UNE FEMME SUR LE TOIT.1
© La Vingt Cinquième Heure

Le film de la semaine : “Une femme sur le toit”, d’Anna Jadowska

Dans son der­nier film, la réa­li­sa­trice dénonce les tra­vers de la socié­té polo­naise à coups de hold-up. 

Un cri dans la nuit : voi­là ce que cherche à nous faire entendre Anna Jadowska avec Une femme sur le toit. Son film est sombre, for­cé­ment, mais il résonne long­temps en nous… Inspiré d’une his­toire vraie, sise en Pologne, ce récit très réa­liste nous pro­jette d’emblée dans le quo­ti­dien de Mirka, épouse, mère et sage-​femme modèle d’une soixan­taine d’années, qui, d’un coup d’un seul, tente mal­adroi­te­ment de bra­quer une banque (après avoir conscien­cieu­se­ment éten­du son linge sur le toit de son immeuble, puis ache­té de la nour­ri­ture pour ses pois­sons). Un geste ban­cal, déses­pé­ré, qui va l’amener à recon­si­dé­rer sa vie…

Car oui, atten­tion, en dépit de cette ouver­ture déca­lée, presque bur­lesque, l’enjeu n’est pas de nous faire sou­rire. En dres­sant le por­trait d’une âme vacillante, relé­guée, qui se débat sans que per­sonne ne lui prête atten­tion, la réa­li­sa­trice et autrice veut d’abord et avant tout stig­ma­ti­ser la vio­lence de la socié­té polo­naise vis-​à-​vis des femmes, qu’elle laisse volon­tiers tom­ber dans les limbes de l’indifférence une fois qu’elles ont bien sage­ment rem­pli leur rôle de mère et d’épouse.

Le constat d’Anna Jadowska est d’autant plus sai­sis­sant qu’elle filme les lieux, les pro­ta­go­nistes et les situa­tions de façon minu­tieuse, aus­tère, impla­cable, pri­vi­lé­giant une lumière d’un blanc peu amène ou d’un gris gla­çant. Rien de tel pour révé­ler les ténèbres dans les­quelles se débat son héroïne ! Rien de tel, aus­si, pour mettre en valeur la per­for­mance de Dorota Pomykala dans le rôle silen­cieux, com­plexe, de Mirka. Entre doci­li­té et rébel­lion, elle est tout bon­ne­ment captivante.

Capture decran 2023 09 05 a 11.58.52

Une femme sur le toit, d’Anna Jadowska. En salles.

Partager
Articles liés
a3f6290 336 raw 143rdd image presse 04 rvb a

La sélec­tion ciné de la semaine

143 rue du Désert, de Hassen Ferhani, Douce France, de Geoffrey Couanon et Médecin de nuit d'Elie Wajeman. 143 rue du Désert, la reine des sables Elle est de ces femmes qui inti­mident, réjouissent et enchantent tout à la fois. Malika n’est...

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.