Capture d’écran 2021 09 22 120927

Un crowd­fun­ding pour enquê­ter sur les vio­lences poli­cières de façon indé­pen­dante

Depuis un an, une poi­gnée de cher­cheurs et vidéastes met son exper­tise au ser­vice des familles de vic­times de vio­lences poli­cières pour ana­ly­ser, en toute indé­pen­dance, des vidéos ou pho­tos de confron­ta­tions entre citoyenn·nes et policier·ères afin d'établir des res­pon­sa­bi­li­tés. L'association, du nom d'Index, a lan­cé une col­lecte de fonds pour finan­cer son tra­vail.

L'expertise vidéo au ser­vice de la jus­tice. Index se pré­sente comme un « labo­ra­toire d'expertise indé­pen­dante » enquê­tant sur des affaires de vio­lences poli­cières. L'association, active depuis un an, ras­semble des pro­fils divers, tels que des archi­tectes, des vidéastes et même un doc­teur en méca­nique numé­rique ou un autre en… bio­lo­gie molé­cu­laire. Tous et toutes ont en com­mun de maî­tri­ser le logi­ciel de modé­li­sa­tion vidéo Blender et par­tagent le sen­ti­ment d'une pro­fonde injus­tice envers ce qu'ils et elles appellent la « vio­lence d'État ».

« Parler de vio­lences d'État plu­tôt que de vio­lences poli­cières, explique l'architecte et artiste membre d'Index Galdric Fleury, c'est cou­vrir avec notre action un champ plus large d'injustices et leur recon­naître une dimen­sion poli­tique. Nous consi­dé­rons que la vio­lence sys­té­mique des auto­ri­tés ne se limite pas aux forces de l'ordre mais qu'elle s'exerce aus­si au sein de l'institution judi­ciaire, par exemple lorsqu'une enquête sur des faits de vio­lence poli­cière est mal menée. Parler de vio­lences d'Etat, c'est aus­si se réser­ver le droit d'investir un jour le champ des vio­lences com­mises par l'armée à l'étranger. » Pour l'heure, Index s'est illus­tré en tra­vaillant sur plu­sieurs affaires emblé­ma­tiques de morts ou de graves bles­sures de citoyens fran­çais : les décès d'Adama Traoré, Zineb Redouane et Gaye Camara, ain­si que les ébor­gne­ments d'Adnane Nassih et Jean-​François Martin. Les quatre pre­mières affaires ont fait l'objet de par­te­na­riats avec des médias (Le Monde, Disclose, Libération). Le rap­port d'Index sur la muti­la­tion de Jean-​François Martin, un étu­diant de 20 ans ébor­gné par un tir de lan­ceur de balles de défense (LBD) durant une mani­fes­ta­tion contre la loi tra­vail à Rennes en 2017 a, lui, été réa­li­sé béné­vo­le­ment pour la défense de la vic­time et sou­mis devant la jus­tice à la mi-​septembre.

Ce n'est pas la pre­mière fois que des vic­times ou leur famille s'appuient sur Index pour faire valoir leurs droits. Début 2020, l'avocat de la famille de Gaye Camara avait ver­sé au dos­sier d'instruction le rap­port de l'association réa­li­sé pour Disclose. Si le juge d'instruction a éta­bli un non-​lieu, le fait que la jus­tice accepte de consi­dé­rer les élé­ments pro­duits par Index est déjà une vic­toire en soi aux yeux de Galdric Fleury. « On n'entre pas faci­le­ment dans le milieu de l'expertise judi­ciaire, sou­ligne le jeune homme. Ces pièces ver­sées au dos­sier de Gaye Camara l'année der­nière et main­te­nant de Jean-​François Martin montrent que la jus­tice n'est pas fer­mée à notre tra­vail. Nous appor­tons des élé­ments qui n'étaient pas prou­vables autre­ment que par nos modé­li­sa­tions. »

Règles d'optique

Concrètement, le tra­vail d'Index consiste à « faire par­ler les images vidéo et pho­to » d'une alter­ca­tion entre police et citoyen en décor­ti­quant, « frame par frame », c'est-à-dire à cha­cune des impres­sions d'une camé­ra numé­rique, ce qui s'y lit. Et donc appor­ter des élé­ments pro­bants pou­vant contre­dire cer­taines ver­sions poli­cières qui mettent en avant, par exemple, la légi­time défense. La maî­trise des règles de pers­pec­tive, des règles optiques et le repo­si­tion­ne­ment des corps dans l'espace sont les atouts de ces archi­tectes ou artistes vidéastes pour faire émer­ger la véri­té. « Nous sélec­tion­nons les affaires sur les­quelles nous tra­vaillons quand nous savons que notre exper­tise peut faire la dif­fé­rence, sans pour autant pré­su­mer de ce que nous allons trou­ver », ajoute Galdric Fleury.

L'enquête d'Index sur l'affaire Adnane Nassih

Ce tra­vail, qui peut prendre plu­sieurs mois pour cer­taines enquêtes, néces­site que l'équipe y consacre du temps et renonce donc à des mis­sions dans leurs jobs indé­pen­dants res­pec­tifs. Il faut donc que ses membres puissent être rémunéré·es, mais ils et elles ne sou­haitent pas faire payer les vic­times ou leurs familles, pré­ci­sé­ment pour conser­ver leur indé­pen­dance. Pas ques­tion non plus de cher­cher des fonds publics, qui signe­raient, là encore, la fin de cette indé­pen­dance qui fait la force d'Index. En 2020, l'association a fonc­tion­né grâce au don d'une fon­da­tion pri­vée. Pour pour­suivre leurs enquêtes en cours (sur les­quelles l'association ne sou­haite pas pour l'heure com­mu­ni­quer) et en lan­cer de nou­velles, Index a lan­cé en sep­tembre une cam­pagne de finan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif sur KissKissBankBank. L'objectif est de récol­ter d'ici le 13 octobre au moins 30 000 euros afin d'assurer leurs acti­vi­tés pour 2022. Si le crowd­fun­ding atteint 50 0000 euros, l'agence lan­ce­ra des for­ma­tions, pour essai­mer et sus­ci­ter d'autres voca­tions. « Nous béné­fi­cions d'un grand capi­tal sym­pa­thie dans le public, sou­rit Galdric Fleury. Il faut qu'il se trans­forme en fonds durant ce crowd­fun­ding car le nerf de la guerre pour conti­nuer d'oeuvrer, c'est l'argent. »

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés