fbpx

Témoignages : quand l'amour prend du galon

114 couple laura lafon tom lalait et lucas castel pour causette
© Laura Lafon, Tom Lalait et Lucas Castel pour Causette







Chaque mois, Causette donne la parole à un duo sen­ti­men­tal pour com­prendre com­ment les visions diver­gentes de chacun·e n’empêchent pas (tou­jours) le ménage de tour­ner. Dans cet épi­sode, Anne* n’aurait jamais pen­sé être en couple avec un mili­taire. Jérôme* lui a prou­vé qu’il ne fal­lait jamais dire jamais.


* Les pré­noms ont été modifiés 









Anne

50 ans

« Ce soir de jan­vier 2019, je me suis dit : “Jamais de la vie.” Quand on s’est deman­dé ce qu’on fai­sait comme métier, Jérôme m’a répon­du qu’il était dans l’armée. Ça a été un choc. J’ai hor­reur de l’autorité, de la vio­lence, et il y a des pro­fes­sions qui sont inen­vi­sa­geables pour moi, notam­ment mili­taire et poli­cier. Avant de se ren­con­trer en vrai, on a tcha­té pen­dant des semaines, car j’étais per­sua­dée que ça ne ser­vi­rait à rien qu’on se voie. Quand j’étais ado, j’avais dans ma chambre ce fameux pos­ter typique des années 1970 où il est écrit “Why ?”, avec un sol­dat en train de tom­ber. À cette époque, avec mes amis, on fai­sait la nique aux flics en rou­lant à fond en scooter[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
Capture d’écran 2021 11 18 à 13.04.56

Ados : leur monde est queer

De plus en plus de jeunes de 20 ans et moins rejettent la « norme » hété­ro­sexuelle et la bina­ri­té de genre. LGBT, gen­der fluid, non-​binaires, pansexuel·les ou asexuel·les, ces jeunes reven­diquent une plus grande liber­té à...

crabe

Séparation : quand la mala­die tue le couple

Si la majorité des unions tiennent bon, voire se renforcent face à la maladie, certaines vacillent et se déchirent. Les femmes malades constatent, plus souvent que les hommes, un manque de soutien de la part de leur conjoint.

1 MATHIAS BENGUIGUI  DSC8427 A

Témoignages : conver­ti par amour

Mathias s’est toujours questionné sur ses origines. Pour lui, sa rencontre avec Rachel ne doit rien au hasard : elle a été un catalyseur qui l’a conduit à devenir juif quatre ans plus tard.