fbpx
IMG 9812
Le 8 mars 2021, dans le cortège parisien de la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. © A.C.

Faut-​il don­ner la parole aux vio­leurs dans les médias ?

À la suite des cri­tiques sus­ci­tées par la publi­ca­tion, le 8 mars, de la lettre ouverte d’un vio­leur dans Libération, Causette se pose la ques­tion des bonnes pra­tiques des médias en ce qui concerne la parole de per­sonnes ayant com­mis des vio­lences sexistes et sexuelles.

Lundi 8 mars, Libération a fait sa Une avec le titre « “Je t’ai vio­lée, Alma”, la lettre d’un agres­seur à sa vic­time ». Le quo­ti­dien publiait dans ses pages la longue tri­bune d’un homme de 20 ans, Samuel, inti­tu­lée « J’ai vio­lé. Vous vio­lez. Nous vio­lons ». Il y recon­nais­sait publi­que­ment le viol de son ex-​petite amie Alma et ana­ly­sait les causes per­son­nelles et socio­lo­giques l’ayant conduit à deve­nir son vio­leur.

Cette publi­ca­tion était accom­pa­gnée d’un article don­nant la parole à la vic­time, Alma – qui expli­quait pour­quoi elle avait consen­ti à cette publi­ca­tion –, ain­si que d’un édi­to­rial dans lequel Libération jus­ti­fiait son choix : « Sa réflexion vise à nous inter­pel­ler, à nous sor­tir de la zone de confort consis­tant à consi­dé­rer que le vio­leur, le monstre, c’est l’autre. […] Il apporte du maté­riau humain à une ques­tion dou­lou­reuse, com­plexe et taboue. »

Révoltante pour de nom­breuses mili­tantes fémi­nistes qui se sont insur­gées contre l’idée que le jour­nal déroule un tapis rouge à la parole d’un vio­leur, qui plus est un 8 mars, Journée inter­na­tio­nale de lutte pour les droits des femmes, cette publi­ca­tion inter­pelle aus­si Causette. Fallait-​il publier cette lettre déran­geante ? Peut-​on se conten­ter de recueillir la parole des vic­times de viol pour lut­ter contre un phé­no­mène sys­té­mique dans notre socié­té ? N’est-on pas en droit de deman­der des comptes aux vio­leurs, et si oui, com­ment ? Une tri­bune, sans pos­si­bi­li­té de reca­drage ou de contra­dic­tion, est-​elle le bon for­mat pour un sujet aus­si grave ? Et si non, com­ment pro­cé­der ? Nous avons choi­si d’en débattre.

Alma Ménager

ex-​étudiante à sciences-​po bor­deaux,
Victime de Samuel et mili­tante contre les vio­lences sexuelles

« Suite à cette publi­ca­tion dans Libération de la lettre de Samuel reve­nant sur le viol qu’il m’a infli­gé, beau­coup de mili­tantes fémi­nistes se sont insur­gées contre le prin­cipe même de faire entendre la voix d’un vio­leur. Je vous parle, trem­blante, car me replon­ger dans cette his­toire m’est encore très dif­fi­cile. Mais je garde la ligne qui a été la mienne lorsque Libé m’a deman­dé mon accord pour publier ce texte – et je tiens à pré­ci­ser que la jour­na­liste à qui j’ai eu à faire a été très humaine et sou­te­nante avec moi. Ce que je crois, c’est que si autant de femmes sont vio­lées, il est urgent de s’intéresser aux nom­breux hommes qui les violent. Si on veut avan­cer dans la lutte contre les vio­lences sexistes et sexuelles, la socié­té ne peut pas se limi­ter à écou­ter les vic­times. Elle doit aus­si deman­der des comptes à ceux qui com­mettent ces crimes pour les mettre face aux torts qu’ils ont cau­sés.
Sur la forme de la publi­ca­tion de cette lettre, ni la jour­na­liste ni moi n’avons eu la main sur la date choi­sie pour paru­tion, un 8 mars, ni sur le fait que le sujet serait en Une. Je com­prends tout à fait que cela dérange, que cela insup­porte, parce qu’il y a un effet de sur­prise. Mais sur le fond, le conte­nu de la lettre me semble essen­tiel.
Premièrement, quand on est vic­time, on est avide de la recon­nais­sance de ce viol par son auteur, tout sim­ple­ment parce qu’il nous arrive de dou­ter nous-​mêmes de la réa­li­té de ce qu’on a vécu. Personnellement, quand j’ai mis le mot “viol”, le 18 jan­vier, sur ce qui m’était arri­vé, j’ai dou­té chaque jour qui a sui­vi, en deman­dant confir­ma­tion à mon psy, aux infir­mières, à mes amis, jusqu’à ce que je témoigne publi­que­ment sur le groupe Facebook étu­diantes de Sciences Po Bordeaux.
Deuxièmement, je trouve capi­tal qu’un vio­leur prenne publi­que­ment la mesure de ses actes, pré­sente ses excuses, dise qu’il ne le refe­ra plus et qu’il va mettre en œuvre des moyens concrets pour ce faire – un sui­vi psy­cho­lo­gique, a mini­ma. C’est exac­te­ment en ce sens que j’ai res­sen­ti le besoin de créer, fin jan­vier, le compte Instagram Tous·tes Violé·es (@Toustesviolet) pour recueillir des témoi­gnages de per­sonnes vio­lées comme de vio­leurs. À ce stade, je n’ai reçu qu’un seul témoi­gnage de vio­leur, qui recon­naît avoir impo­sé un rap­port à sa com­pagne qui n’en mon­trait pas l’envie. Je suis per­sua­dée que cette prise de conscience est béné­fique pour qu’il ne refasse jamais une telle chose.
En ce qui concerne le récit de Samuel, il a été accu­sé d’utiliser cette tri­bune pour pré­pa­rer sa défense devant la jus­tice, mais je crois au contraire qu’il s’expose plus qu’il ne se pro­tège ce fai­sant. Des mili­tantes ont aus­si dit qu’il uti­li­sait des théo­ries éla­bo­rées par des fémi­nistes pour se dis­cul­per [Samuel raconte notam­ment avoir lui-​même subi des viols durant son ado­les­cence, ndlr]. Je ne suis pas d’accord. Il pointe juste deux choses très impor­tantes en décryp­tant ain­si ce qui l’a ame­né à me vio­ler. 1) Vous avez beau être ins­truit et fami­lier des luttes fémi­nistes, voire, avoir mili­té contre les vio­lences sexistes et sexuelles comme l’a fait Samuel, cela ne vous pro­tège pas de deve­nir, un jour, vous aus­si, un vio­leur. 2) J’enrage per­son­nel­le­ment de l’irresponsabilité des parents de Samuel et de notre socié­té toute entière qui l’ont lais­sé livré à lui-​même après ces viols subis qua­si quo­ti­dien­ne­ment pen­dant deux ans, en ne veillant pas à ce qu’il soit sui­vi psy­cho­lo­gi­que­ment au plus près en tant que vic­time. C’est ce contexte qu’il nous faut prendre en compte, et l’expliquer n’est en rien excu­ser. »

Pauline Baron

Militante fémi­niste au sein du col­lec­tif Nous Toutes et jour­na­liste

« Ce qu’il y a de pro­blé­ma­tique, selon nous, dans cette tri­bune de Libération, c’est qu’on a lais­sé ce jeune homme tenir un dis­cours sans qu’aucune contra­dic­tion ne lui soit oppo­sée. Il blâme la vic­time en invo­quant la nature de leur rela­tion et la socié­té en dénon­çant la socia­li­sa­tion des hommes. D’une cer­taine manière, il se vic­ti­mise et se dédouane. Il y a une forme de bana­li­sa­tion des faits. C’est d’autant plus pro­blé­ma­tique que cette tri­bune n’apporte en réa­li­té aucune connais­sance nou­velle sur les méca­nismes qui mènent aux viols. Or, c’est bien le propre des jour­na­listes d’apporter des connais­sances sup­plé­men­taires. Car ce que décrit Samuel, ce sont des méca­nismes de l’agresseur, des méca­nismes de vio­lences, qui sont connus depuis plu­sieurs années main­te­nant, qui sont étu­diés par des cher­cheurs, qui sont décor­ti­qués par des spé­cia­listes et mis en avant par des psy­cho­logues ou des gens qui tra­vaillent sur le ter­rain auprès des vic­times. Il aurait fal­lu mettre en avant les contra­dic­tions de son dis­cours en révé­lant ses inco­hé­rences, en l’interrogeant aus­si sur ce qu’a dit Alma sur toute cette his­toire.
Et puis, ce qui nous a encore plus posé pro­blème, c’est le timing concer­nant la vic­time. Il s’avère que lorsque Libération a contac­té Alma pour savoir si elle don­nait son auto­ri­sa­tion, elle était encore à l’hôpital, donc fra­gile. Il y avait un risque en lui par­lant de cette affaire de faire res­sur­gir des psy­cho­trau­mas. Les jour­na­listes lui font donc cou­rir ce risque-​là pour une publi­ca­tion qui, encore une fois, n’apporte rien de nou­veau sur le viol. Alors certes, Samuel recon­naît ce qu’il a fait. C’est un pre­mier pas. Mais ça se fait dans un tri­bu­nal, qui per­met jus­te­ment d’avouer les faits. Pas dans un jour­nal. On reproche sou­vent aux mili­tantes fémi­nistes de vou­loir faire, sur les réseaux sociaux, le pro­cès des agres­seurs, des vio­leurs. Mais là, typi­que­ment, ce jeune homme a fait sa petite auto­dé­fense comme si Libé était une salle d’audience. »

Julia Courvoisier

Avocate péna­liste au bar­reau de Paris

« J’ai per­son­nel­le­ment trou­vé ce choix édi­to­rial très inté­res­sant. Cette tri­bune sou­lève la ques­tion du viol conju­gal, qu’il est très dif­fi­cile de prou­ver dans les tri­bu­naux – ici, le vio­leur atteste d’une réa­li­té encore trop sou­vent contes­tée. Cette publi­ca­tion per­met donc d’asseoir l’existence d’un phé­no­mène et donc d’armer la socié­té pour le recon­naître et lut­ter contre.
Je suis effa­rée des réac­tions outrées de cer­taines, alors que la vic­time elle-​même avait don­né son assen­ti­ment pour une publi­ca­tion. Elles lui ont dénié le droit d’entendre ce que son vio­leur avait à dire. #MeToo a été évi­dem­ment béné­fique, car nous n’avons jamais autant prê­té atten­tion aux vio­lences sexistes et sexuelles, mais il y a un pro­blème : seule la voix des vic­times est aujourd’hui audible dans les médias. Or, si elles peuvent s’exprimer, on ne peut pas dénier aux accu­sés de s’exprimer aus­si. Sinon, ce que beau­coup d’avocats dénoncent comme un “tri­bu­nal média­tique” se fait de manière dés­équi­li­brée, à sens unique. Si on veut par­ler de ces affaires dans la presse, le contra­dic­toire est indis­pen­sable, comme dans une salle d’audience. On est en train d’arriver dans un stade ultime de cris­pa­tions, une socié­té dans laquelle on ne tolère plus que d’entendre la voix des vic­times et où on ne peut plus débattre. Des gens affirment ce qu’ils pensent, sans écou­ter ceux qui ne pensent pas comme eux.
Par ailleurs, cette lettre d’aveux est un acte fort. Lors des pro­cès, pour juger une per­sonne, on prend en compte sa psy­cho­lo­gie grâce à des exper­tises qui vont sta­tuer sur la pro­pen­sion qu’elle va avoir à recom­men­cer l’acte pour laquelle elle est jugée. Or, il est admis qu’une per­sonne qui a avoué, contrai­re­ment à celle qui reste dans le déni, a enta­mé un tra­vail sur elle-​même, qui écarte le risque de réci­dive. En ce sens, la capa­ci­té de cet homme à prendre conscience et décryp­ter son geste est salu­taire pour tous. »

Véronique Le Goaziou 

Sociologue et cher­cheuse au CNRS, 
Autrice de Viol. Que fait la jus­tice ?, (Presses de Sciences Po, 2019).

« Je ne suis pas sûre qu’il faille don­ner la parole aux vio­leurs dans les médias de cette manière parce qu’elle ne peut pas être recueillie, retrans­mise et enten­due au même titre que celles des vic­times. Selon moi, la parole des vio­leurs doit être enca­drée et non récu­pé­rée n’importe com­ment, comme ce fut le cas cette semaine dans Libération. Je suis d’ailleurs assez dubi­ta­tive sur le sens de la démarche : il n’y a eu aucune mise en réflexion sur ce que le vio­leur d’Alma nous raconte dans cette lettre. Pour moi, ce n’est cer­tai­ne­ment pas sous la forme d’une confes­sion qu’on doit entendre la parole d’un vio­leur. À mon sens, elle aurait pu être éven­tuel­le­ment intel­li­gible si elle avait été tra­vaillée au cours d’un entre­tien, ana­ly­sée par un pro­fes­sion­nel qui aurait pu reprendre ses mots pour les mettre en pers­pec­tive. Car je ne dis pas que l’auteur d’un viol ne peut pas être enten­du, il peut l’être, mais dans un cadre bali­sé. 
Il existe deux espaces de parole dis­tincts : l’espace judi­ciaire, où le droit dis­pose que la parole soit reçue avec la même impar­tia­li­té que celle de la vic­time, et l’espace d’accompagnement psy­cho­lo­gique, où le vio­leur s’exprime à tra­vers des groupes de parole aux­quels il est obli­gé d’assister. Cependant, dans le cadre de la recherche sur les vio­lences sexistes et sexuelles, il est inté­res­sant de dis­sé­quer les dis­cours des auteurs de viol, car on essaie d’analyser ces vio­lences avec l’appui de tous les points de vue. On a celui des vic­times, de la loi, de la jus­tice, du gou­ver­ne­ment et des témoins, mais il manque sou­vent celui des auteurs de viol. Aujourd’hui, en France, on a effec­ti­ve­ment très peu de connais­sance sur leur façon de pen­ser, car ils sont très peu à vou­loir s’expliquer sur leurs actes. Il pour­rait donc être per­ti­nent de réflé­chir à com­ment col­lec­ter leurs pro­pos pour avoir leur regard sur les viols qu’ils ont com­mis, sur les causes et sur com­ment ils se les repré­sentent. Mais il est pré­fé­rable, au regard des vic­times, que leur parole soit, je pense, main­te­nue dans un cadre de recherche et non dans la presse. »

Marine Perrin

Porte-​parole du col­lec­tif de jour­na­listes fémi­nistes Prenons-​la Une,
Journaliste spé­cia­li­sée sur les vio­lences de genre, créa­trice de l’émission de vul­ga­ri­sa­tion fémi­niste Les Béguines sur TWITCH

« Dans cette his­toire, Libération semble avoir consi­dé­ré que l’angle de la publi­ca­tion de la parole de cet homme qui se dit vio­leur était suf­fi­sam­ment nova­teur pour méri­ter publi­ca­tion. Mais l’immense pro­blème, c’est qu’en publiant in exten­so ce cour­rier – qui a été pro­po­sé par Samuel à plu­sieurs rédac­tions, comme nous l’avons appris par la suite – sans le décor­ti­quer et le faire ana­ly­ser par des spé­cia­listes des méca­nismes de la culture du viol, c’est que le jour­nal lui a don­né une sorte de carte blanche, et c’est inad­mis­sible – la publi­ca­tion un 8 mars ne fait qu’ajouter à notre colère.
Il sem­ble­rait qu’ici Libé ait pêché aus­si par biais de classe. Il se trouve que ce jeune homme s’exprime très bien, ce qui a pu être un fac­teur sup­plé­men­taire pour publier sa lettre sans aucun élé­ment contra­dic­toire, comme l’aurait per­mis un for­mat inter­view par exemple.
Lénaïg Bredoux, la gen­der edi­tor de Mediapart – métier qui n’existe pas à Libération ! – a publié un article de blog dans lequel elle raconte pour­quoi, après que la rédac­tion de Mediapart a elle aus­si reçu cette mis­sive, elle a déci­dé de ne pas la publier en l’état. Elle dit que, dans l’absolu, entendre la voix des vio­leurs n’est pas inin­té­res­sant, mais qu’il faut que cette parole soit enca­drée. Et elle explique qu’il n’y a rien de nou­veau, contrai­re­ment à ce qu’a cru Libé – qui parle de docu­ment “com­plexi­fiant le débat” –, dans cette pro­pen­sion de cer­tains vio­leurs à reve­nir sur leurs gestes vio­lents, en expli­quant qu’elle a déjà pu le lire sur des blogs héber­gés par Mediapart.
C’est aus­si mon expé­rience : en tant que jour­na­liste par­lant de ces sujets, il m’est arri­vé plu­sieurs fois des mails d’hommes disant avoir été vio­lents ou avoir vio­lé et dési­rant témoi­gner. Je n’ai jamais don­né suite, car, per­son­nel­le­ment, je suis abso­lu­ment gênée par cette démarche para­doxale qui consiste à vou­loir se mettre en avant média­ti­que­ment, comme pour être absous grâce à cet effort de luci­di­té dans les médias. À titre très per­son­nel, j’estime que s’il y a véri­ta­ble­ment repen­tance, il faut aller voir non pas la presse mais la police. »

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés