Les 20 plumes fémi­nines : Francesca Serra

Cette année encore, on risque de se faire assommer par la vague des sorties de livres à l’occasion de la sacro-sainte rentrée littéraire. Et pour affronter l’autre deuxième vague – au cas où on nous reconfinerait –, mieux vaut s’armer de bonnes lectures. Causette n’a choisi que des autrices. Discrimination positive assumée. Des plumes belles et rebelles qui ne devraient pas vous laisser indemnes. Voici celle de Francesca Serra.

Capture d’écran 2020 09 25 à 15.17.59
© Capture écran

On parlera d’une histoire de millennials, à base d’échanges de Snapchat et de sexe, de mensonges et de vidéos sur les réseaux sociaux. On parlera de quelque chose qui lorgne autant vers l’ultraréalisme social que vers la réflexion sur le droit à l’oubli dans les méandres d’Internet. On parlera d’un récit générationnel et très charnel. De tout cela il est question dans Elle a menti pour les ailes. 

D’un calibre de 480 pages, ce premier roman se déroule en une seule année scolaire, charnière. Nous sommes en 2015-2016, dans une petite ville balnéaire (et fictive) du sud-est de la France. Garance Sollogoub, 15 ans, est aussi belle que sa mère, Ana, ancienne danseuse d’opéra devenue prof de danse. Quand un concours de mannequins fait étape ici, elle est favorite. D’autres élèves, jaloux, imaginent alors un piège (numérique), qui mettrait le feu à son image, aussi bien sur les réseaux qu’au bahut et dans la ville. À tel point que Garance disparaît. 

La trame de l’histoire mute et devient une enquête, qui dit beaucoup de la vie des ados – entre eux et surtout sur les réseaux sociaux. Mais par-delà ce fil (et ses fausses pistes), le livre nous attrape grâce à ses digressions sur les ados entre eux·elles, sur le lien entre une mère et sa fille, sur l’autorité, la transmission, ou encore l’érotisation du corps féminin à travers les « applis » de jeunes, qui lui donnent progressivement du corps et du coffre. Porté par une écriture qui sait varier les effets, ce livre est d’une sacrée ampleur. 

Elle a menti pour les ailes, de Francesca Serra. Éd. Anne Carrière, 480 pages, 21 euros.

Partager
Articles liés
capture decran 2021 01 29 a 17.47.09

Périple hors limite

Cette année encore, Causette est fière d’être partenaire du prix Hors concours, qui récompense un livre issu de l’édition indépendante. La grande gagnante est cette fois Claire Duvivier avec Un long voyage, qui a fait la quasi unanimité. Les juré·es...

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.