Irene Montero durante la entrevista con eldiario.es
Irene Montero, ministre de l'Egalité du gouvernement espagnol © Wikimédia commons

Transidentité : vers une évo­lu­tion du droit en Espagne ?

Mise à jour 30 juin 2021 // Le projet de loi a été adopté mardi 29 juin en conseil des ministres et doit désormais être adopté par le parlement.

La ministre de l’égalité, Irene Montero, souhaite présenter en conseil des ministres un projet de loi sur la transidentité d’ici la mi-février. Mais cette proposition provoque une friction au sein même du gouvernement de coalition et ravive les débats autour de la facilitation de la démarche administrative de changement de genre.

En Espagne, le débat sur la transidentité est lancé. La semaine dernière, la ministre de l’égalité Irene Montero, issue de la gauche radicale Podemos, a annoncé vouloir faire évoluer la législation actuelle. Cette première ébauche de texte donnerait la possibilité de changer de genre à partir de 16 ans, pour les personnes transgenres. Sous forme de déclaration formelle en mairie, ce changement légal serait possible sans qu’un rapport médical préalable soit nécessaire ou qu’un traitement hormonal soit, comme jusqu’à présent, suivi depuis 2 ans. La ministre souhaite également interdire les thérapies de conversion et supprimer la mention du genre sur les documents d’identité pour les personnes non-binaires.

Podemos va devoir convaincre

En simplifiant au maximum la démarche, le parti veut placer l’Espagne comme un exemple européen aux côtés de l’Irlande, de la Belgique ou encore du Portugal. En France, la loi oblige également à opérer une transition médicale pour changer de genre sur ses papiers. Mais au sein même du gouvernement espagnol de coalition, les divergences avec les socialistes sont nombreuses et portent notamment sur l’autodétermination du genre. Jeudi dernier, la vice-présidente du gouvernement Carmen Calvo déclarait en direct sur la radio Cadena Ser que « l'idée de pouvoir penser que l'on pouvait choisir son genre sur simple volonté ou simple désir » pouvait mettre « en danger les critères d'identité du reste des 47 millions d’Espagnols ».  Les associations ont immédiatement condamné ces propos transphobes et soulignent la nécessité de cette loi, bien que certaines adaptations restent à faire selon elles.

Les associations trans elles aussi sont divisées

« Au sein de notre association, nous sommes très divisés », confie sous couvert d’anonymat cette bénévole de Transexualia1, une association de terrain luttant contre la transphobie. « Personnellement, je suis contre le fait que la démarche soit autant simplifiée. J’aimerais que la loi prévoie un meilleur accompagnement pour ces personnes, qui sont souvent très isolées et risquent de surmonter ce processus, seules », argumente-t-elle. Mais selon une étude de la Fédération espagnole des lesbiennes, gays, trans et bisexuels (FELGTB), environ 70 % des personnes transgenres auraient déjà subi des discriminations dans leur parcours médical. « Il est urgent de dépathologiser la transidentité. Nous n’avons pas besoin d’un médecin pour dire qui nous sommes, objecte Uge Sangil, présidente de la FELGTB. Nous sommes totalement favorables à cette loi, car nous avons besoin que la législation nous protège. »

Alaine, jeune femme transgenre de 22 ans, soutient l’évolution de la loi et se souvient. « J’ai dû suivre un an de thérapie et attendre quelques mois ensuite avant de pouvoir débuter mon traitement hormonal. C’est un processus très violent, difficile et humiliant. J’ai dû prouver qui j’étais, déplore-t-elle. La société ne sait pas ce que nous avons vécu. Pouvoir être qui l'on veut dès 16 ans sans avoir à se justifier devrait être un droit » Si la Madrilène trouve les débats actuels difficiles à vivre alors que « la plupart des personnes n’ont jamais connu une personne trans de leur vie », elle espère cependant que sa voix, et celles des autres personnes, sera entendue et écoutée.

  1. En Espagne, le terme "transexuel" est encore très largement utilisé par les personnes concernées et par les médias, sans que ce ne soit péjoratif.[]
Partager
Articles liés

Inverted wid­get

Turn on the "Inverted back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.

Accent wid­get

Turn on the "Accent back­ground" option for any wid­get, to get an alter­na­tive sty­ling like this.