fbpx
table lamp turned-on near bed
© Jp Valery

#MeTooInceste : « Afin d’éviter toute gêne fami­liale, il me dit du ton le plus calme de ne pas en par­ler »

Causette est par­te­naire de Lettres d’une géné­ra­tion, un site sur lequel les adolescent·es et jeunes adultes fran­co­phones sont invité·es à écrire une lettre à un des­ti­na­taire qui ne peut pas répondre. Toutes les deux semaines, Causette publie l’une de ces mis­sives.
Dans ce dou­zième épi­sode, Walky, 25 ans, libère avec un immense cou­rage sa parole sur l'inceste qu'elle a vécu, dans le sillage du #MeTooInceste.

Vous avez entre 15 et 25 ans et sou­hai­tez par­ti­ci­per au pro­jet Lettres d’une géné­ra­tion ? Écrivez-​leur par là !

Lettre à ce que je ne peux plus taire

"Je me réveille.
C’est la nuit
Volets fer­més
Noir com­plet
Allongée, sur le côté au bord du lit
Il est der­rière contre moi
Ses mains sur mes fesses et mes seins

Tout contre moi
Je sens sa res­pi­ra­tion dans mon cou
Est-​ce qu’il fai­sait chaud ou froid ?
Son odeur ? Je ne sais plus.
Tout en moi s’est fer­mé

Ardeur, plai­sir, exci­ta­tion
Raide, figée, clouée
Mon corps n’arrive pas à se lever
Et le temps s’est arrê­té

Une fois seule
J’ai beau­coup pleu­ré

Le len­de­main, mot d’ordre :
Afin d’éviter toute gêne fami­liale
Il me dit du ton le plus calme
De ne pas en par­ler.

Je me tais. J’enfouis le sou­ve­nir. Très loin.
Parfois je me demande si ça s’est vrai­ment pas­sé.
J’ai repris ma vie
Mes blagues
Les soi­rées
Faire la con
Ça s’appelle le déni

On se revoit tout à fait nor­ma­le­ment
J’oublie
Il ne s’est rien pas­sé

J’ai écrit
Un peu, pas beau­coup
Ce qui vou­lait bien sor­tir
Et puis chaque fois
Je déchi­rais le papier

Et puis je ne sais pas pour­quoi
Deux pages sur un car­net
Laissées dans un coin

Un soir je vais les relire
J’ai réécrit
Et puis j’ai tout déchi­ré
En 2
En 4
Et puis en 6

Retour sur écran,
Je lis d’autres qui racontent
Je recolle les mor­ceaux
Je t’envoie
Et je sup­prime la conver­sa­tion.

Mais voi­là qu’on me répond.
Tu seras publié ici
C’est fait.
Maintenant je parle.
Oui je parle.

Il essaie­ra de me faire pas­ser pour folle
C’est le der­nier de mes sou­cis

Maintenant tu es là
Maintenant tu existes
Maintenant les mor­ceaux sont recol­lés."

Walky, 25 ans, France.

Lettre d'une géné­ra­tion, épi­sode 11 l Corona-​blues : « La force qui m’a quit­tée il y a un an est là, dans mon cahier à idées que je n’ouvre plus »

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  


Idées Cadeaux Causette

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés