants s'amusaient avec trois fois rien. Ça m'énerve !