Yasmine Benkiran Photo 1
Portrait de Yasmine Benkiran. © Capture écran www.femmesdumaroc.com

"Mon film raconte l’histoire de deux femmes et une petite fille qui fuient le patriar­cat" : Yasmine Benkiran, nou­velle figure fémi­niste du ciné­ma marocain

Reines, de Yasmine Benkiran, n’est pas un pre­mier film comme les autres. Teinté d’humour et de fan­tas­tique, ce road-​movie maro­cain nous embarque à bord d’un camion, sur les routes de l’Atlas, aux côtés de deux femmes en cavale et d’une petite fille qui croit aux sor­cières. Explications avec sa jeune réa­li­sa­trice féministe…

Causette : Deux femmes en quête de liber­té, qui s’embarquent dans un road-​movie fra­cas­sant tra­ver­sé de pay­sages somp­tueux : impos­sible de ne pas pen­ser à Thelma et Louise, œuvre culte de Ridley Scott, en voyant Reines. Que repré­sente ce film pour vous ? Un modèle, un repère ?
Yasmine Benkiran : Honnêtement, quand j’ai com­men­cé à écrire mon scé­na­rio, je n’y ai pas pen­sé une seconde ! Ce que je vou­lais, au départ, c’était construire une his­toire autour de trois femmes au volant d’un camion. J’ai gran­di au Maroc, et les gros camions hyper cus­to­mi­sés qui tra­versent le pays, ils sont nom­breux là-​bas, m’ont tou­jours fas­ci­née. Ils sont à la fois impo­sants et fra­giles, sur­tout dans les virages [rires] ! Et bien sûr, ils sont asso­ciés au mas­cu­lin, rai­son pour laquelle, aus­si, j’ai pen­sé à eux. Car je tenais à don­ner une autre repré­sen­ta­tion de la femme arabe ; autre que celle, un peu misé­ra­bi­liste, que l’on trouve dans les films d’auteur en tout cas. Oui, j’avais envie d’un film enle­vé, popu­laire, qui mélange les genres et bous­cule les codes du ciné­ma arabe ! Après… J’adore Thelma et Louise et j’y ai évi­dem­ment pen­sé au fur et à mesure que j’avançais dans l’écriture, en me disant d’ailleurs que j’allais m’amuser avec ça comme avec d’autres films célèbres, tel Le Salaire de la peur. Ne fai­sons pas comme s’ils n’avaient jamais exis­té ! Surtout que le public maro­cain a été abreu­vé de films hol­ly­woo­diens et euro­péens, par la télé ou les DVD, il per­çoit très bien les réfé­rences, les clins d’œil, j’avais envie de jouer avec ça…

Rien de moins ano­din, néan­moins, pour une jeune cinéaste franco-​marocaine comme vous que de se lan­cer dans un pre­mier long-métrage qui mixe comé­die et film d’aventure, le tout rehaus­sé d’une pointe de fan­tas­tique. D’où vous vient ce goût du ciné­ma de genre, assez inat­ten­du ?
Y.B. : J’ai gran­di au Maroc dans une famille plu­tôt intel­lec­tuelle. Mon père, prof de maths, a une for­ma­tion d’ingénieur infor­ma­tique et ma mère est psy­cha­na­lyste. Le pre­mier a le goût des étoiles et de la science-​fiction, qu’il m’a trans­mis. La seconde a fait sa thèse sur les thé­ra­pies tra­di­tion­nelles au Maroc, qui font appel au sur­na­tu­rel. D’un côté comme de l’autre, mon ima­gi­naire a donc été nour­ri par tout ce qui sor­tait du réa­lisme pur. Et voi­là pour­quoi, sans doute, j’aime le ciné­ma qui déréa­lise : parce que c’est un moyen d’entrer dans un pays ima­gi­naire… En plus, là, on est dans une cavale. Il y a un côté action et un côté humour aus­si. Cela apporte de la dis­tance, or, je pense que l’on voit mieux les choses quand on prend un peu de distance…

En l’occurrence, à tra­vers ses héroïnes aty­piques, Reines raconte bel et bien les entraves cultu­relles et sociales qui brident les femmes maro­caines, non ?
Y.B. : Oui, c’est exac­te­ment ça : mon film raconte l’histoire de trois femmes, enfin de deux femmes et d’une petite fille, qui fuient le patriar­cat. Même si les choses évo­luent à la vitesse grand V aujourd’hui au Maroc, le Code de la famille est ain­si en train d’être refon­du, les lois sont ter­ri­ble­ment en retard. Par exemple, si un père meurt et qu’il n’a que des filles, eh bien, c’est un vieil oncle ou un cou­sin qui héri­te­ra, pas sa veuve ni ses filles ! Il faut donc se battre sur tout, avoir du souffle et tenir. Mais j’ai eu une mère très fémi­niste, alors je tiens !

Parlez-​nous d’Asma, la conductrice-​mécanicienne du fameux camion, mais aus­si de Zineb, la déte­nue en fuite, et d’Inès, sa fillette…
Y.B. : C’est Zineb qui est arri­vée en pre­mier, quand j’écrivais. Elle a une gouaille pas pos­sible, une éner­gie fas­ci­nante, un peu à la Anna Magnani. Elle parle fort, a du panache et, en même temps, elle est très fra­gile : cette ambi­va­lence m’intéressait. Ensuite est venue Inès, la gamine. J’adore les films avec enfants parce qu’ils portent en eux cette foi en l’imaginaire. Inès m’a per­mis d’intégrer des séquences de conte à mon récit, vu qu’elle se pas­sionne pour Aïsha Kandisha, une créa­ture du folk­lore très connue au Maghreb, une sorte de sor­cière, mais en mode ogresse. Un peu notre fée Carabosse, si vous vou­lez ! J’avais envie de la réha­bi­li­ter, j’ai donc fait d’elle la reine des Djinns [des créa­tures sur­na­tu­relles issues de la mytho­lo­gie ara­bique pré-​islamique, ndlr] ! J’ai d’autant moins hési­té qu’il existe des mil­liards de ver­sions de Kandisha… Et puis, enfin, il y a Asma : la plus clas­sique des trois, même si elle tra­vaille avec son père dans son ate­lier de méca­nique. Elle est mariée à un homme qu’elle n’aime pas, elle étouffe, mais elle n’ose pas envi­sa­ger une autre vie, jusqu’à ce que son che­min per­cute celui de Zineb… Avec Asma, j’introduis la notion de déso­béis­sance. J’aime bien qu’elle puisse éclore au volant d’un camion. En déci­dant de res­ter avec Zineb, elle va deve­nir hors la loi, d’accord, mais elle va aus­si acqué­rir sa liber­té. Au fond, Asma est un peu la ligne dyna­mique du film !

Iriez-​vous jusqu’à dire que votre film “déso­béis­sant” est un film révo­lu­tion­naire ?
Y.B. : Non, je ne crois pas. Il n’y a pas de scènes de sexe, par exemple. Mais c’est un film poli­tique, en tout cas, car il pro­pose des choses un peu rock, qui donnent un coup de vieux sup­plé­men­taire aux vieux mecs !

Capture decran 2024 05 13 a 4.12.28 PM

Reines, de Yasmine Benkiran. En salles le 15 mai.
© Moonlight Films Distribution

Vous êtes arrivé.e à la fin de la page, c’est que Causette vous passionne !

Aidez nous à accom­pa­gner les com­bats qui vous animent, en fai­sant un don pour que nous conti­nuions une presse libre et indépendante.

Faites un don
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.