Magazine n° 116 – Novembre 2020

couverture causette 116
couverture causette 116

ÉDITO

Comme chaque lundi, le réveil a sonné à 6 heures. Et ça pique. D’habitude, c’est plutôt à cause du petit
verre de trop du samedi soir. Pour relâcher la pression de la semaine, elle ne lésine
jamais sur le dancefloor avec les copines. Ça défoule. En général, elle essaie de ne
pas trop parler de ses élèves, histoire de penser à autre chose, mais bien souvent
c’est plus fort qu’elle. Alors, avec l’humour qui la caractérise, elle leur raconte la
dernière sortie hilarante de Kyan, les résultats prodigieux et inespérés de Johanna,
les tenues très personnelles d’Ismaël, mais aussi les débats enflammés et parfois
houleux qu’elle a avec eux sur la liberté d’expression pendant le cours d’éducation
morale et civique. Elle voit bien que, depuis quelques années, c’est de moins en
moins évident d’évoquer ces sujets-​là. Ça lui colle même un peu la boule au ventre
quand vient le moment… Mais la vocation, elle l’a chevillée au corps. Et elle croit
encore aux vertus de la parole et de l’éducation pour déminer les idées reçues et
lutter contre l’obscurantisme. La plupart du temps, elle y parvient. Et c’est avec le
sentiment du devoir accompli qu’elle quitte son établissement en fin de journée.
Pas mécontente d’elle ! Depuis Charlie, le combat est rude. Mais elle ne lâche rien.
Ça compte beaucoup pour elle.
Ce lundi-​là, pourtant, la gueule de bois est carabinée. Et elle n’a rien à voir avec
l’abus d’alcool. Son week-​end, elle l’a passé à pleurer, à crier et à marcher, pancarte
à la main, place de la République. Sauf que, recroquevillée dans le fond du train froid
et sombre qui la mène vers son collège, elle a très mal à sa République. Elle pense
à Samuel Paty en boucle depuis trois jours. Elle ne peut s’empêcher de l’imaginer
sortir gaiement du collège en fin d’après-midi avant que l’impensable se produise.
Comme elle le fait chaque jour. Elle se demande comment on a pu en arriver là. Mais,
alors qu’une larme coule sur sa joue, lui revient en mémoire cette lettre écrite par
Albert Camus à son ancien instituteur, quelques jours après avoir reçu le prix Nobel,
et dans laquelle il lui disait :
« On vient de me faire un bien trop grand honneur, que je n’ai ni recherché ni sollicité.
Mais quand j’ai appris la nouvelle, ma première pensée, après ma mère, a été pour vous.
Sans vous, sans cette main affectueuse que vous avez tendue au petit enfant pauvre que
j’étais, sans votre enseignement, et votre exemple, rien de tout cela ne serait arrivé. »
Alors, la gorge nouée et le cœur serré, elle sort du train. Et marche d’un pas décidé
vers le collège Albert-​Camus où elle enseigne depuis quinze ans. Et elle reprend un
tout petit peu espoir.

116 quiches jean gucci capture eran gucci.com

Un brin excessif …

L’herbe est toujours plus verte chez Gucci, chez qui on peut se procurer une salopette et un jean version « roulade bucolique dans le gazon » pour les modiques sommes respectives de 980 et 680 euros. La marque iconique italienne file un mauvais coton, mais bio, s’il vous plaît ! 
Lire l’article
books on brown wooden shelf

Chloé Delaume : « La quatrième vague féministe, celle que nous vivons depuis #MeToo, est une révolution de mœurs »

« Fatwa civilisationnelle » ; « Projet génocidaire moral » ; « Une forme de totalitarisme ». C’est ce qu’ont hurlé bien des messieurs, y compris dans le poste de radio. Ce qui les a rendus mabouls, ce n’est pas la venue de l’Apocalypse ni une émasculation de masse, mais une remarque d’Alice Coffin. Militante féministe, autrice du…
Lire l’article
116 christiane taubira stephane de bourgies

La sélection livres de novembre 2020

Taubira l’écrivaine Paru en pleine rentrée littéraire, le premier roman de Christiane Taubira est de ceux qu’on ne lit pas comme les autres. En quelques pages, on est rassuré : le style littéraire est à l’aune de la verve oratoire de l’ancienne ministre. Gran Balan s’ouvre dans un tribunal de Guyane…
Lire l’article
116 BD A VOLONTE © Editions Delcourt 3

La sélection BD de novembre 2020

À volonté – Tu t’es vue quand tu manges ? L’une s’appelle Mademoiselle Caroline. L’autre s’appelle Mathou. Vous connaissez sans doute déjà leurs nombreuses BD, dans lesquelles elles se racontent avec humour et légèreté. Voilà que les deux autrices et dessinatrices s’associent dans un ouvrage à quatre mains pour évoquer un…
Lire l’article
Partager
Articles liés
Causette 99 couv bd nocede

Magazine n° 99 – Avril 2019

ÉDITO « Ta planète, tu la veux bleue ou bien cuite ? » Le message a le mérite d’être direct et l’urgence palpable. « La planète peut se passer de nous, mais nous ne pouvons pas nous passer d’elle1 », ont crié les ados, tout...

couverture causette 115

Magazine n° 115 – Octobre 2020

ÉDITO Fontaine de Jouvence Comment, sur un sujet pareil, ne pas se prosterner devant l’autel de la grande Brigitte ? Non pas celle-​là, l’autre ! Vous pensez bien… La Fontaine. Non, pas Jean ! Brigitte. Bon, Brigitte Fontaine...

Causette HS9 COUV bd

30 histoires de femmes infréquentables

Hors-​série n° 9 – Printemps 2019 ÉDITO Ça s’appelait le « Cabinet de curiosité ». Créée dans les premières années de Causette, en 2011, cette rubrique ­farfouillait dans les brocantes de ­l’Histoire, pour y dégotter des femmes aux...

HS5 couverture clito

Voyage en Clitorie

Hors-​série n° 5 – Hiver 2016–2017 ÉDITO Si, j’en ai un !Et toi aussi, si je te le dis !Et ce n’est pas ce petit moignon ridicule de 5 millimètres dont tes bouquins de SVT t’ont parlé.Non, non, ça c’est juste le pompon du bonnet...