blue and white plastic pack
© Natracare

Décret sur la com­po­si­tion des pro­tec­tions pério­diques : les assos fémi­nistes crient à l'arnaque

Promesse d'Olivier Véran, alors ministre de la Santé, en 2022, le décret que s'apprête à publier le gou­ver­ne­ment concer­nant l'affichage de la com­po­si­tion des ser­viettes et tam­pons s'annonce com­plè­te­ment esso­ré de sa sub­stance. Pour les assos, il « n’est pas du tout à la hauteur ».

« Chaque femme sau­ra ce qu'il y a dans son tam­pon ou dans sa ser­viette » pro­met­tait Olivier Véran en 2022. L'alors ministre de la Santé – aujourd'hui porte-​parole du gou­ver­ne­ment – annon­çait en ces termes un décret gou­ver­ne­men­tal sur la trans­pa­rence de la com­po­si­tion des pro­tec­tions pério­diques, afin de pro­té­ger la san­té des femmes. À l'heure actuelle, les consom­ma­trices ne savent tou­jours pas quels sont les maté­riaux et autres sub­stances chi­miques qui sont uti­li­sés pour fabri­quer leurs pro­tec­tions pério­diques alors que ces pro­duits sont en contact direct avec leurs muqueuses.

Depuis plu­sieurs années désor­mais, asso­cia­tions fémi­nistes (Georgette Sand, Règles élé­men­taires, Fondation des femmes…) et asso­cia­tions de consommateur·rices se mobi­lisent pour exi­ger que les pou­voirs publics ordonnent aux indus­triels de faire œuvre de trans­pa­rence. En effet, les ser­viettes et les tam­pons font régu­liè­re­ment l'objet d'études scien­ti­fiques poin­tant la toxi­ci­té des pro­duits entrant dans leurs com­po­si­tions : on trouve ain­si des traces… D'hydrocarbures et de pesticides.

Des for­mu­la­tions amènes avec les industriels

Le conte­nu du décret qui devrait être publié début juillet et qu'a révé­lé Le Journal du dimanche same­di 27 mai a de quoi déce­voir les asso­cia­tions : contrai­re­ment à la pro­messe d'Olivier Véran, le gou­ver­ne­ment ne va pas obli­ger pas les fabri­cants à indi­quer l'intégralité des pro­duits pré­sents dans leurs pro­duits de pro­tec­tion intime. Ainsi, le décret pré­voit « l’obligation d’affichage, sur les embal­lages ou une notice, de cha­cun des com­po­sants et des pro­duits ajou­tés inten­tion­nel­le­ment lors du pro­ces­sus de fabri­ca­tion ». Des for­mu­la­tions amènes avec les indus­triels qui douchent les espoirs des asso­cia­tions. « Nous avons le regret de consta­ter que la ver­sion finale du texte est aujourd'hui com­plè­te­ment vidée de sa sub­stance », dénoncent la Fondation des femmes, Règles élé­men­taires et Georgette Sand, col­lec­tif à la pointe due ce com­bat dans une péti­tion. Ce n’est pas du tout à la hau­teur de nos espé­rances et des pro­messes qui ont été faites. »

Intitulée Pour une vraie trans­pa­rence sur la com­po­si­tion des pro­tec­tions pério­diques, elle exige que le décret soit à la hau­teur des enjeux de san­té publique. Ce qu'elles dénoncent : la for­mu­la­tion « l’obligation d’affichage, sur les embal­lages ou une notice » signi­fie que les indus­triels vont pou­voir se pas­ser d'indiquer la com­po­si­tion sur les boîtes des pro­duits. De même, la notion de « pro­duits ajou­tés inten­tion­nel­le­ment » amoin­drit gran­de­ment la por­tée du texte : « La qua­si tota­li­té des rési­dus poten­tiel­le­ment toxiques retrou­vés à ce jour dans les pro­tec­tions pério­diques seraient issues, soit d’une conta­mi­na­tion des matières pre­mières ou des pro­duits finis, soit for­mées lors des pro­cé­dés de fabri­ca­tion (ex. blan­chi­ment, col­lage », rap­pelle la pétition.

Plus de 10.000 signataires

Les infor­ma­tions risquent donc d'être par­tielles et plan­quées mais ce n'est pas tout : pour l'heure, seules soient concer­nées par le décret les pro­tec­tions jetables : « Les pro­tec­tions tex­tiles seront exempts de cette obli­ga­tion d’affichage, s'inquiètent les péti­tion­naires. Aujourd’hui, le mar­ché des pro­tec­tions réuti­li­sables, en par­ti­cu­lier des culottes mens­truelles, est en pleine expan­sion. Récemment, des pro­duits poten­tiel­le­ment toxiques ont aus­si été trou­vés dans ces culottes. Il y a donc un enjeu à inclure les pro­duits mens­truels expli­ci­te­ment tex­tiles dans le décret. » Partagée sur les réseaux sociaux avec le hash­tag #AfficheTaCompo, la péti­tion a pour l'heure été signée par plus de 10.000 per­sonnes à cette date,


Syndrome du choc toxique : le res­pon­sable est une bactérie

Selon l'Agence natio­nale de sécu­ri­té sani­taire ali­men­ta­tion, envi­ron­ne­ment, tra­vail (Anses), le Syndrome du choc toxique (SCT) n'a pas de lien avec la com­po­si­tion des pro­tec­tions pério­diques. Dans son avis publié en 2019 Sécurité des pro­duits de pro­tec­tions intimes, l'Anses écrit : « L’hypothèse d’un lien entre le risque de SCT mens­truel et la com­po­si­tion de ces pro­duits ou la pré­sence de sub­stances chi­miques rési­duelles a été émise par les experts. Cependant, aucun élé­ment de la lit­té­ra­ture scien­ti­fique et selon les résul­tats de cette sai­sine, ne per­met, à ce jour, de confir­mer ou d’infirmer cette hypo­thèse. »
L'instance publique rap­pelle que le SCT – une ving­taine de cas annuels en France depuis 2010 selon le Centre natio­nal de réfé­rence (CNR) des sta­phy­lo­coques (Lyon) – est dû à une infec­tion bac­té­rienne lors de l'utilisation de pro­tec­tions pério­diques internes (tam­pons et coupes mens­truelles). « Le risque de déve­lop­per un SCT mens­truel aug­mente avec la durée de port des pro­tec­tions internes », indique l'Anses, c'est-à-dire au-​delà des 8 heures indi­quées par les industriels.

Lire aus­si l « Les efforts des fabri­cants de pro­tec­tions pério­diques pour nier le risque de choc toxique dû aux tam­pons est une vio­lence de genre »

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.