fbpx

Allaitement : les pré­cieuses nour­ri­cières du Morvan

Au XIXe et au XXe siècle, des cen­taines de jeunes Morvandelles ont quit­té leur famille pour aller allai­ter des géné­ra­tions de riches héritier·ères. Une élé­va­tion sociale cer­taine, qui a aus­si eu son prix.

nanny by henri michel levy 1844 1814 la nourrice. toile proche des impressionnistes. France French
La Nourrice, d'Henri Michel-Lévy

Elle s’appelle Clémence Bierry. En 1900, cette jeune Morvandelle de 22 ans quitte pour la pre­mière fois son petit vil­lage bour­gui­gnon de Saint-​Léger-​Vauban pour se rendre à Paris. Elle laisse der­rière elle un mari et deux enfants, dont une petite fille d’à peine quelques mois. Les au revoir ont pour Clémence le goût des adieux, la jeune pay­sanne sait qu’elle ne rever­ra ni son Morvan ni sa petite famille avant un ou deux ans.
Car Clémence Bierry ne se rend pas à la capi­tale pour le tou­risme, mais pour le grand bureau de recru­te­ment des nour­rices. Elle s’apprête à deve­nir ce qu’on appelle alors « une nour­rice sur lieu ». Ce type de domes­tique consa­crée à l’allaitement et aux soins du nouveau-​né de la famille qui les emploie est, du XIXe au début du XXe siècle, une main‑d’œuvre très recher­chée par l’aristocratie et la haute bour­geoi­sie. Elle n’a pas de bras à louer, mais le sein à offrir.
Une tri­po­tée de régions pauvres de France ont envoyé leurs jeunes femmes nour­rir des géné­ra­tions de petit·es héritier·ères. En pole posi­tion, on trouve le mas­sif mon­ta­gnard du Morvan, niché au cœur de la Bourgogne. Il faut dire que les Morvandelles, en plus d’être proches de la capi­tale, sont répu­tées pour leur bonne san­té, leur beau­té et la qua­li­té de leur lait – Napoléon III en choi­si­ra une pour allai­ter son fils.

Les « meneur·euses » des bureaux de placement


Comme beau­coup d’entre elles, Clémence a été raco­lée quelque temps aupa­ra­vant par les « meneur·euses » des bureaux de pla­ce­ment qui péré­grinent, de hameau en hameau, pour recru­ter de jeunes mères issues de familles pauvres. Séduites par le salaire et la luxueuse vie qui les attend, ces der­nières laissent leur propre nour­ris­son au pays pour aller allai­ter – par­fois pen­dant plu­sieurs années – les reje­tons des têtes cou­ron­nées et de la haute bourgeoisie[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
woman sleeping

Victimes d'endométriose : mal au ventre et au portefeuille

En cette semaine dédiée à la prévention et l’information sur l’endométriose, HEROIC santé et ses partenaires ont dévoilé les résultats d’une grande enquête sur le sujet. Leur constat est sans appel : l’endométriose ne laisse indemne ni le corps ni...

capture decran 2022 05 13 a 19.56.07

La folle his­toire des faux lolos

Des opérations de reconstruction au business des poitrines XXL, du libre choix des femmes de modeler leur corps aux normes porno intériorisées… Objet de désir et de répulsion, l’implant mammaire reflète notre ambiguité vis-à-vis des seins.