fbpx
Ile de Nantes
© WikiCommons

Comment Nantes entend deve­nir la pre­mière ville non sexiste de France

La com­mune se veut pré­cur­seure en matière de lutte contre les vio­lences sexistes et en faveur de l’égalité femme-​homme, grâce à une approche sys­té­mique du genre dans cha­cune de ses poli­tiques publiques. Reste à savoir si elle sera à la hau­teur des attentes des acteur·trices du riche tis­su asso­cia­tif fémi­niste nan­tais, terre his­to­rique de luttes sociales.

C’est l’histoire d’une pro­messe pour le moins ambi­tieuse. Lors de sa cam­pagne pour les muni­ci­pales de 2020, Johanna Rolland, maire sor­tante, s’engage à « lut­ter contre toutes les formes de dis­cri­mi­na­tions » pour que Nantes devienne « la pre­mière ville non sexiste de France à 10 ans ». Après sa réélec­tion, la muni­ci­pa­li­té PS s’empare alors de ce volet par­ti­cu­liè­re­ment large. Tout juste un an après les der­nières élec­tions muni­ci­pales, nous ren­con­trons Mahaut Bertu, adjointe à l'Égalité, à la ville non-​sexiste et à la lutte contre les dis­cri­mi­na­tions, dans les jar­dins de la[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés