black and white usb cable plugged in black device
© CHUTTERSNAP

Environnement : l’Union euro­péenne valide l’interdiction des voi­tures thermiques

Ce lundi, l’Union européenne a adopté un texte interdisant, d'ici 2035, les véhicules neufs essence, diesel, et hybrides, au profit du tout électrique. Mais il y aura tout de même une exception.

Alors que depuis trois semaines, l’Allemagne bloquait les négociations, lundi 27 mars, l’Union européenne a validé la décision centrale du plan climat des 27. Le texte prévoit de mettre fin en 2035 à la commercialisation des moteurs thermiques (essence et diesel) pour les voitures neuves, selon 20 minutes.

Les pays membres de l’Union européenne ont donné leur accord pour que les automobiles neuves n’émettent plus de molécules CO2, interdisant de fait les véhicules essence, diesel, et hybrides, au profit du tout électrique. Un « large soutien » a été trouvé parmi les ambassadeur·rices des 27 pays membres à Bruxelles, a annoncé la présidence suédoise du Conseil de l’UE, d'après le quotidien. Ce règlement historique sera « mis à l’ordre du jour » ce mardi lors d’une réunion des ministres de l’Energie pour adoption formelle, ultime étape du processus législatif.

Objectif européen de neutralité carbone 

Ce texte, qui s’inscrit dans l’objectif européen de neutralité carbone en 2050, met un terme à l’ère industrielle des prestigieuses marques automobiles européennes. En effet, pendant plus d’un siècle, le vieux continent a dominé l’innovation automobile grâce à son savoir-faire dans la construction de moteurs thermiques. 

L’Allemagne, pionnière en la matière, avait d'ailleurs stupéfié ses partenaires début mars en bloquant les négociations alors que le texte avait déjà été approuvé mi-février par les eurodéputé•es réuni•es en plénière, détaille 20 minutes. L’Allemagne avait alors réclamé de la Commission qu’elle présente une proposition ouvrant la voie aux véhicules fonctionnant aux carburants de synthèse. Il s'agit d'une technologie, encore en développement, qui consisterait à produire du carburant à partir de CO2 issu des activités industrielles. Notamment défendue par des constructeurs haut de gamme allemands et italiens, elle permettrait de prolonger l’utilisation de moteurs thermiques après 2035. 

Des carburants de synthèse controversés

Samedi dernier, la Commission européenne a annoncé avoir trouvé un accord avec l’Allemagne. Bruxelles s’est engagé à ouvrir davantage la voie aux carburants de synthèse dans une proposition séparée du texte qui devra être validée d’ici l’automne 2024. Ainsi, les véhicules équipés d’un moteur à combustion pourront être immatriculés après 2035 s’ils utilisent exclusivement des carburants neutres en termes d’émissions de CO2, explique le quotidien.

Pourtant, selon les experts, la technologie des carburants de synthèse a peu de chances de s’imposer sur le marché. Et si elle y parvenait, elle ne concernerait qu’une minorité de véhicules de luxe. Comme le rapporte 20 minutes, cette technologie est particulièrement contestée par les ONG environnementales, qui la jugent « coûteuse, énergivore et polluante »

À lire aussi I Dans le Wyoming, les rois du pétrole veulent interdire la voiture électrique

Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.