fbpx

Fatima Ouassak : contre le racisme, pour une socié­té éco­lo et fémi­niste, « ma solu­tion, ce sont les mères »

Mise à jour 25/​06/​21 : Le 24 juin, La puis­sance des mères a reçu le prix du public du Prix de l'essai fémi­niste Causette.

Dans le nou­vel essai qu’elle vient de publier, La Puissance des mères, Fatima Ouassak pro­pose une « offre poli­tique révo­lu­tion­naire » fon­dée sur une figure clé : les mères. Elle nous a expli­qué à quoi res­sem­blait son modèle de socié­té fémi­niste.

fatima ouassak marguerite bornhauser pour causette
Fatima Ouassak. © Marguerite Bornhauser pour Causette

C’est l’un des essais fémi­nistes les plus remar­qués de la ren­trée. « À se pro­cu­rer abso­lu­ment, selon Assa Traoré, pour com­prendre et croire en la force qui est la nôtre, la révo­lu­tion que nous pou­vons enclen­cher, le monde que nous avons la pos­si­bi­li­té de chan­ger. » L’un des livres qui par­ti­cipent au « souffle de l’émancipation fémi­niste », notait Le Monde des livres.

Dans La Puissance des mères – Pour un nou­veau sujet révo­lu­tion­naire en librai­rie depuis le 27 août, la mili­tante fémi­niste, éco­lo­giste et anti­ra­ciste Fatima Ouassak pro­pose un pro­jet poli­tique inédit, cen­tré sur les mères. Pas « les mamans », et tout ce que cette expres­sion a d’affectif et de dépo­li­ti­sant, souligne-​t-​elle. Les mères, en tant qu’actrices poli­tiques. Celles qui pro­tègent déjà leurs enfants contre les vio­lences poli­cières. Celles qui réflé­chissent, dès la gros­sesse, à la manière de les nour­rir de la manière la plus saine pos­sible. Celles qui par­ti­cipent aux conseils d’école… Bref, des figures enga­gées qui « peuvent se révé­ler redou­tables dans leurs rap­ports de force si on touche à un che­veu de leurs petits ». Pour Fatima Ouassak, il y a là un ter­reau fer­tile de mili­tan­tisme. Un ter­reau de puis­sance. Interview.

Causette : Votre essai est-​il une réponse à la mon­tée en puis­sance du mou­ve­ment Black Lives Matter, inves­ti, entre autres, par de nom­breuses mères dénon­çant les vio­lences poli­cières ?
Fatima Ouassak : C’est avant tout une démarche sur le long terme. Ce livre s’inscrit dans un pro­jet poli­tique que je défends depuis cinq ans avec Le Front de mères [syn­di­cat de parents qu’elle a cofon­dé à Bagnolet, ndlr] et le Réseau Classe/​Genre/​Race, que j’ai fon­dé. Mais il est vrai que ce pro­jet poli­tique per­met­trait de répondre à pas mal de sujets qui ont enfin émer­gé. Le racisme struc­tu­rel notam­ment, qui est l’une des ques­tions cen­trales du livre. Aujourd’hui, elle est même por­tée par une ins­ti­tu­tion comme le Défenseur des droits. L’un de ses rap­ports[…]

La suite est réservée aux abonné·es.

identifiez-vous pour lire le contenu
Ou
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois
Partager
Articles liés