yuzhang
Une jeune fille de la minorité Mosuo dans un champ de fleurs. © Yu Zhang

Les Moso, cette mino­ri­té chi­noise qui fait la part belle aux femmes

Causette s'associe au site The Conversation, qui regroupe des articles de chercheur·euses de dif­fé­rentes uni­ver­si­tés et per­met à des médias de repu­blier les textes. Nous vous pro­po­sons ci-​après celui que Norbert Rouland, pro­fes­seur de droit, ancien membre de l'Institut uni­ver­si­taire de France (Chaire anthro­po­lo­gie juri­dique), pro­fes­seur émé­rite, Aix-​Marseille Université (AMU) a écrit sur la mino­ri­té eth­nique chi­noise et matris­tique des Moso.

Norbert Rouland, Aix-​Marseille Université (AMU)

Ce 2 février, dans une série inti­tu­lée Terres de femmes, la chaîne Arte dif­fu­se­ra à 15h35 un docu­men­taire sur les Moso, aus­si nom­més Na. Dans les mon­tagnes du Sichuan, Lizajui est l’un des der­niers vil­lages qui per­pé­tuent leurs cou­tumes. Le film suit le quo­ti­dien de Naka, qui n’a que dix-​huit ans. Deviendra-​t-​elle, sui­vant la tra­di­tion, la cheffe de sa lignée, la dape ou réalisera-​t-​elle son rêve de dan­ser dans une troupe folk­lo­rique de la zone tou­ris­tique qui se déve­loppe à quelques kilo­mètres de son vil­lage autre­fois cou­pé du monde ?

Ce récit faus­se­ment anec­do­tique pose d’abord une ques­tion anthro­po­lo­gique. Cette mino­ri­té d’environ 30 000 indi­vi­dus – à laquelle Arte a déjà consa­cré un docu­men­taire il y a quelques années – est peu connue du monde occi­den­tal. Divers auteurs des dynas­ties Yuan et Ming (du XIIIe au XVIIe siècles) s’étonnaient déjà de leurs cou­tumes, éga­le­ment men­tion­nées par Marco Polo. Elles ont été étu­diées à par­tir du milieu du XXe siècle sur­tout par des anthro­po­logues chi­nois, notam­ment le pro­fes­seur Cai Hua, qui a fait ses études à Paris et enseigne main­te­nant à Pékin. Un récent ouvrage de Heide Goettner Abendroth les signale éga­le­ment par­mi les socié­tés matriar­cales exis­tant encore dans le monde.

Comprendre le sys­tème matri­li­néaire des Moso

Le terme matriar­cal est à vrai dire impropre pour défi­nir la socié­té Moso, dans la mesure où il serait le symé­trique inverse du patriar­cat. Mieux vau­drait par­ler de socié­té matris­tique, un terme moins ambi­gu que celui de matriar­cat. En effet, des socié­tés où les femmes domi­ne­raient struc­tu­rel­le­ment les hommes n’ont jamais exis­té.

En revanche, il en existe beau­coup dans les­quelles femmes et hommes se trouvent sur un pied rela­tif d’égalité : Minangkabau en Indonésie, Khasi en Inde, Ainu au Japon, Trobriandais en Mélanésie, Arawak en Amérique du Sud ; Bantous en Afrique cen­trale, Iroquois en Amérique du Nord, Akan en Afrique de l’Ouest, Touaregs en Afrique du Nord…

Les Han sont l’ethnie domi­nante en Chine. Or, leur sys­tème est patriar­cal, comme le nôtre jusqu’à une date récente. Dans un sys­tème matri­li­néaire comme celui des Moso et des socié­tés matris­tiques, le plus proche parent mâle d’un enfant est non pas le mari de sa mère ou son père bio­lo­gique, mais son oncle mater­nel. C’est lui qui est le père social de l’enfant. À sa nais­sance, un enfant fait auto­ma­ti­que­ment par­tie du groupe de sa mère. Ceux qui ont le même ancêtre fémi­nin résident sous le même toit à chaque géné­ra­tion. Le terme de famille ne recouvre donc pas les mêmes réa­li­tés et dif­fère donc de la « famille nucléaire ».

Mariage et sexua­li­té chez les Moso

D’autre part, le mariage n’est pas le mode de rela­tion matri­mo­nial le plus répan­du chez les Moso. Il y en a plu­sieurs, plus ou moins com­plexes. Mais le plus répan­du est celui de la visite fur­tive (nana sésé). Après avoir recueilli son consen­te­ment (de nos jours sou­vent au ciné­ma), un homme se rend tard dans la nuit dans la chambre d’une femme et la quitte à l’aube pour rega­gner son domi­cile (une femme peut rece­voir deux ou trois visi­teurs par nuit). Ce n’est jamais la femme qui rend visite à l’homme. Chaque femme peut avoir plu­sieurs par­te­naires ; c’est éga­le­ment le cas de l’homme. Des deux côtés, la beau­té phy­sique et la jeu­nesse sont des cri­tères de choix déter­mi­nants. Cette rela­tion est stric­te­ment pri­vée, uni­que­ment sen­ti­men­tale, amou­reuse et/​ou sexuelle. Elle peut durer une nuit ou plu­sieurs années. La rup­ture est facile : il suf­fit de le dire à son par­te­naire.

Free Love | National Geographic.

Cela n’a rien à voir avec la pros­ti­tu­tion : il n’y a pas d’échange d’argent. D’autre part, chaque par­te­naire est sou­mis à une stricte obli­ga­tion de dis­cré­tion : rien à voir non plus avec la débauche. Les obser­va­teurs exté­rieurs se sont régu­liè­re­ment éton­nés de l’absence de jalou­sie entre les dif­fé­rents par­te­naires.

Pour les Moso, il faut obéir avant tout à ses sen­ti­ments et à son atti­rance. La notion d’un enga­ge­ment à long terme est très dif­fi­cile à admettre, car les sen­ti­ments et l’attirance changent. Le ser­ment de fidé­li­té est hon­teux : c’est un négoce, un échange qui n’est pas conforme aux cou­tumes. Aucune rela­tion sexuelle ne peut mener les amants à se pro­mettre le mono­pole de la sexua­li­té. La sexua­li­té n’implique aucune contrainte mutuelle. C’est donc aus­si une autre concep­tion de la mora­li­té.

Des pra­tiques cultu­relles répri­mées

Ces don­nées anthro­po­lo­giques ont don­né lieu à des pro­blèmes poli­tiques : selon Marco Polo, déjà le grand Khan avait inter­dit ces cou­tumes qui lui sem­blaient immo­rales. Une fois arri­vés au pou­voir, les com­mu­nistes chi­nois s’efforcent de mettre fin à cer­taines cou­tumes très répan­dues en Chine et jugées bar­bares, comme les pieds ban­dés ou les mariages arran­gés, ce qu’il est dif­fi­cile de leur repro­cher. Les pre­mières mesures contre les cou­tumes des Moso com­mencent avec la réforme agraire, en 1956.

En 1958, lors du Grand bond en avant, le gou­ver­ne­ment local de la pro­vince du Yunnan* se pro­nonce en faveur de la supé­rio­ri­té de la mono­ga­mie socia­liste par rap­port aux visites fur­tives. Les répres­sions s’intensifient avec la Révolution cultu­relle en 1966. Mao Zedong incite les Chinois à balayer les « Quatre vieille­ries » : anciennes cou­tumes, anciennes habi­tudes, ancienne mora­li­té et ancienne culture. Il lance des cam­pagnes contre Confucius, aujourd’hui remis à l’honneur.

La répres­sion dimi­nue à par­tir des années 1980. Mais, dans la pra­tique, les Moso ont tou­jours conti­nué à obser­ver les vieilles cou­tumes, avec plus ou moins d’intensité et de dis­cré­tion. Aujourd’hui, elles existent tou­jours bien qu’en dimi­nu­tion, même si la ten­ta­tion est réelle pour les Moso de deve­nir une sorte d’attrac­tion tou­ris­tique : cela leur rap­porte de l’argent. Environ 500 000 tou­ristes chi­nois visitent les Moso chaque année et leur achètent les pro­duits de leur arti­sa­nat.

Norbert Rouland, Professeur de droit. Ancien membre de l'Institut uni­ver­si­taire de France (Chaire anthro­po­lo­gie juri­dique), pro­fes­seur émé­rite, Aix-​Marseille Université (AMU)

Cet article est repu­blié à par­tir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article ori­gi­nal.

Lire aus­si l Chine : plon­gée dans la socié­té des Moso, par Karolin Klüppel

The Conversation

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés