Manifeste des 343 : 50 ans après, les femmes se sou­viennent

Pour célé­brer les 50 ans de la publi­ca­tion du « mani­feste des 343 » qui ont cla­mé « je me suis fait avor­ter » à la Une du Nouvel Observateur le 5 avril 1971, Causette a recueilli les témoi­gnages de femmes qui ont vécu ce moment his­to­rique.

obs 1
©DR

Il y a cin­quante ans, le 5 avril 1971, une péti­tion fait l’effet d’une bombe. A la une du numé­ro 334 du Nouvel Observateur, cette phrase écrite en cou­leur sur un fond noir : « La liste des 343 Françaises qui ont le cou­rage de signer le mani­feste “ Je me suis fait avor­ter” ». Rédigé par Simone de Beauvoir, le mani­feste com­mence par ces phrases : « un mil­lion de femmes se font avor­ter chaque année en France. Elles le font dans des condi­tions dan­ge­reuses en rai­son de la clan­des­ti­ni­té à laquelle elles sont condam­nées, alors que cette opé­ra­tion, pra­ti­quée sous contrôle médi­cal, est des plus simples. On fait le silence sur ces mil­lions de femmes. Je déclare que je suis l’une d’elles. Je déclare avoir avor­té. De même que nous récla­mons le libre accès aux moyens anti­con­cep­tion­nels, nous récla­mons l’avortement libre. » Ce texte pré­cède les noms de 343 cou­ra­geuses signa­taires. Marguerite Duras, Gisèle Halimi, Françoise Fabian, Catherine Deneuve, Jeanne Moreau… mais aus­si de nom­breuses ano­nymes déclarent ain­si avoir avor­té dans les pages du maga­zine, bra­vant les pour­suites pénales – jusqu'à l'emprisonnement – aux­quelles elles s'exposent.

Parce que c’était il y a 50 ans, parce que c’était fina­le­ment hier – tant l’avortement léga­li­sé et dépé­na­li­sé en 1975 est tou­jours un droit fra­gile – Causette donne la parole à des ano­nymes qui n'ont pas signé le mani­feste mais l'ont vécu comme une élec­tri­sante libé­ra­tion. 

Jeanne, 70 ans

« Je n'ai pu par­ler de ce mani­feste qu'avec mes copines – nous en étions ravies – car dans mon milieu fami­lial, c’était l’omerta. Mon frère, par exemple, n’osait pas dire que c’était un grand pas, parce qu’il appré­hen­dait que les femmes s’émancipent trop et que les hommes n’aient plus la main-​mise sur leur vie. Mais le mes­sage était tel­le­ment fort et convain­quant qu’ils n’osaient pas le contes­ter ouver­te­ment. Par contre, je pense qu’il devait y avoir de la répres­sion à l’intérieur des familles. 
Les femmes qui ont por­té ce mani­feste ont frap­pé un grand coup. Qu’il y ait des per­son­na­li­tés, ça a per­mis de mar­quer les esprits, car il y avait cette idée que l’avortement était réser­vé aux "putes". Là, on démys­ti­fiait l’IVG. On mon­trait que tout le monde pou­vait être concer­né, même de gla­mour stars de ciné­ma, et qu’elles ne l’avaient pas fait pour leur confort per­son­nel. 
Mais ce mani­feste m’a aus­si tou­chée plus tard, dans mon intime, parce que j’ai eu besoin d’avorter. C’était entre 1975 et 1979, dates de nais­sance de cha­cun de mes enfants. L’avortement avait beau être deve­nu légal depuis la loi Veil, les méde­cins à qui j'ai eu affaire m’ont faite culpa­bi­li­ser, du début à la fin de la pro­cé­dure. Ils m’ont faite souf­frir autant phy­si­que­ment que mora­le­ment, en ne me pro­po­sant pas d'anesthésie et en me jugeant. Je vais avoir 70 ans, mais c’est quelque chose dont je me sou­viens dans les moindres détails. À cette époque, je n’ai pu le dire à per­sonne dans ma famille. Mon mari m’a très bien accom­pa­gnée, mais c’est res­té entre lui et moi. »

Christiane, 73 ans

« Quand le mani­feste est paru, j’ai res­sen­ti du sou­la­ge­ment. Et puis j’ai sur­tout trou­vé ça par­ti­cu­liè­re­ment cou­ra­geux de la part de ces femmes, parce que l’avortement était tou­jours un sujet très tabou. Pourtant nous étions en 1971, donc à la suite de 1968 où nous avions gagné plus de liber­tés. On com­men­çait à par­ler d’avortement, mais pas si ouver­te­ment que ça. L'influence de la reli­gion était encore très forte et on culpa­bi­li­sait énor­mé­ment les femmes, qui por­taient sou­vent seules le poids d'un avor­te­ment. Alors, toutes ces per­son­na­li­tés qui ont eu le cran de dire "moi je l’ai fait", ça a eu de l’effet, même si beau­coup de gens en ont été outrés.
A l’époque, je tra­vaillais à La Poste à Lyon, rien qu’avec des femmes. Mais ce n’est pas quelque chose dont on par­lait. Elles étaient plus âgées que moi et je sen­tais bien qu’elles étaient contre. Je ne me sou­viens pas non plus d’en avoir par­lé avec ma mère, qui était catho­lique et pra­ti­quante. Il n’y a pas eu une adhé­sion à 100 % des femmes. Pourtant, c'est grâce à ces 343 si dans les années qui ont sui­vi, nous n’avons plus été obli­gées soit de par­tir à l’étranger, soit de subir des atro­ci­tés entre les mains de n’importe quel char­la­tan pour se libé­rer d'une gros­sesse indé­si­rée. »

Anne, 61 ans 

« J’avais 11 ans lors de la paru­tion du mani­feste donc je n’ai pas de sou­ve­nirs pré­cis de ce moment. Mais ces femmes ont, par leur cou­rage, for­cé­ment influen­cé ma vie, moi qui ai avor­té léga­le­ment dix ans plus tard, en 1981. À l’époque, je tra­vaillais en tant que ser­veuse, c’était impos­sible pour moi d’être mère. Alors, le jour où j’ai su que j’étais enceinte, l’avortement fut pour moi une évi­dence, un choix vital même.
Dans mon milieu rural, c’était très mal vu d’évoquer l’avortement mais j’en ai quand même par­lé à une per­sonne, ma mère. Elle est deve­nue mère lorsque l’avortement était encore inter­dit mais je savais qu’elle était pour. Elle m’a même confié un peu plus tard que son der­nier enfant si elle avait pu, elle ne l’aurait pas eu. Je me suis ren­due seule à l’hôpital sans savoir ce qu’il allait se pas­ser car à l’époque, je ne savais pas grand-​chose de l’avortement.
Avec le recul, je me dis seule­ment que j’aurais aimé que ma mère m’accompagne car c’était très dou­lou­reux. J’ai subi un cure­tage alors que je n’étais pas endor­mie. Le per­son­nel soi­gnant était froid et désa­gréable avec moi.
J’ai encore l’impression, 40 ans après, qu’on m’a punie de cette faute de n’avoir pas don­né la vie à cet enfant, alors qu’en 1981 c’était légal. Une chose est cer­taine, si aujourd’hui il fal­lait de nou­veau signer un mani­feste, je dirais haut et fort que je suis une femme ayant avor­té. Car si ce n’était pas facile d’avorter avant 1975, ça le reste encore par­fois aujourd'hui. Elles sont cou­ra­geuses, ces 343 femmes. Elles sont extra­or­di­naires ces femmes. C’est en par­tie grâce à elles que j’ai pu avor­ter léga­le­ment. »

Maryvonne, 89 ans (mère d’Anne)

« Dans ma famille, on n’a jamais par­lé d’avortement. Évidemment, il y avait des rumeurs sur des filles du coin qui avaient eu recours aux fai­seuses d’anges. Certaines filles de mon vil­lage ont fait sem­blant d’avoir des fausses couches natu­relles pour avoir le droit au cure­tage à l’hôpital, mais per­sonne n’osait abor­der le sujet car les familles avaient sou­vent honte.
En 1971, j’ai enten­du par­ler du mani­feste par une de mes amies qui s’était pro­cu­ré le maga­zine. C’était quelque chose, ces femmes qui assu­maient d’avoir avor­té, sur­tout les ano­nymes. Si l’avortement n’était pas une pré­oc­cu­pa­tion pour les gens de la cam­pagne, moi, je trou­vais incroyable le cou­rage qu’elles ont eu de crier haut et fort qu’elles avaient avor­té.
Je me suis mariée très jeune car j’ai per­du mes parents tôt. J’ai eu 10 enfants avec mon mari, parce que je ne pre­nais pas la pilule. Je n’ai jamais avor­té, même si à plu­sieurs reprises j’y ai pen­sé car on n’avait pas assez d’argent pour nour­rir tout le monde, mais mon méde­cin me l'a tou­jours refu­sé. J’ai eu mon der­nier fils en 1974, un an avant la léga­li­sa­tion de l’avortement. Si j’avais pu, je pense que j’aurais avor­té. C’est en par­tie grâce à ces 343 femmes qu’aujourd’hui mes filles et mes petites-​filles peuvent avor­ter libre­ment si elles le sou­haitent. »

Lire aus­si : Derrière le mani­feste des 343, la déter­mi­na­tion de la jour­na­liste Nicole Muchnik

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés