cook book Doppelseite 1827 III.43 DETOURAGE a
Cahier de cuisine de la Waldau, de Constance Schwartzlin-Berberat, cahier 3.

Constance Schwartzlin-​Berberat, schi­zo­phrène et gour­mande

Les liens com­plexes entre sexe et nour­ri­ture se découvrent par­fois crû­ment, à la lumière de l’aliénation, de la souf­france ou de l’enfermement. Distordus, alté­rés, ils appa­raissent alors dans les expres­sions artis­tiques que les malades s’approprient. C’est le cas de Constance Schwartzlin-​Berberat, schi­zo­phrène et gour­mande.

« Recette de flancs doux tel­le­ment chan­gés qu’ils en sont mécon­nais­sables… Ils sont mou­lus fins faits par la papillote à la crème ou à la rose… ou au coque­li­cot… » C’est ain­si, en reco­piant de mémoire des recettes de cui­sine, que Constance use le temps. Le temps abys­sal qui s’écoule si len­te­ment à l’hôpital psy­chia­trique de la Waldau, aux envi­rons de Berne, où elle est inter­née pour schi­zo­phré­nie.

Privée de ten­dresse, de pré­sences amies, d’amour et de liber­té, Constance Schwartzlin-​Berberat est irré­mé­dia­ble­ment seule. Elle crée alors, grâce à ses recettes de plus en plus fan­tasques et sen­suelles, un uni­vers men­tal dans lequel elle peut enfin se réga­ler de mets savou­reux et de sexe joyeux.

Cette gra­pho­mane gour­mande est née en 1845, en France, dans le Jura.[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
1940s bedroom scene with a nude woman lying on bed. u.s.A

Vieillir et mûrir de plai­sir

Pour beaucoup de quinquas, entre réconciliation avec son corps, libération de l’esprit et réinvention de sa sexualité, les matelas n’ont pas fini de grincer

HS5 CourrierDuClit 01

Le cour­rier du clit

Pour Causette, la journaliste Clarence Edgard-Rosa répond aux questions “100 % clito” posées par ses lectrices et lecteurs. Questions pour le moins récurrentes. Et parfois inquiètes.