"Tissé", le qua­trième album déli­cieux de tor­peur de Marion Rampal

La voix de la chan­teuse de jazz, mar­seillaise d’origine, cris­tal­line et cha­leu­reuse, porte des mots rêveurs.

marion rampal album cover

Le qua­trième disque de Marion Rampal, Tissé, est un voyage en chan­sons dans un pay­sage oni­rique où le vent souf­fle­rait tous les genres musi­caux. Caressés de ryth­miques créoles et de groove cha­lou­pés venus du sud des États- Unis, jazz, folk ou blues se croisent, se frôlent, se mélangent en toute liber­té. Dans une déli­cieuse tor­peur, enve­lop­pée par des ara­besques de gui­tares ou des notes de pia­no en clair-​obscur, cha­cun des titres abrite des mélo­dies évidentes. 

La voix de la chan­teuse de jazz, mar­seillaise d’origine, cris­tal­line et cha­leu­reuse, porte des mots rêveurs. Ils agran­dissent l’espace, même lorsqu’ils évoquent la dou­leur d’une rup­ture amou­reuse (A volé) ou qu’ils accom­pagnent une marche presque funèbre (Passe-​Montagne). Le plus natu­rel­le­ment du monde, le chant par­fois glisse vers l’anglais quand viennent les duos avec Piers Faccini (Où sont pas­sées les roses) ou Archie Shepp (Calling the Forest). Ou sur un blues épu­ré (Still a Bird) qui clôt l’album. Un disque inclas­sable, qui n’est pas sans évo­quer ceux de la grande Joni Mitchell. 

Tissé, de Marion Rampal. Les Rivières souterraines/L’Autre Distribution. En concert le 18 mai au Festival Jazz à Saint-​Germain-​des-​Prés (Paris).

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.