fbpx

Rencontre avec Luce Lebart et Marie Robert les deux cher­cheuses à l’origine d’« Une Histoire mon­diale des femmes pho­to­graphes »

Entretien avec Luce Lebart et Marie Robert, à l’origine d’Une his­toire mon­diale des femmes pho­to­graphes, somme magis­trale qui visi­bi­lise le tra­vail de trois cents femmes pho­to­graphes à tra­vers le monde.

couverture femmes photographes
Couverture pho­to­gra­phie de Pushpamala N. © Pushpamala N.

C’est d’une voix una­nime et com­plice que Luce Lebart et Marie Robert parlent avec enthou­siasme de l’ouvrage réfé­rence dont elles sont les heu­reuses autrices, Une his­toire mon­diale des femmes pho­to­graphes, édi­té chez Textuel. Les deux his­to­riennes ont effec­tué un fabu­leux et monu­men­tal tra­vail pré­sen­tant le par­cours par­fois com­plè­te­ment invi­si­bi­li­sé de trois cents femmes pho­to­graphes à tra­vers le monde. Pour en par­ler, elles ont convo­qué cent soixante écri­vaines. Ce pro­jet de recherche a été mené pen­dant un an et réa­li­sé dans le cadre des Rencontres pho­to­gra­phiques d’Arles et de Women in Motion, un pro­gramme créé par le groupe Kering, visant à mettre en lumière les femmes dans les arts et la culture. L’ouvrage a été réa­li­sé avec le sou­tien des minis­tères de la Culture et de l’Égalité entre les femmes et les hommes. Nous avons sou­hai­té ren­con­trer Luce Lebart, his­to­rienne de la pho­to­gra­phie et com­mis­saire d’exposition, et Marie Robert, conser­va­trice en chef au musée d’Orsay et char­gée des col­lec­tions de pho­to­gra­phie, pour en savoir plus sur ce livre qui fera date.

Causette : C’est la pre­mière fois que vous tra­vaillez ensemble et votre pro­jet a été un véri­table suc­cès. Comment vous êtes-​vous ren­con­trées ? 
Luce Lebart : J’ai ado­ré l’exposition Qui a peur des femmes pho­to­graphes, au Musée d’Orsay en 2015, dont Marie était com­mis­saire. Ce fut une révé­la­tion pour moi, alors que je tra­vaillais sur des fonds du XIXsiècle. J’ai été agréa­ble­ment sur­prise de décou­vrir qu’il y avait pas mal de femmes pho­to­graphes à cette époque.
Marie Robert : Oui, tout comme dans la pre­mière par­tie du XXe et jusqu'à nos jours, Luce ! En Europe et en Amérique du Nord, prin­ci­pa­le­ment. Nous nous sommes très vite enten­dues et nous sou­hai­tions vrai­ment faire les choses ensemble, à l’image de notre pro­jet, qui est venu natu­rel­le­ment au vu de nos domaines d’expertise res­pec­tifs.

L’idée d’un ouvrage met­tant en valeur des par­cours fémi­nins est donc née…
L.L. et M.R. : Oui ! Il est né aus­si de la ren­contre par­faite de nos deux envies : celles d’initier une his­toire de la pho­to­gra­phie par le prisme du genre et de ren­trer plus pré­ci­sé­ment dans des ques­tion­ne­ments que nous avions déjà explo­rés cha­cune de notre côté. Nous sommes très heu­reuses d’avoir mutua­li­sé nos tra­vaux et notre vision sur des femmes dont on ne parle pas assez.

Pensez-​vous qu’il y ait une inci­dence à être une femme dans la pra­tique pho­to­gra­phique ?
L.L. et M.R.  : Oui, clai­re­ment. Déjà dans l’approche de l’appareil pho­to lui-​même, qui est un véri­table outil d’émancipation. Mais aus­si dans le regard por­té sur l’image et les dis­cours qui y sont asso­ciés. C’est la rai­son pour laquelle nous avons éga­le­ment sol­li­ci­té uni­que­ment des autrices, par­fois de natio­na­li­té dif­fé­rente, pour par­ler des trois cents femmes pho­to­graphes et avoir ain­si une vision 100 % fémi­nine. Il était très impor­tant de don­ner la parole à des femmes par­fai­te­ment qua­li­fiées pour le faire, qui doivent être recon­nues dans l’ensemble de leur talent.

Comment avez-​vous fait ce tra­vail de sélec­tion ?
L.L. et M.R.  : Il y avait énor­mé­ment de matière ! On ne soup­çonne pas à quel point le tra­vail pho­to­gra­phique fémi­nin est riche, et ce, à tra­vers le monde entier. Nous avons dû faire des choix, cir­cons­tan­ciés et très dif­fi­ciles ! Nous avons tra­vaillé sur la consti­tu­tion d’un réseau d’expertes, en créant ain­si un pro­jet col­la­bo­ra­tif, col­lec­tif et orga­nique, de Cuba au Groenland en pas­sant par l’Inde.

selfie luce et marie
Luce Lebart et Marie Robert aux Rencontres d'Arles 2020 © Marie Robert

Donc vous sou­hai­tiez à la fois réta­blir la pari­té dans un pan­théon de pho­to­graphes presque entiè­re­ment mas­cu­lin, mais éga­le­ment sor­tir d’une approche occidentalo-​centrée, n’est-ce pas ?
L.L. et M.R.  : Tout à fait. Cela était même essen­tiel dans notre démarche. Un décen­trage cultu­rel, intel­lec­tuel et géo­gra­phique qui encou­rage la recherche pour les femmes pho­to­graphes, car il y en a par­tout. Au Panama, nous avons trou­vé une femme qui avait déjà écrit un livre sur les femmes artistes de son pays, ce qui a été une res­source très pré­cieuse pour nous. Dans cer­tains pays, cela s’est révé­lé par­fois plus dif­fi­cile de ren­trer en contact, mais nous avons pu consti­tuer une car­to­gra­phie large grâce à des experts locaux.

Après avoir trou­vé ces femmes pho­to­graphes, com­ment avez-​vous choi­si les femmes autrices qui par­le­raient d’elles ?
L.L. et M.R.  : Concrètement, les autrices ont été choi­sies selon plu­sieurs cri­tères : pas­sion­nées par leurs sujets, sou­vent spé­cia­li­sées dans le domaine de la pho­to­gra­phie et, bien sûr, avec une belle plume. L’idée étant aus­si de créer des ponts entre des femmes artistes de natio­na­li­té dif­fé­rente. Il nous parais­sait impor­tant que le regard ne soit pas sys­té­ma­ti­que­ment occi­den­tal dans un sou­ci d’authenticité. Certaines écri­vaines nous ont ren­voyées vers d’autres et le réseau s’est consti­tué de fil en aiguille.

Vous avez accom­pli ce tra­vail en une année, c’est impres­sion­nant ! 
L.L. et M.R.  :
Un véri­table mara­thon en effet. À par­tir des finan­ce­ments de notre édi­teur, Textuel, qui y a cru dur comme fer, et la sor­tie de l’ouvrage, il y a eu treize mois. Il y a eu un moment culmi­nant, en octobre 2019, où nous avions lan­cé beau­coup de demandes qui se sont répan­dues très vite, nous étions boos­tées à bloc, c’était trop chouette ! C’était un défi pour tout le monde, y com­pris notre édi­trice, pour qui c’était un pro­jet des plus ambi­tieux.

Votre ouvrage est volu­mi­neux, à l’image du tra­vail effec­tué mais aus­si de la pro­fu­sion d’archives pho­to­gra­phiques. Y a‑t-​il une volon­té sym­bo­lique der­rière ?
L.L. et M.R.  : Oui, très cer­tai­ne­ment. Pour deve­nir un ouvrage de réfé­rence, il faut sym­bo­li­que­ment que le livre pèse son poids et trouve sa belle place dans les biblio­thèques, mais aus­si dans le monde de la recherche his­to­rienne. Le papier a un très bon grain aus­si, ce qui est très impor­tant pour la pho­to­gra­phie évi­dem­ment.

En par­lant du livre en lui-​même, com­ment avez-​vous choi­si la pho­to de la pre­mière de cou­ver­ture, qui est très forte ?
L.L. et M.R.  : L’image a été choi­sie par consen­sus et elle est poly­sé­mique. Il s’agit d’une artiste indienne qui, à la fois, porte une robe de prin­cesse dorée et tient en joue celui qui la regarde. Cette pho­to s’inscrit dans une tra­di­tion d’images mas­cu­lines avec l’idée du pré­da­teur, à tra­vers une arme ou un objec­tif d’appareil pho­to. La force revient ici à une femme et donne le ton pour le conte­nu de l’ouvrage, que l’on assume comme fémi­niste.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  


Idées Cadeaux Causette

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés