fbpx
Unknown

1922, la série d'été : "La Garçonne", le sul­fu­reux roman fémi­niste dont les fémi­nistes se seraient bien passées

Série d'été : Il y a un siècle, les femmes 1/​4

Il y a un siècle et un jour, le 12 juillet 1922, parais­sait La Garçonne, best-​seller signé par Victor Margueritte. En dépei­gnant la vie libre mais dépra­vée de son héroïne aux che­veux courts, Monique Lerbier, l'allié fémi­niste enten­dait ser­vir la cause. Mais du côté des mili­tantes, on fut plus gênées qu'autre chose.

« La Garçonne n’est qu’une étape dans [la] marche inévi­table du fémi­nisme, vers le but magni­fique qu’il attein­dra. » Ces mots pleins d'ambition sont ceux de Victor Margueritte lorsqu'il défend son roman à l'occasion d'une de ses mul­tiples réédi­tions. Au pro­gramme de cette « étape », donc : éman­ci­pa­tion fémi­nine certes, encore que, mais sur­tout sexe, les­bia­nisme et drogues dures, le tout nar­ré dans une langue sen­suelle voire crue.

C'est le para­doxe de l'un des livres les plus sul­fu­reux du début du siècle der­nier, paru en juillet 1922 au cœur de ces années folles où l'avant-garde bour­geoise et artis­tique qui ne veut plus entendre par­ler de la guerre délie les mœurs. D'un côté, l'opprobre assaille La Garçonne et son créa­teur, qui sera même déchu du titre d'officier de la Légion d'honneur, une pre­mière dans l'histoire de l'ordre. Le scan­dale est si grand que « la très catho­lique Ligue des pères de familles nom­breuses dépose d’abord une demande de sai­sie de l’ouvrage, mais le Garde des Sceaux la bloque, redou­tant le ridi­cule d’un pro­cès en cour d’assises », indique l'historienne Yannick Ripa dans son excel­lente pré­face de l'édition Petite Biblio. De l'autre, l'ouvrage est un véri­table suc­cès de vente – « Vingt mille exem­plaires ven­dus en quatre jours, trois cent mille en six mois, le demi-​million est dépas­sé en 1924, et le mil­lion atteint en 1929 », détaille l'historienne du fémi­nisme Christine Bard, dans son essai de réfé­rence Les Garçonnes – et per­met à Victor Margueritte de s'offrir une vil­la avec vue à Sainte-​Maxime dans le Var. On peut le dire, les aven­tures de Monique Lerbier ont appor­té à son créa­teur argent, gloire et déboires.

« – Sans les che­veux courts, et aca­jou, on dirait Monique.
- C'est elle ! N'est-ce pas, mon petit Max ?
Le cri­tique, ayant ajus­té son monocle, décla­ra :
- C'est bien elle. Ce que ça la change, par exemple, cette coif­fure ! Aujourd'hui, pour la femme, c'est le sym­bole de l'indépendance, sinon de la force. Jadis, Dalila émas­cu­lait Samson, en lui cou­pant les che­veux. Aujourd'hui, elle croit se viri­li­ser, en rac­cour­cis­sant les siens ! »

Voici com­ment, au début de la deuxième par­tie de l'ouvrage, est révé­lée la trans­for­ma­tion de Monique qui vaut son titre au roman. Déçue par l'infidélité de celui qu'elle s'apprêtait à épou­ser, ayant rom­pu ses fian­çailles contre l'avis de ses parents, la jeune femme jadis un brin fleur bleue se relève de ses illu­sions en cou­chant avec le pre­mier venu, et bien­tôt beau­coup d'autres, hommes comme femmes. D'extraction bour­geoise, elle court les music-​hall du Paris bouillon­nant de l'après-guerre, gagne son indé­pen­dance finan­cière en tant que déco­ra­trice, découvre le plai­sir de la chair, mais aus­si celui de la drogue. 

Rompre avec la fémi­ni­té traditionnelle

Ces expé­riences éman­ci­pa­trices sont sym­bo­li­sées par la tein­ture rousse – cou­leur des séduc­trices – et sur­tout, la coupe de ses che­veux longs. Un geste qui, comme le note Yannick Ripa, déjà « bien avant guerre affi­chait osten­si­ble­ment une rup­ture avec la fémi­ni­té tra­di­tion­nelle et la séduc­tion sécu­laire » et avec elle, « un rejet de la hié­rar­chi­sa­tion des sexes ». C'est d'ailleurs le pro­pos de Monique-​cheveux-​courts lorsqu'elle lance à un prétendant :

«  – Voyons, Briscot ! C'est donc si extra­or­di­naire qu'en matière… d'amour (Elle hési­ta, ne trou­vant pas d'autre mot), une femme pense et agisse comme un homme ? Il faut vous faire à cette idée, et me prendre pour ce que je suis : un gar­çon.
Il eut au bout des lèvres : une garce, et par poli­tesse, ache­va le mot :
- Une gar­çonne, je sais. La gar­çonne ! »

C'est avec ce roman que le terme de gar­çonne rentre dans la langue com­mune, après avoir fait son appa­ri­tion dans les années 1880 sous la plume de Joris-​Karl Huysmans qui décri­vait alors une sil­houette andro­gyne à l'aide d'un « sein dur et petit, un sein de gar­çonne à la pointe vio­lie ». Monique Lerbier devient l'archétype de ces femmes libé­rées qui trans­gressent les tabous par leur style de vie moderne et brouillent le genre par leur accou­tre­ment : les che­veux, certes, mais aus­si l'accessoire ciga­rette et les robes amples qui cachent les formes de l'éternel fémi­nin, tout en dévoi­lant les che­villes, per­met­tant ain­si de mar­cher et dan­ser sans entrave. Elle devient aus­si une icône puisque, dans le sillage du suc­cès lit­té­raire, « jusque dans les cam­pagnes, tombent les che­veux et s'arbore la coif­fure "à la gar­çonne" », note Yannick Ripa. Pour autant, pré­cise Christine Bard, « les jeunes filles qui se font cou­per les che­veux prennent […] des risques : que­relles fami­liales, dis­putes conju­gales, dont la presse se fait par­fois l’écho. »

Margueritte, cet allié à côté de la plaque

S'il capte autant l'air du temps et y contri­bue, c'est que Victor Margueritte per­çoit son œuvre comme héri­tière du natu­ra­lisme du siècle pré­cé­dant. Vilipendé pour l'outrage aux bonnes mœurs que consti­tue l'excès d'hédonisme d'une Monique déchaî­née dans la fête, le sexe et la prise de pro­duits illi­cites, il rétorque qu'il ne fait que dépeindre le réel. 

Mais ce livre qui se veut un appui aux femmes de son époque est ambi­va­lent. D'un côté, Monique met « en pra­tique les conseils que Léon Blum don­nait dans Du mariage (1907), où il encou­ra­geait, pour les gar­çons et les filles, les expé­riences pré­con­ju­gales », explique Christine Bard. De l'autre, « la fin très morale de La Garçonne relève de l’exorcisme, pour­suit l'historienne. Monique ren­contre mira­cu­leu­se­ment un homme qui la res­pecte, et qui, en lui sau­vant la vie, lui offre le rachat. » Ainsi, les amours saphiques de Monique sont relé­guées à la pas­sade de jeu­nesse. Pire : elle accepte de se lais­ser pous­ser les che­veux et de lais­ser tom­ber le roux parce que son che­va­lier blanc le lui demande !

« Elle leva les yeux, quê­ta la réponse à sa ques­tion muette : "Tu m'aimes ?" Mais il se bor­na à décla­rer :
- Si tu lais­sais repous­ser tes che­veux sans les teindre ? Leur vraie nuance, à la racine, est ravis­sante.
- Je le ferai, si tu le pré­fères. »

Droit de vote vs. bagatelle

Au-​delà de ces ambi­guï­tés, peu de fémi­nistes défen­dirent Victor Margueritte dans la tem­pête média­tique – de jour­naux catho­liques, de droite mais aus­si de gauche – qui s'abattit sur La Garçonne. A ce moment-​là, elles ont d'autres chats à fouet­ter, comme l'explique Yannick Ripa : « Aucune place ne peut être faite aux gar­çonnes dans le mou­ve­ment fémi­niste réfor­miste, si fri­leux à l'égard de la sexua­li­té. […] L'après-guerre, qui ren­voie au foyer des hommes meur­tris, pro­longe le silence. Le corps des femmes doit apai­ser le guer­rier et accueillir sa semence pour repeu­pler la France, sor­tie exsangue du conflit. De ce devoir, la majo­ri­té des fémi­nistes a l'intention de se ser­vir pour faire valoir ses reven­di­ca­tions et en pre­mier lieu obte­nir le droit de vote et d'éligibilité que toutes leurs orga­ni­sa­tions ont ins­crit à leur pro­gramme depuis 1909. » On com­pren­dra mieux que les fan­tasques gau­drioles de Monique laissent les mili­tantes de marbre, d'autant que, coïn­ci­dence, le jour de paru­tion du roman chez Flammarion est mal choi­si : le 12 juillet 1922, le Sénat vote contre le droit de vote des femmes, que l'Assemblée avait fait pas­ser en 1919.

Par ailleurs, elles ne goûtent pas toutes la « viri­li­sa­tion » des femmes repré­sen­tée par Monique. En sep­tembre 1922, un article de La Française qui, depuis 1906, se veut « le jour­nal du pro­grès fémi­nin », recon­naît à Margueritte des qua­li­tés d'« excellent fémi­niste » met­tant « les hommes en face de leur injus­tice envers les femmes ». Cependant, atten­tion ! : « L'émancipation des femmes ne se fera pas par les "gar­çonnes" qui tentent par en bas l'égalisation de la morale. » Heureusement que depuis, on a inven­té la sororité…

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés