La pol­lu­tion cachée d'Internet et com­ment la limiter

Mise à jour du 3 janvier 2022 : Depuis le 1er janvier en France, les factures Internet fixe et mobile comportent une nouvelle donnée, celle de l'empreinte carbone de l'utilisation des données. Un décret publié au journal officiel le 23 décembre, complétant la loi de lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire (AGEC) de 2020, y oblige désormais les opérateurs. Le mode de calculs, basé sur les travaux de l'Ademe, est contesté par les spécialistes, bien que la pollution de l'utilisation d'internet ne soit pas en cause.

Utiliser Internet a un fort impact quotidien sur notre empreinte carbone. On vous explique pourquoi et on vous donne des pistes pour limiter la casse.

click

« Ting ! » fait votre messagerie : vous avez reçu un e-mail ! Immatériel, rapide, silencieux, inodore, propre, moderne – et surtout sans effort –, l’univers d’Internet est formidable : un petit clic et hop, le monde vient à nous. Le problème, c’est que chaque clic, comme chacune de nos actions, laisse une empreinte écologique qui, multipliée par des milliards, finit par peser lourd en gaz à effet de serre. Causette vous emmène dans les entrailles du réseau des réseaux, cet ogre dévoreur d’énergie, et vous donne quelques tuyaux pour réduire votre pollution et sauver Nénette (la Terre)… avec le sourire.

Les chiffres liés à Internet donnent le tournis :

1

Et pourtant, aujourd’hui, seuls 42% de la population mondiale sont connectés à Internet.

2
3Lemail

Lorsqu’on envoie un email à quelqu'un, comme ça va très vite, on pense toujours qu’il va tout droit d’un ordinateur à l’autre, comme le vol d’un oiseau joli.

4

En fait, non.

5

En plus, pour faire le tour du monde, un e-mail passe par tout plein d’appareils qui consomment tous de l’énergie et produisent du gaz à effet de serre (prout !).

6

144 milliards d’e-mails sont échangés chaque jour dans le monde. En plus, l’impact climatique de l’e-mail augmente avec le poids des pièces jointes et le nombre de destinataires.

7 1

Trente-trois e-mails de 1 Mo adressés à deux destinataires par jour et par personne, ça entraîne l’émission de 180 kilos de CO2 par an, ce qui équivaut à plus de 1 000 kilomètres parcourus en voiture. Ça nous fait du 1,35 g par e-mail, quand même. Et ce n’est pas tout : il y a d’autres impacts : l’envoi d’un e-mail avec une pièce jointe de 1 Mo consomme 7,5 g équivalent de fer, soit le poids d’une pièce de 1 euro.

7 B
8La requête

Utiliser un moteur de recherche – appelons-le Voogle, au hasard – ça ne demande aucun effort. Et c’est bien ça le problème.

9

Mais, en vrai, une recherche, ça fait comme ça :

1- Vous « allez » sur la page du moteur de recherche (MDR)… et la page « vient » chez vous. 2- Vous tapez un mot-clé dessus. Là, les machines se mettent à chauffer (prout, prout) pour analyser les données indexées et vous renvoyer des réponses. 3- Vous les consultez et cliquez sur l’adresse qui vous convient. La page que vous avez choisie « vient » chez vous. 4- Ça y est, vous y êtes ! Pas si simple, hein ?

10

Alors que si vous avez préalablement indexé la page, ça fait comme ça :

11

1- Vous envoyez l’adresse de la page à votre hébergeur. 2- La page que vous avez choisie vient chez vous.

Encore mieux : si vous l’avez sauvegardée, la page est déjà chez vous !

12
13Conclusion

Indexez (ou archivez) les pages dont vous avez besoin…

14
Globe-trotter

La France compte 29 millions d’internautes, lesquels effectuent en moyenne 949 recherches Internet par an. Soit l’émission d’environ 287 600 tonnes équivalent CO2. Ou l’équivalent de 1,5 million de kilomètres en voiture. Vroum.

ALORS, COMMENT SAUVER NÉNETTE ?
Avec ses e-mails

• Limiter les envois en nombre, notamment en répondant à un message groupé.
• Éviter les pièces jointes, les fichiers lourds (ou les compresser).
• Faire un nettoyage régulier de sa boîte e-mail et installer un antispam (car tous les e-mails sont stockés sur un serveur, occupent donc de l’espace et consomment de l’énergie).

Avec son navigateur

• Enregistrer les adresses fréquemment consultées dans les « favoris ».
• Éviter les recherches inutiles et entrer directement les adresses déjà connues.
• Préciser ses mots-clés et cibler sa demande permet de limiter la sollicitation des serveurs du moteur de recherche.
• Aller directement à l’adresse d’un site divise par quatre les émissions de gaz à effet de serre. Et on peut encore s’améliorer : cliquez directement sur l’adresse d’un site au lieu de consulter cinq résultats de recherche, votre impact « consommation de matières premières » passera de 5,5 à 0,3 g équivalent fer.

Avec son imprimante

• Régler PAR DÉFAUT les imprimantes sur noir et blanc, qualité brouillon, recto verso et deux pages par face.
• Imprimer seulement les messages indispensables. Ça n’a l’air de rien, mais, en réduisant les impressions d’e-mails d’une entreprise de 100 personnes de seulement 10 %, on économise 5 tonnes en équivalent CO2 , soit, 5 allers-retours New York-Paris.

Avec son doigt

• On coupe son ordinateur et sa box quand on ne s’en sert plus.

Lire aussi l La pollution cachée des smartphones

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.