Causette se mobi­lise avec La Maison des femmes

À l’occasion de la Journée inter­na­tio­nale pour l’élimination de la vio­lence à l’égard des femmes, Causette s’est asso­ciée à La Maison des femmes de Saint-​Denis pour orga­ni­ser une soi­rée de sen­si­bi­li­sa­tion et publier une tri­bune met­tant en avant les valeurs de l’éducation comme vec­teur de la lutte contre ces vio­lences. Ghada Hatem, fon­da­trice de La Maison des femmes, détaille cette conviction.

Ghada portrait c LMF
Le Docteur Ghada Hatem a fon­dé en 2016,
la Maison des Femmes a Saint Denis © Marlene Awaad

Difficile de résis­ter à l’énergie com­mu­ni­ca­tive de Ghada Hatem. Depuis plus de trente ans, cette gynécologue-​obstétricienne se bat ardem­ment contre les vio­lences faites aux femmes. En 2016, elle fonde La Maison des femmes de Saint-​Denis1, et lutte sur le ter­rain – consul­ta­tions ou bloc opé­ra­toire –, dans les minis­tères avares de sub­sides et dans les écoles, pour sen­si­bi­li­ser les enfants. Franco-​libanaise, elle a quit­té, en 1977, son pays en flamme, et confiait au Monde (le 25 février 2021) : « Avoir connu la guerre m’a ren­due into­lé­rante à toute forme de violence. » 

Causette : C’est en obser­vant au quo­ti­dien les ravages phy­siques et psy­cho­lo­giques des vio­lences subies par les femmes que vous avez déter­mi­né les moyens de lut­ter contre elles ?
Ghada Hatem : Je pense que le pre­mier de ces moyens, c’est l’éducation. C’est grâce à elle qu’on pour­ra uti­le­ment agir, car elle doit pro­po­ser un modèle de socié­té où les femmes ont toute leur place et leur rôle. Or le sché­ma patriar­cal, res­pon­sable de ces vio­lences sys­té­miques, est mal­heu­reu­se­ment encore bien présent.

Pour vous, l’école ne joue pas son rôle, n’offre pas de vision alter­na­tive ?
G. H. :
Il faut recon­naître qu’en France, nous avons un pro­blème d’intégration des autres cultures. Face à ça, l’école n’a pas trou­vé la bonne atti­tude. C’est déli­cat de prendre fron­ta­le­ment le contre-​pied de ce que les enfants apprennent à la mai­son. Mais l’éducation doit tenir son rôle de vec­teur d’émancipation. Elle doit apprendre à réflé­chir, à cri­ti­quer… à l’encontre de cer­taines édu­ca­tions « tra­di­tion­nelles » ou religieuses.

Vous inter­ve­nez sou­vent pour des séances d’éducation à la vie affec­tive et sexuelle, au sein d’établissements sco­laires. Elles sont le lieu où évo­quer ces pro­blé­ma­tiques ?
G. H. :
Nous y abor­dons des ques­tions rela­tives à la sexua­li­té, qui débouchent sur des ques­tions de res­pect, de consen­te­ment, de citoyen­ne­té, de laï­ci­té. On parle aus­si de sujets crus : la mas­tur­ba­tion, la vir­gi­ni­té, le por­no… On essaye de faire sau­ter des tabous. Il faut en par­ler à l’école, car sou­vent, c’est le seul lieu qui apporte à ces enfants une autre parole.

Si vous aviez l’oreille du ministre de l’Éducation Pap Ndiaye, quelle mesure lui demanderiez-​vous d’adopter, en prio­ri­té ?
G. H. : Rien d’extravagant : appli­quer ce qui est pré­vu. Que les séances d’éducation à la vie affec­tive et sexuelle s’appliquent trois fois par an, dans toutes les classes. Rien que ça, et ce serait une belle avan­cée. Malheureusement, c’est loin d’être le cas. Un rap­port de l’inspection géné­rale de l’Éducation natio­nale a éta­bli, en 2021, que « moins de 15 % des élèves béné­fi­cient de trois séances d’EAS (édu­ca­tion à la sexua­li­té) pen­dant l’année sco­laire, en école ou au lycée ». Ce rap­port est sor­ti grâce à Mediapart. Les résul­tats, déce­vants, n’ont pas été com­mu­ni­qués offi­ciel­le­ment. Ce qui nous prouve encore que l’éducation, en ce qui concerne l’enseignement des droits des femmes, des hommes et de leur liber­té sexuelle, a encore beau­coup de pro­grès à faire ! 


Soirée « Good Girls », édu­quer contre les vio­lences faites aux femmes
Lundi 21 novembre 2022, palais de Chaillot, Paris.
Places à gagner sur la page Facebook de Causette à par­tir du 16 novembre.

  1. La Maison des femmes de Saint-​Denis est un lieu de prise en charge unique des femmes en dif­fi­cul­té ou vic­times de vio­lences. Elle pro­pose une prise en charge plu­ri­dis­ci­pli­naire de proxi­mi­té, avec un gui­chet unique.[]
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.