capture decran 2022 05 27 a 18.22.55
© Capture d'écran TOLOnews, 23 mai 2022

Afghanistan : pour la pre­mière fois, une vague de soli­da­ri­té mas­cu­line envers les femmes

ÉDITO. C’est un geste de solidarité inédit. Comme plusieurs de ses collègues, Nisar Nabil porte un masque chirurgical noir sur son visage ce lundi 23 mai,  pour présenter le journal sur TOLOnews, l’une des principales chaînes télévisées indépendantes d’Afghanistan. N’y voyez pas là un geste de précaution sanitaire, mais bien un véritable signe de protestation contre le régime des talibans et les restrictions qu’ils imposent aux journalistes afghanes depuis le 21 mai dernier. Dans la rue comme à l’antenne, elles sont désormais contraintes, par la charia, de porter un voile intégral laissant uniquement voir leurs yeux et leur front.

Le soir même de l’instauration de cette loi, une poignée d’entre elles avait bien tenté, pourtant, de défier les talibans. Apparaissant le visage nu, un simple foulard sur leurs cheveux. Dès le lendemain, la pression que le régime a fait peser sur leur rédaction, les menaçant de perdre leur emploi, a eu raison de leur résistance. Si elles veulent pouvoir continuer d’exercer, les présentatrices n’ont plus d’autre choix que de se couvrir.

En réaction à cette révolution féminine avortée par la force, les présentateurs ont, à l’image du visage caché de leurs consoeurs, porté à l’antenne des masques noirs dès le lundi 23 mai. Des masques qui ont rapidement provoqué une vague de solidarité masculine. Il aura fallu moins d’une semaine pour que cette dernière déferle un peu partout en Afghanistan, sous le hashtag  #freeherface (libérez leur visage), repris ensuite par nombre de journalistes du monde entier.

Lire aussi : Afghanistan : après avoir défié les talibans, les présentatrices télé se couvrent finalement le visage à l’antenne

L’action peut sembler vaine. Il n’y a qu’à voir l’érosion des droits des femmes et des filles depuis neuf mois pour se persuader de la volonté des talibans : invisibiliser totalement et définitivement les femmes de l’espace public. Mais ce soutien masculin inattendu porte un message fort. Enfin, la condition des femmes en Afghanistan semble susciter une prise de conscience. De l’intérieur même du pays et de la part des hommes, pourtant peu nombreux à manifester pour les droits des femmes et des filles depuis le retour des talibans en août dernier.

Si la route peut encore sembler longue - les talibans ont rejeté, vendredi 26 mai, l’appel du Conseil de sécurité de l’ONU à revenir sur les restrictions imposées aux femmes - on peut espérer que cette vague de solidarité en entraînera d’autres. Qui sait, mises bout à bout, elles pourraient devenir la tempête qui renversera le régime. 

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.