3767424 r 1920 1080 f jpg q x xxyxx
De grandes espérances (©Copyright The Jokers Films)

"Chili 1976", "De grandes espé­rances"… les sor­ties ciné du 22 mars

Un film d'époque (Chili 1976), un thril­ler effi­cace (De grandes espé­rances) et un drame plein de dou­ceur (Le Bleu du caf­tan) sont à retrou­ver dans les salles obs­cures ce mercredi.

Chili 1976

Rien n’est plus dif­fi­cile au ciné­ma que de dis­til­ler (sub­ti­le­ment) un sen­ti­ment de menace alors qu’aucun élé­ment, à l’image, n’atteste d’un dan­ger mani­feste. C’est pour­tant ce que par­vient à faire Manuela Martelli, jeune cinéaste chi­lienne qui, dès son pre­mier long-​métrage, témoigne d’une maî­trise for­mi­dable du hors champ et de l’informulé.

Le sujet de Chili 1976 s’y prête : comme son titre l’indique, il s’agit d’un film d’époque, qui nous pro­jette dans l’atmosphère tai­seuse, apeu­rée, tra­gique du Chili de Pinochet, trois ans après son coup d’État. Au cœur de ce récit sous ten­sion, qui démarre len­te­ment mais ne cesse de prendre de l’ampleur, une femme retient d’emblée notre atten- tion. Carmen est une jeune grand-​mère très chic, assez dés­œu­vrée, qui vit dans l’ombre d’un mari méde­cin. Partie super­vi­ser la réno­va­tion de leur mai­son fami­liale en bord de mer, elle y retrouve un prêtre ami qui lui demande de s’occuper – en toute dis­cré­tion – d’un jeune révo­lu­tion­naire bles­sé. Un acte « cha­ri­table » qui, peu à peu, va lui per­mettre d’ouvrir les yeux… De s’éveiller, en somme.

Atmosphère lourde et secrète oblige, rien de ce qui advient par la suite n’est tou­te­fois pré­vi­sible. De fait, tout concourt à ce que l’on reste aux aguets, que ce soit les cou­leurs désa­tu­rées de l’image, l’utilisation inquié­tante de la musique, le mini­ma­lisme étu­dié de la mise en scène ou la sobrié­té de jeu exem­plaire des comé­diens (dont l’impeccable Aline Küppenheim dans le rôle de Carmen). De toute évi­dence, la sur­pre­nante Manuela Martelli cherche à nous mettre dans le même état de trouble que ses pro­ta­go­nistes. Un pari sub­til, auda­cieux et par­fai­te­ment réussi.

Chili 1976, de Manuela Martelli.

De grande espérances

Une étu­diante brillante, idéa­liste, d’origine modeste et cepen­dant pro­mise à un bel ave­nir dans les hautes sphères poli­tiques (excel­lente Rebecca Marder, à l’affiche d’un film presque chaque mois !). Des fian­çailles dis­so­nantes avec un dan­dy ner­veux issu de la grande bour­geoi­sie d’affaires (Benjamin Lavernhe, tou­jours très bien). Une mort acci­den­telle à la suite d’une alter­ca­tion avec un chauf­fard sur une route de vacances. Et une ascen­sion qui semble, aus­si­tôt, com­pro­mise. Ou pas…

Voilà pour les ingré­dients de ce thril­ler effi­cace, plu­tôt bien écrit, qui inter­roge le pou­voir, ses men­songes et ses tra­hi­sons, mais aus­si l’ambition. Peut-​on pour­suivre ses rêves quand on a les mains sales ? Telle est la ques­tion qui hante notre étu­diante en mode sur­vie. On la suit volon­tiers dans ses chaos comme dans ses combats.

De grandes espé­rances, de Sylvain Desclous.

Le Bleu du caftan

C’est pro­ba­ble­ment le film le plus déli­cat du mois. Entendez plein de tact, mais aus­si d’audace. Le nou­veau long-​métrage de Maryam Touzani nous plonge dans l’intimité de Halim et de Mina, un couple aimant qui tient un maga­sin de caf­tans, ces longues tuniques tra­di­tion­nelles, dans la médi­na de Salé, au Maroc. Un couple dif­fé­rent aus­si, car vivant avec l’homosexualité de Halim, qu’il a appris à taire. Bientôt, la mala­die de Mina (qui se sait condam­née) et l’arrivée d’un jeune appren­ti vont bou­le­ver­ser ce fra­gile équi­libre… Porté par un duo d’acteurs pas­sion­nants (Saleh Bakri et Lubna Azabal), Le Bleu du caf­tan cap­tive par sa dou­ceur, sa pudeur et sa minu­tie. Maryam Touzani pro­cède par petites touches, bro­dant un huis clos élé­gant sur le cou­rage d’aimer.

Le Bleu du caf­tan, de Maryam Touzani.

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.