fbpx
capture decran 2022 12 08 a 12.38.59
Camille et Justine (©Youtube)

Camille et Justine : à la ren­contre d'un duo comique fort en gueule

Les humo­ristes Camille et Justine apportent un vent de fraî­cheur dans le monde poli­cé des créateur·trices de conte­nus, avec leurs vidéos enga­gées et ter­ri­ble­ment caustiques.

Camille arrive la pre­mière aux Foudres, un café qui sur­plombe la place Martin Nadaud, dans le 20e arron­dis­se­ment de Paris. Contrairement à Justine, elle n'habite pas dans le quar­tier. « C'est tou­jours comme ça, les plus proches sont les plus en retard », sourit-​elle. La comé­dienne de 33 ans, ori­gi­naire de la Tour-​du-​Pin (Isère), en pro­fite alors pour battre en brèche plu­sieurs croyances qui collent encore à la peau du duo comique : non, elles ne sont ni en couple, ni en col­loc'. Elles passent, tout de même, une grande par­tie de leur temps ensemble pour fil­mer leurs courtes vidéos iro­niques et enga­gées, mais aus­si leurs créa­tions plus longues, pos­tées sur les réseaux sociaux. 

Un café crème est com­man­dé en atten­dant sa com­parse de 31 ans. Quand elle débarque, cette der­nière demande exac­te­ment la même bois­son. « Attention, c'est brû­lant, j'ai ava­lé des flammes », la pré­vient Camille, ajou­tant : « On peut faire griller un cha­mal­low dans ma gorge. » « Des petites mer­guez », réplique, espiègle, Justine. Grand éclat de rire. L'interview com­mence à peine que l'on ne sait déjà plus de quoi on par­lait. Mais voi­là la recette du suc­cès des deux comiques : l'improvisation. Pour leurs vidéos heb­do­ma­daires trai­tant de l'actualité, elles choi­sissent ain­si un sujet qui monte (le clash Hanouna-​Boyard sur C8, le débat sur la tran­si­den­ti­té sur France 2…), avant de se fil­mer une dizaine de minutes, en roue libre, et de sélec­tion­ner 1 minute 30 à envoyer sur Instagram. 

« On com­mence à savoir ce qui fonc­tionne et ce qu'il faut gar­der pour faire rire notre audience », explique Justine, la brune du duo, ori­gi­naire, elle, de Paris. « On sélec­tionne sou­vent les moments où l'on se fait mutuel­le­ment rire, ajoute Camille, aux che­veux châ­tains. On est géné­ra­le­ment plu­tôt d'accord sur ce qu'il faut enle­ver ou non. Le plus dur, c'est quand on se parle des­sus. Soit on se filme à nou­veau, soit on met des sous-​titres. On est un peu à l'arrache, mais c'est ce qui fait notre charme, je crois. »

« Pousser des coups de gueule »

Les deux tren­te­naires se ren­contrent il y a dix ans, au Cours Florent, en deuxième année. Elles sym­pa­thisent pen­dant la for­ma­tion et se[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
99 Qui a tue mon père Stanilas Nordey ©JL Fernandez

La sélec­tion d'avril 2019

Triptyque apparemment familial mais surtout politique au théâtre ce mois-ci : « Qui a tué mon père » ; « Le Fils » ; « Qui va garde les enfants ? »

10092020 0022

Caroline Estremo, le rire sanitaire

Avec ses vidéos truculentes et son spectacle à succès, l'ex-infirmière aux urgences et humoriste soigne les réflexes des zygomatiques de milliers de Français·es.