fbpx
Capture d’écran 2021 03 26 à 17.27.57
73e session de l'Assemblée Générale des Nations Unies : Forum des leaders mondiaux du monde des affaires et de la philanthropie sur l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes. New York, septembre 2018. UN Women/Amanda Voisard, CC BY

La phi­lan­thro­pie des femmes, un phé­no­mène invi­si­bi­li­sé

Causette est asso­ciée au site The Conversation, qui regroupe des articles de chercheur·euses de dif­fé­rentes uni­ver­si­tés et per­met à des médias de repu­blier les textes. Nous vous pro­po­sons ci-​après un article d'Anne Monier, doc­teure en sciences sociales et cher­cheuse à la Chaire Philanthropie de l'ESSEC, au sujet du rap­port des femmes à la phi­lan­thro­pie.

Anne Monier, ESSEC

En décembre 2020, peu avant les vacances de fin d’année, de nom­breux articles de presse sont parus sur MacKenzie Scott, ex-​femme de Jeff Bezos, évo­quant la grande géné­ro­si­té dont elle a fait preuve cette année – le New York Times parle de plus de 6 mil­liards de dol­lars de dons.

Pourtant, comme le sou­li­gnait sur Twitter Rob Reich, pro­fes­seur de science poli­tique à l’Université de Stanford et spé­cia­liste de la phi­lan­thro­pie, alors que les dons de Mackenzie Scott ont été cette année quinze fois plus impor­tants que ceux des plus grandes fon­da­tions amé­ri­caines (par exemple la Fondation Ford a dis­tri­bué 350 mil­lions de dol­lars en 2020), nous savons peu de choses sur sa phi­lan­thro­pie.

La phi­lan­thro­pie des femmes, qui a tou­jours été très impor­tante, est long­temps res­tée invi­sible. De mul­tiples rai­sons peuvent expli­quer ce para­doxe.

Une phi­lan­thro­pie peu étu­diée

Le manque de tra­vaux de recherche sur la phi­lan­thro­pie des femmes contri­bue à sa mécon­nais­sance et à son invi­si­bi­li­té.

Les tra­vaux les plus nom­breux sont ceux des historien·ne·s – dont plu­sieurs pointent cette « invi­si­bi­li­té » et cet « impen­sé ». Pourtant, la phi­lan­thro­pie des femmes a une his­toire longue, du mécé­nat des femmes de pou­voir au Moyen-​âge et à la Renaissance (Isabeau de Bavière, Catherine de Médicis, et bien d’autres) à la bien­fai­sance des reli­gieuses aux XVIIe et XVIIIe siècles – « filles de la cha­ri­té » –, mais aus­si les femmes phi­lan­thropes du XIXe et du début du XXe siècle.

Ces der­niers tra­vaux montrent que le rôle des femmes en phi­lan­thro­pie a tou­jours été majeur et leur a per­mis d’être pré­sentes dans la sphère publique, alors qu’elles ont long­temps été can­ton­nées à la sphère pri­vée et exclues des arènes poli­tiques. Si cer­taines recherches sou­lignent le pou­voir éman­ci­pa­teur de ces acti­vi­tés, notam­ment à une époque où le déve­lop­pe­ment de la phi­lan­thro­pie réfor­ma­trice est conco­mi­tant de celui des mou­ve­ments fémi­nistes, d’autres consi­dèrent au contraire que la phi­lan­thro­pie, empreinte de pater­na­lisme, consti­tue une entrave à l’émancipation des femmes.

Dans la recherche contem­po­raine, peu de cher­cheurs se sont inté­res­sés à cette ques­tion. Quelques études existent mal­gré tout. Le Women’s Philanthropy Institute, créé en 1991 au sein de la Lilly Family School of Philanthropy de l’Université d’Indiana aux États-​Unis, est le pre­mier ins­ti­tut de recherche sur la phi­lan­thro­pie des femmes. Ayant reçu, en 2015, un don très impor­tant de la Fondation Bill & Melinda Gates (2,1 mil­lions), il a déve­lop­pé de nom­breuses études sur dif­fé­rentes thé­ma­tiques (leurs moti­va­tions, les causes sou­te­nues, etc.).

Le PhiLab, à l’Université du Québec à Montréal, s’est éga­le­ment inté­res­sé à cette ques­tion, à tra­vers la consti­tu­tion d’une biblio­gra­phie et d’une édi­tion spé­ciale. Des recherches sur la phi­lan­thro­pie des femmes dans dif­fé­rents pays du monde ont aus­si été menées, per­met­tant de dépas­ser la vision occi­den­ta­lo­cen­trée de la phi­lan­thro­pie, comme les tra­vaux d’Amélie le Renard sur l’Arabie saou­dite. De même, un numé­ro spé­cial de la revue Voluntas est consa­cré à ce sujet dans dif­fé­rents pays – de l’Allemagne à la Russie, en pas­sant par l’Inde ou l’Australie.

Une phi­lan­thro­pie struc­tu­rel­le­ment invi­si­bi­li­sée

Au-​delà des tra­vaux, c’est la concep­tua­li­sa­tion même de la phi­lan­thro­pie des femmes qui a contri­bué à son invi­si­bi­li­sa­tion.

Tout d’abord, les pra­tiques phi­lan­thro­piques des femmes sont le plus sou­vent ana­ly­sées à l’aune de celle des hommes, afin de déter­mi­ner s’il existe des dif­fé­ren­cia­tions entre les deux. Ainsi, l’idée répan­due selon laquelle « les femmes donnent du temps, les hommes donnent de l’argent » semble avé­rée. Elles donnent éga­le­ment à une plus grande diver­si­té d’organisations, alors que la phi­lan­thro­pie des hommes est plus concen­trée. En outre, elles ont ten­dance, plus que les hommes, à être enga­gées dans des formes col­lec­tives de dons, comme les « giving circles ». Ces résul­tats sont à nuan­cer car ils tendent à faire croire que la géné­ro­si­té des femmes est homo­gène et occultent la diver­si­té des situa­tions, essen­tia­li­sant la caté­go­rie même de phi­lan­thro­pie des femmes. Cependant, de nom­breux tra­vaux ont confir­mé le rôle majeur des femmes dans les acti­vi­tés béné­voles – tra­vail gra­tuit et invi­sible.

Ensuite, la phi­lan­thro­pie des femmes est aus­si ren­due invi­sible par le fait que le champ phi­lan­thro­pique est, comme la socié­té, for­te­ment struc­tu­ré autour des couples. Un grand nombre de fon­da­tions sont créées par des couples. Dans le top 50 des dona­teurs pour l’année 2018, il y a 22 couples, 27 hommes seuls, 1 famille, 0 femme seule. Pourtant, c’est sou­vent l’homme qui est mis en avant, notam­ment média­ti­que­ment – on pense à la Fondation Bill et Melinda Gates ou à la Chan Zuckerberg Initiative. De plus, on ne connaît pas la répar­ti­tion des rôles entre les époux. Il arrive que les déci­sions se fassent conjoin­te­ment mais éga­le­ment de manière sépa­rée, comme Abby Aldrich Rockefeller, qui créa le MoMA, alors que son mari, qui « détes­tait l’art moderne », pré­fé­ra inves­tir dans les Cloisters. La ques­tion de la phi­lan­thro­pie des femmes appa­raît alors com­plexe : doit-​on prendre en compte seule­ment les femmes seules – céli­ba­taires, veuves ou divor­cées ? Comment inclure l’action phi­lan­thro­pique des femmes en couple ? Par une action dif­fé­ren­ciée de leur mari ? Par leur rôle au sein de leur fon­da­tion com­mune ? La ques­tion reste ouverte.

L’invisibilisation de la phi­lan­thro­pie fémi­nine tient aus­si à ce que celle-​ci fut long­temps dépen­dante de la for­tune mas­cu­line, les femmes ne pou­vant gagner ni dépen­ser leur propre argent sans auto­ri­sa­tion d’un homme. Cette situa­tion de dépen­dance est d’autant plus pro­blé­ma­tique qu’alors que le tra­vail fémi­nin par­ti­cipe acti­ve­ment à la pro­duc­tion et repro­duc­tion de la richesse des familles, le capi­tal au XXIe siècle reste réso­lu­ment mas­cu­lin. La phi­lan­thro­pie est tri­bu­taire de cet état de fait. Certaines grandes phi­lan­thropes s’inscrivent dans cette tra­di­tion, comme Liliane Bettencourt il y a quelques années (héri­tière de la for­tune de son père Eugène Schueller, fon­da­teur de l’Oréal), Laurene Powell Jobs (héri­tière de son mari Steve Jobs, fon­da­teur d’Apple), Alice Walton (for­tune héri­tée de son père, fon­da­teur des super­mar­chés Walmart). Mais aujourd’hui émergent de plus en plus des femmes qui ont bâti leur propre for­tune grâce à leur tra­vail et qui déve­loppent une action phi­lan­thro­pique qui leur est propre, quelle que soit leur situa­tion mari­tale – par exemple Sheryl Sandberg (COO de Facebook), Oprah Winfrey (pré­sen­ta­trice et pro­duc­trice) ou Sara Blakely (créa­trice de Spanx).

Les femmes, une oppor­tu­ni­té pour le sec­teur phi­lan­thro­pique ?

La phi­lan­thro­pie des femmes gagne aujourd’hui en visi­bi­li­té et appa­raît comme une véri­table oppor­tu­ni­té de trans­for­ma­tion pour le sec­teur.

L’émergence récente d’une phi­lan­thro­pie des femmes plus finan­cière et plus indé­pen­dante des hommes conduit celles-​ci à s’engager pour leur propre cause. Ainsi, la phi­lan­thro­pie des femmes veut par­fois aus­si dire phi­lan­thro­pie pour les femmes ou fémi­niste, l’une s’attaquant aux consé­quences des domi­na­tions de genre (et le fait que les femmes ont moins accès à la san­té, l’éducation, etc.) tan­dis que l’autre est plus poli­tique et tente d’agir en amont (par la défense des droits des femmes par exemple). Cet enga­ge­ment est d’autant plus impor­tant que c’est une cause rela­ti­ve­ment peu sou­te­nue de manière géné­rale – en 2017, 7 % des fon­da­tions fran­çaises déclarent agir en faveur des femmes et jeunes filles et aux États-​Unis seul 1,6 % du total des dons vont à cette cause. C’est donc aujourd’hui un enjeu majeur.

Et l’on voit aujourd’hui une média­ti­sa­tion et légi­ti­ma­tion crois­sante de la phi­lan­thro­pie fémi­nine. Certaines figures n’hésitent pas à prendre la parole, comme Melinda Gates, long­temps dans l’ombre de son mari, qui évoque publi­que­ment le tra­vail qu’elle a dû faire au sein de la fon­da­tion pour être enten­due et son rôle dans le giving pledge. En outre, des réseaux de femmes phi­lan­thropes se consti­tuent, notam­ment aux États-​Unis, pour échan­ger et se sou­te­nir. Ces déve­lop­pe­ments conduisent à l’éclosion de nou­veaux guides pra­tiques pour les pro­fes­sion­nels qui sou­haitent lever des fonds auprès des femmes, car celles-​ci consti­tuent un nou­veau « mar­ché » à « cibler », d’autant plus que les for­tunes des femmes sont en pleine crois­sance – en 2019, le clas­se­ment des plus grandes for­tunes comp­tait un nombre record de 244 femmes.

Or les femmes, exer­çant dif­fé­rem­ment la phi­lan­thro­pie, contri­bue­raient, selon cer­tains, à trans­for­mer le sec­teur phi­lan­thro­pique lui-​même car elles « changent la donne ». Le don de MacKenzie Scott, encen­sé par la presse, est en ce sens révé­la­teur : elle est à contre-​courant de son mari long­temps consi­dé­ré comme peu géné­reux – voire « radin » ; contrai­re­ment aux grands phi­lan­thropes qui donnent sou­vent à des ins­ti­tu­tions pres­ti­gieuses, comme leur uni­ver­si­té ou un grand musée, elle a don­né à des ins­ti­tu­tions modestes vrai­ment dans le besoin ; elle a fait des dons non affec­tés – fait assez rare dans le milieu – per­met­tant aux réci­pien­daires de déci­der de l’usage des fonds.

Se des­sine ain­si une remise en cause de la phi­lan­thro­pie d’élite tra­di­tion­nelle, celle des hommes blancs de plus de 50 ans, en quête de recon­nais­sance et de pou­voir, sou­vent cen­trée sur les dési­rs des dona­teurs plus que sur les besoins des réci­pien­daires. Dans la lignée de ce que cer­tains pro­fes­sion­nels appellent de leurs vœux, la phi­lan­thro­pie des femmes marque un vrai chan­ge­ment de para­digme, avec une phi­lan­thro­pie plus enga­gée pour la jus­tice sociale et où les rap­ports de pou­voir sont ques­tion­nés.

Penser la phi­lan­thro­pie au prisme du genre

Il est aujourd’hui essen­tiel de pen­ser la phi­lan­thro­pie au prisme du genre. D’abord parce que cela per­met d’appréhender dif­fé­rem­ment les rap­ports de pou­voir propres à la phi­lan­thro­pie, et à celle des élites en par­ti­cu­lier (la plus connue et média­ti­sée). De plus, parce qu’elle est révé­la­trice plus lar­ge­ment, des méca­nismes de domi­na­tion mas­cu­line et d’invisibilisation du tra­vail des femmes à l’œuvre dans la socié­té, acti­vi­té de care (soin) peu valo­ri­sée et pour­tant si essen­tielle. En outre, parce qu’elle montre com­ment l’émancipation et l’affirmation des femmes par­ti­cipent à construire une socié­té plus juste et plus éga­li­taire. Enfin, pen­ser la phi­lan­thro­pie au prisme du genre, c’est aus­si pen­ser la diver­si­té de la phi­lan­thro­pie, et non seule­ment celle des grands mil­liar­daires, pour s’intéresser à celles et ceux qui contri­buent, sou­vent dans l’ombre, à aider les autres de dif­fé­rentes manières, redon­ner voix à ces invi­sibles de la phi­lan­thro­pie (dona­teurs invi­sibles, mais aus­si pro­fes­sion­nels ou réci­pien­daires) et faire un pas de côté pour com­prendre la phi­lan­thro­pie dans toute sa diver­si­té et sa com­plexi­té.

Anne Monier, Docteure en sciences sociales, Chercheuse à la Chaire Philanthropie de l'ESSEC, spé­cia­liste de la phi­lan­thro­pie, de la socio­lo­gie du trans­na­tio­nal, des poli­tiques cultu­relles, ESSEC

Cet article est repu­blié à par­tir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article ori­gi­nal.

<script type="text/javascript" src="https://theconversation.com/javascripts/lib/content_tracker_hook.js" id="theconversation_tracker_hook" data-counter="https://counter.theconversation.com/content/156787/count?distributor=republish-lightbox-advanced" async="async"></script>

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés