fbpx
Soudeh Rad © Hamdam
Soudeh Rad © Hamdam

Soudeh Rad : loin de l’Iran, près du queer

Animer le débat fémi­niste, sou­te­nir les com­mu­nau­tés LGBTQI+ et édu­quer au sexe safe en langue locale, à 5 000 km de son pays, c’est pos­sible. Soudeh Rad, figure éco­fé­mi­niste queer ira­nienne, le fait depuis Paris, en contour­nant la cen­sure de son pays. En cette jour­née mon­diale pour la liber­té d’expression sur Internet, Causette s’est dit que ça valait bien un por­trait, pour com­prendre com­ment ani­mer la lutte sur la Toile.

« Où que j’aille, j’ouvrirai une fenêtre de lumière et plan­te­rai une graine d’amour. » Dans le monde mili­tant, on est plu­tôt habitué·es à voir des Tweets épin­glés – le mes­sage qu’on fixe en haut de son mur Twitter – plus féroces ou pro­mo­tion­nels. Mais, quand on connaît l’histoire de Soudeh Rad, cybe­rac­ti­viste, cet élan poé­tique en guise de pré­sen­ta­tion en ligne coule de source. Il résume par­fai­te­ment l’activisme de cet·te « éco­fé­mi­niste queer » non binaire*. Sa lutte, menée à plus de 5 000 km de Téhéran (Iran), pour contour­ner la cen­sure, donne une illus­tra­tion concrète de la Journée mon­diale de lutte pour la liber­té d’expression sur Internet, que l’on célèbre ce ven­dre­di 12 mars. 

Fournir de l’info inclu­sive en perse

« Où que j’aille. » Soudeh Rah est né·e en Iran, « juste après le début de la guerre » (guerre Iran-​Irak, débu­tée en 1980). Mais iel milite aujourd’hui en France, à Paris ou dans la Creuse (iel y réside actuellement).

« J’ouvrirai une fenêtre de lumière. » C’est pré­ci­sé­ment la forme de lutte qu’iel a choi­sie. Ce tra­vail, Soudeh Rad le mène via son bébé : l’ONG Spectrum. L’une des seules sources d’informations fémi­nistes et queer en far­si. Hébergé en France, le site de l’ONG est de ce fait l’un des rares à échap­per à la cen­sure ira­nienne. Derrière sa web­cam, pen­dant notre visio­con­fé­rence, la car­rure bien assu­rée au milieu de ses courtes[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés
beatephoto13 beate at american japanese festival in 1938

Beate Sirota Gordon, l’Olympe de Gouges du Pacifique

Cette Austro-Américaine fut, en 1946, la seule femme choisie par le général MacArthur pour poser les bases de la nouvelle Constitution japonaise. Elle y a rédigé la section consacrée aux droits des femmes… Elle n’avait alors que 22 ans.

sylviarivera r2fr9

Sylvia Rivera, la Rosa Parks des trans

Quand la communauté queer, gay et lesbienne de New York s’est soulevée et a lancé ce qui est devenu le mouvement « Pride », Sylvia Rivera a lutté pour y inclure les droits des minorités parmi la minorité : les trans, mais aussi les sans-abri et les...