fbpx

« Une his­toire à soi », un docu­men­taire intime et poli­tique sur l’adoption inter­na­tio­nale

Dans Une his­toire à soi, qui sort ce mer­cre­di au ciné­ma, la réa­li­sa­trice Amandine Gay fait par­ler, à l’aide d’archives fami­liales, cinq adopté·es et ques­tionne sur leur inlas­sable quête d’identité.

uhas affiche 120 519x705 1
Une his­toire à soi, d'Amandine Gay,
1h40. En salles.
©CG Cinéma /​Bras de Fer Production

Les pre­mières minutes sont en noir et blanc. Des images d’archives, vieilles de plu­sieurs décen­nies, issues de la Fondation d’Heucqueville1 vantent les mérites de l’adoption. « Un enfant sans famille a trou­vé une famille. Une famille sans enfant a trou­vé un enfant. » Un enfant adop­té serait donc une page blanche ? Amandine Gay ébranle avec son film Une his­toire à soi cette hypo­thèse. 

Le titre n’est pas sans[…]

  1. La Fondation d'Heucqueville est une ins­ti­tu­tion fran­çaise qui recueillait des nour­ris­sons aban­don­nés jusqu'à sa fer­me­ture en 1979.[]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés