Anna Margarita Albelo, la chica chocha

Cette Cubano-​Américaine prône la même exubérance festive que Pedro Almodovar. Provocatrice, elle n’hésite pas à se travestir en vagin pour mieux combattre les préjugés.

HS5 AnnaMargaritaAlbelo 06
© William Beaucardet pour Causette

Anna Margarita Albelo, journaliste, actrice et réalisatrice, arbore, pour son premier long-​métrage intitulé Qui a peur de Vagina Wolf ?, un chatoyant costume de vagin. Une idée qu’elle a piquée il y a bien longtemps à son meilleur copain, Michael Urban, un soir où il terminait de coudre son déguisement pour Halloween. « J’ai porté son costume dans les nuits gay à Los Angeles. Il y avait des réactions très drôles et d’autres assez agressives de la part des lesbiennes qui me disaient : “Pourquoi tu t’habilles en vagin, c’est réducteur, on est bien plus que nos vagins !’’ Cela provoquait des discussions complexes et c’est ça qui est très intéressant. » Le pouvoir de ce costume est encore plus vaste : il va influencer profondément Anna et décider de sa carrière.

Née à Los Angeles, elle a grandi à Miami avec ses trois frères. Enfance sans histoires dans une famille aimante, dont les origines cubaines s’expriment à travers une foi traditionnellement catholique. Très. Au point que, lorsque la jeune femme découvre qu’elle aime les filles, elle choisit de ne rien dire à la maison. Après un début d’études en sciences politiques, elle comprend vite que cette carrière entraîne trop de compromissions pour une fille engagée… Ce n’est décidément pas pour elle ! Anna, elle adore les cours de français et développe une passion pour le 7e art. « Mon père m’a fait aimer le cinéma, il regardait les classiques et adorait Frank Sinatra. » Elle décide de conjuguer ses passions : elle sera réalisatrice en France.

En 1993, elle débarque à Paris avec son sac à dos et 1 400 dollars en poche. Elle trouve du travail dans une boutique de matériel audiovisuel et[…]

La suite est réservée aux abonné.es.

identifiez-vous pour lire le contenu

Partager
Articles liés
portrait de marguerite durand

Marguerite Durand, la belle frondeuse

Ex-comédienne excentrique et flamboyante, Marguerite Durand fonde en 1897 « La Fronde », un quotidien féminin et féministe qui s’adresse aux femmes en leur parlant de tout.