fbpx
book lot on table
© Tom Hermans

Salon du livre fémi­niste : annu­la­tions en cas­cade sur fond de ten­sions entre fémi­nistes radi­cales et alliées à la cause trans

Prévu le same­di 23 octobre, un salon du livre fémi­niste pari­sien se pro­po­sait de réunir une tren­taine d'autrices issues de dif­fé­rents cou­rants du fémi­nisme. Mais la pré­sence de Marguerite Stern et Dora Moutot, qui mul­ti­plient les prises de posi­tion excluant les per­sonnes trans des com­bats fémi­nistes, a convain­cu d'autres invi­tées de renon­cer à leur par­ti­ci­pa­tion.

« Nous nous reti­rons en rai­son de la pré­sence de mili­tantes conser­va­trices oppo­sées au droit des per­sonnes trans. » C'est par ces mots, publiés ce week-​end, que Léane Alestra, membre du col­lec­tif des auteu­rices de l'ouvrage Nos amours radi­cales, annon­çait l'annulation de sa pré­sence et de celle d'autres autrices au salon du livre fémi­niste pré­vu le same­di 23 octobre dans les locaux de la Librairie des femmes à Paris. En cause, les noms de deux invi­tées par­mi les trente pro­gram­mées par la pre­mière édi­tion de ce salon : Marguerite Stern, ex-​Femen et créa­trice du mou­ve­ment des col­lages anti fémi­ni­cides et Dora Moutot, créa­trice du compte Instagram d'éducation à la sexua­li­té @TasJoui. Ces deux femmes, mili­tantes fémi­nistes proches du milieu des fémi­nistes radi­cales (nom­mé TERF pour Trans Exclusionary Radical Feminist par leurs opposant·es1) tiennent régu­liè­re­ment dans leurs prises de parole publiques de vio­lents des pro­pos jugés trans­phobes – trans­pho­bie qui, au même titre que le racisme ou l'homophobie, est punie par la loi.

Dans la fou­lée, Axelle Jah Njiké (qui tient actuel­le­ment la rubrique Au lance-​flamme de notre maga­zine), Hina Hundt, Iris Brey, Klaire fait grr, Louise Mey et Jennifer Padjemi annon­çaient elles aus­si qu'elles refu­saient de par­ti­ci­per à un évé­ne­ment qui asso­ciait leurs noms aux autrices Stern et Moutot. Soit, pour l'heure, sept femmes sur les 25 noms annon­cés. « Comme d'autres, j'ai le sen­ti­ment d'avoir été ins­tru­men­ta­li­sée, raconte Axelle Jah Njiké à Causette. J'ai accep­té l'invitation sans avoir eu connais­sance de la liste com­plète des invi­tées. Et le fait que Marguerite Stern et Dora Moutot aient eu accès avant toutes les autres par­ti­ci­pantes à cette liste com­plète jusqu'à la par­ta­ger sur leurs réseaux avant toute offi­cia­li­sa­tion, me conforte dans cette idée. » En effet, c'est lorsque Dora Moutot dévoile sa par­ti­ci­pa­tion au salon en même temps que la liste des autres invi­tées sur ses réseaux sociaux qu'Axelle Jah Njiké « voit rouge ».

« Rassembler tous les fémi­nismes »

Après avoir appris ces désis­te­ments, l'autrice Marguerite Stern a choi­si d'axer sur les affron­te­ments répé­tés entre sa per­sonne et les femmes trans : « J’ai désor­mais peur d’aller en mani­fes­ta­tion [fémi­niste, ndlr] car la der­nière fois, j’ai été frap­pée et j’ai pris un œuf dans le visage », tweete-​t-​elle dimanche, avant de mégen­rer, comme à son habi­tude, une femme trans qui avait inter­pe­lé les autres invi­tées du salon sur sa pré­sence : « J’ai aus­si peur d’aller au salon du livre fémi­niste à cause de ce genre d’énergumène. Il a réus­si à faire en sorte que deux par­ti­ci­pantes se retirent. »

Du côté de l'organisation du salon, conçu par le Merci Simone Club éma­nant lui-​même du col­lec­tif Gang du cli­to, on déplore la réac­tion des autrices qui ont annu­lé. « L’idée de ce salon est de ras­sem­bler tous les fémi­nismes, même si ce n’est pas facile », explique à Causette Julia Pietri, fon­da­trice du Gang du cli­to et elle-​même autrice, qui tien­dra un stand au salon. Dans un mail envoyé dimanche à ses invi­tées après les pre­miers désis­te­ments, elle ajoute : « J'ai été un peu opti­miste de pen­ser que je réus­si­rai à repré­sen­ter un fémi­nisme plu­riel sur le salon du livre fémi­niste. Mais je ne perds pas espoir d'y arri­ver un jour. » Pas de quoi convaincre Axelle Jah Njiké, qui rétorque : « Mon fémi­nisme est réel­le­ment plu­riel, c'est-à-dire qu'il inclut les per­sonnes trans, les tra­vailleuses du sexe et les femmes voi­lées [Marguerite Stern et Dora Moutot se posi­tionnent, elles, dans un fémi­nisme abo­li­tion­niste et uni­ver­sa­liste, ndlr]. L'autrice refuse-​t-​elle donc de com­mu­ni­quer avec elles et de se rendre aux mêmes évé­ne­ments ? Non, répond-​t-​elle, mais « dans une mani­fes­ta­tion de ce type, si leur pré­sence n'est pas contre­ba­lan­cée par des autrices trans, telles que Lexie par exemple, il n'y a pas de plu­ra­li­té des voix, mais seule­ment un mes­sage violent envoyé aux per­sonnes trans. » La liste des invi­tées du salon ne com­prend en effet aucune femme trans.

Une autre invi­tée du salon, Giulia Foïs, a lais­sé entendre sur Twitter qu'elle main­te­nait sa pré­sence : « J'ai vu l'info, a‑t-​elle twee­té dimanche à des inter­nautes l'interpelant. Je ne par­tage évi­dem­ment pas l'idée selon laquelle cer­taines femmes le seraient plus que d'autres [un des argu­ments de Marguerite Stern, ndlr]. Mais je pense sur­tout qu'on se flingue, nous toutes, quand on se tire dans les pattes entre nous. »

Devant cet énième épi­sode de ten­sions au sein même de la grande famille fémi­niste, Julia Pietri ne renonce pas à tenir son salon. « Je ne veux pas en dire plus pour ne pas atti­ser les haines, dit-​elle à Causette, mais la liste défi­ni­tive des autrices invi­tées contien­dra bel et bien plus de trente noms, mal­gré les annu­la­tions. » Lundi après-​midi, Marguerite Stern relayait l'annonce d'une nou­velle arri­vée dans le salon : Ksenia Potrapeliouk, autrice du livre Un métier comme un autre, qui se pré­sente comme « un pam­phlet, véri­table tir de mor­tier contre la pros­ti­tu­tion et la socié­té mar­chande ». Comme si, à force de mésen­tente, les sphères fémi­nistes inter­sec­tion­nelle d'un côté et abo­li­tion­niste, uni­ver­sa­liste et maté­ria­liste de l'autre ne pou­vaient que créer des murs étanches entre elles.

Lire aus­si l Militant·es trans ver­sus fémi­nistes radi­cales : his­to­rique d’un res­sen­ti­ment

  1. Causette a, dans une pre­mière ver­sion de cet article, uti­li­sé le terme TERF dans son titre. A la demande de Marguerite Stern qui indique à rai­son qu'il est loin d'être neutre, nous l'avons reti­ré[]
Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés