fbpx

Cinq ans de Macron : les fémi­nistes font le bilan

Alors que le pré­sident can­di­dat à sa propre réélec­tion renou­velle son posi­tion­ne­ment « fémi­niste » en fai­sant de nou­velles pro­messes, Causette a ques­tion­né dix expertes sur les actions menées lors du pre­mier mandat.

CAUSETTE couv presidentielles2b
© Isabel Espagnol pour Causette

« La grande cause de mon nou­veau quin­quen­nat, si je suis réélu, sera l’égalité femmes-​hommes, encore ! » La phrase pro­non­cée par Emmanuel Macron, lun­di 7 mars 2022, lors d’une émis­sion inti­tu­lée Face aux Françaises dif­fu­sée sur LCI, a de quoi nous lais­ser son­geuses. Le can­di­dat considère-​t-​il que le pré­sident sor­tant n’a pas fait le bou­lot en matière de défense des droits des femmes, sujet pour­tant éri­gé comme prio­ri­té de son man­dat ? Pour illus­trer son volon­ta­risme, Emmanuel Macron n’a pas lési­né sur les pro­messes : créa­tion d’une juri­dic­tion spé­cia­li­sée contre les vio­lences sexistes et sexuelles, déve­lop­pe­ment du dépôt de plainte en ligne ou mise en place d’un fichier des conjoints vio­lents. Sur le papier, ces mesures vont dans le bon sens. Mais gare aux attentes. Car pen­dant cinq ans, le chef de l’État a beau­coup par­lé des droits des femmes et de la lutte contre les violences. 

Entre les textes de loi mar­quants (PMA pour toutes, loi contre les vio­lences conju­gales, créa­tion d’un outrage sexiste), la tenue d’un Grenelle contre les vio­lences conju­gales ou la défer­lante #MeToo, le sort des femmes est – enfin ! – deve­nu une thé­ma­tique majeure dans la vie poli­tique. Mais der­rière les dis­cours de celui qui se pré­sente comme « fémi­niste », quelle est la réa­li­té des actions ? Le gou­ver­ne­ment a‑t-​il réuni les moyens pour lut­ter effi­ca­ce­ment contre les inéga­li­tés de genre ? Les pro­messes ont-​elle été tenues ?

Nous avons posé la ques­tion à dix obser­va­trices avi­sées et enga­gées. Que retiennent ces actrices de ter­rain et ces expertes du man­dat qui s’achève ? Nous avons divi­sé le vaste sujet des droits des femmes en cinq thé­ma­tiques : éga­li­té éco­no­mique, san­té repro­duc­tive, vio­lences sexistes et sexuelles, fémi­ni­cides et pari­té dans la vie publique et poli­tique. Pour cha­cun des thèmes, ce sont donc elles qui font le bilan. 

4Causette parité égalité écodef
© Isabel Espagnol pour Causette

1. Égalité éco­no­mique et professionnelle 

En 2022, les femmes conti­nuent de gagner moins que les hommes. Plusieurs mesures comme la créa­tion de l’index de l’égalité pro­fes­sion­nelle ou la mise en place de quo­tas dans les direc­tions des entre­prises doivent per­mettre plus de trans­pa­rence et un meilleur accès aux postes de pou­voir. L’allongement du congé pater­ni­té consti­tue aus­si une autre des avan­cées de ce quin­quen­nat. Ces avan­cées peuvent-​elles vrai­ment faire recu­ler les inéga­li­tés pro­fes­sion­nelles ou sont-​elles encore insuffisantes ? 

Rachel Silvera éco­no­miste, spé­cia­liste des inéga­li­tés de genre dans le travail

« Je porte un regard miti­gé sur le quin­quen­nat écou­lé. Le pré­sident a mis lui-​même la barre très haut en fai­sant de l’égalité femmes-​hommes la grande cause du quin­quen­nat. S’il n’avait pas pla­cé le cur­seur à un niveau aus­si éle­vé, mon regard serait peut-​être plus nuan­cé. En matière d’égalité éco­no­mique, il y a eu deux textes de loi. On pour­rait se dire que le contrat est rem­pli. Sauf que quand on regarde de plus près, ce n’est pas le cas. Le pre­mier texte a créé l’index de l’égalité pro­fes­sion­nelle, auquel sont sou­mises toutes les entre­prises de plus de cin­quante sala­riés. Cet index n’a pas tenu ses pro­messes, car les entre­prises ont gar­dé la main sur le mode de cal­cul. Résultat : elles ont toutes eu des notes très cor­rectes. Le seul cri­tère sur lequel les choses ont évo­lué, c’est l’obligation d’augmenter les femmes de retour de congé mater­ni­té – un point fixé par la loi depuis 2006 – que les entre­prises avaient visi­ble­ment oublié de res­pec­ter. Hélas, cet outil ne per­met pas de connaître l’ampleur des aug­men­ta­tions accor­dées. Pour cari­ca­tu­rer, on peut dire qu’il suf­fit d’accorder un euro sup­plé­men­taire pour rem­plir ce cri­tère. Le deuxième texte, c’est la loi Rixain pour l’égalité éco­no­mique et pro­fes­sion­nelle, adop­tée en décembre 2021. Là aus­si, il s’agit de pro­mou­voir les femmes à des postes de pou­voir, dans les comi­tés exé­cu­tifs des entre­prises. L’instauration de quo­tas est une avan­cée, mais le texte impose 30 % de femmes d’ici à 2027 et 40 % en 2030. On n’est pas à 50/​50. Il ne fau­drait pas trop frois­ser les hommes ! Pour moi, les mesures de ce quin­quen­nat ont sur­tout favo­ri­sé les femmes pri­vi­lé­giées, comme les cadres supé­rieures. C’est une forme de pari­té au som­met. Or l’égalité doit se décli­ner dans tous les lieux et pour toutes les femmes. » 

Sophie Binet Secrétaire[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
woman in red jersey figurine

Féminicides : com­ment les recenser ?

En annonçant qu'elle cessait de relayer le décompte des féminicides conjugaux effectué depuis six ans par le collectif Féminicides par Compagnon ou Ex, l'association Nous Toutes met en lumière la question cruciale du comptage des féminicides en...