fbpx
dlamo8r1piu
« Si tu critiques les sœurs, tu n'es pas en train de te battre contre le pouvoir » © Annie Spratt

Faut-​il s’abstenir de se cri­ti­quer entre fémi­nistes ?

Au cours des der­niers mois, des débats entre de jeunes fémi­nistes inter­sec­tion­nelles et leurs aînées uni­ver­sa­listes ont fait cou­ler beau­coup d’encre. On s’interroge : les contro­verses au sein des dif­fé­rents cou­rants fémi­nistes sont-​elles un frein à l’action poli­tique ou sont-​elles, au contraire, essen­tielles à la bonne san­té des mou­ve­ments ? Font-​elles le jeu du patriar­cat ou sont-​elles le signe d’un néces­saire plura­lisme ? Éléments de réponse avec quatre jour­na­listes, mili­tantes et his­to­riennes.

Ovidie

Réalisatrice, autrice de
Baiser après #MeToo*

« Par le pas­sé, il m’est arri­vé de cri­ti­quer publi­que­ment des fémi­nistes appar­te­nant à d’autres cha­pelles que la mienne, sur les ques­tions cli­vantes du tra­vail du sexe ou du voile. Je le regrette un peu aujourd’hui. Les guerres san­gui­naires sur les réseaux sociaux m’ont décou­ra­gée : main­te­nant, je tourne ma langue sept fois dans ma bouche avant de twee­ter quelque chose diri­gé contre d’autres fémi­nistes. Depuis quelques années, je fais l’effort de dis­cu­ter avec des fémi­nistes qui ne sont pas de la même obé­dience que la mienne. Il faut aus­si rap­pe­ler que ces que­relles géné­ra­tion­nelles, selon les­quelles les géné­ra­tions pré­cé­dentes seraient obso­lètes et les jeunes géné­ra­tions trop radi­cales, ont tou­jours exis­té. Mais dis­tri­buer des bons points entre “bonnes” et “mau­vaises” fémi­nistes, cher­cher la petite bête, je me rends compte que cela nous fra­gi­lise les unes les autres. Nous avons bien d’autres enne­mis que nous-​mêmes, c’est une perte de temps. Par ailleurs, contes­ter des idées, ce n’est pas s’en prendre publi­que­ment ou vir­tuel­le­ment à une autre fémi­niste : je suis contre la pra­tique qui consiste à balan­cer des noms. » 

* Baiser après #MeToo. Lettres à nos amants foi­reux.
éd. Marabout/​Coll. Marabulles, 2020. 

Alice Coffin

élue éco­lo­giste à Paris, jour­na­liste, mili­tante et autrice du Génie les­bien*

« Je dénonce depuis long­temps, avec le col­lec­tif La Barbe, les réunions d’hommes qui n’invitent pas de femmes. Un jour, j’ai publié un Tweet sur une réunion des asso­cia­tions LGBT+, pré­si­dée par Anne Hidalgo : elle n’avait invi­té aucune femme. La réac­tion sur les réseaux sociaux a été énorme. Pourquoi ? Parce que j’avais coin­cé une femme, com­plice de cette non-​mixité. Depuis, j’ai pris l’engagement de ne plus cri­ti­quer les femmes et les fémi­nistes, même lorsque leur com­por­te­ment me semble pro­blé­ma­tique. Déjà, parce que d’autres s’en chargent tou­jours, dans le cas des femmes publiques et média­tiques qui sont beau­coup plus expo­sées, tan­dis que les hommes poli­tiques sont plus tran­quilles. Souvenons-​nous que le patriar­cat est orga­ni­sé pour que les femmes ne fassent pas d’alliance entre elles : je ne veux pas contri­buer à ce méca­nisme. C’est un acte fémi­niste de mettre un frein à cette logique. Je pré­fère donc consa­crer mon éner­gie à autre chose. Et, à titre indi­vi­duel, j’en suis de toute façon inca­pable, cela m’arrache le cœur. »

* Le Génie les­bien. éd. Grasset, 2020.

Florence Rochefort

Chercheuse au CNRS, coau­trice de
Ne nous libé­rez pas, on s’en charge, et de L’Histoire mon­diale des fémi­nismes*

« Les fémi­nismes ont tou­jours par­lé à plu­sieurs voix, il y a tou­jours eu dif­fé­rents cou­rants. Ce plu­ra­lisme n’a rien à voir, contrai­re­ment à ce qu’avancent les anti­fé­mi­nistes, avec le fait de “se crê­per le chi­gnon”. Les dis­sen­sions sont indis­pen­sables, comme dans tous les mou­ve­ments pro­gres­sistes : ceux-​ci ne fonc­tionnent pas comme des par­tis poli­tiques dont les ins­tances diri­geantes repré­sentent une syn­thèse des dif­fé­rents cou­rants. Les débats au sein des fémi­nismes sont tou­jours liés à un contexte his­to­rique pré­cis : il peut s’agir de dis­sen­sions internes, mais aus­si de choix de socié­té ou de stra­té­gies. 
La ques­tion est de savoir à quel moment cette dis­per­sion, cette hété­ro­gé­néi­té arrive à être effi­cace poli­ti­que­ment. Historiquement, ces dif­fé­rences peuvent par­fois se dépas­ser dans une autre ques­tion plus impor­tante, une prio­ri­té qui met tout le monde d’accord. Dans des temps plus recu­lés, il a pu s’agir de l’accès à l’éducation, par exemple. Aujourd’hui, la dyna­mique du mou­ve­ment #MeToo peut per­mettre de ras­sem­bler des cou­rants dif­fé­rents, rivaux, voire incon­ci­liables et qui se cri­tiquent entre eux. La ques­tion de la vio­lence faite aux femmes est un autre moteur per­met­tant de dépas­ser ces oppo­si­tions autour d’une reven­di­ca­tion com­mune. »

* Ne nous libé­rez pas, on s’en charge. Une his­toire du fémi­ni­nisme
de 1789 à nos jours.
Éd.La Découverte, 2020.
L’Histoire mon­diale des fémi­nismes. Éd. PUF/​Coll. Que sais-​je ?, 2018.

Caroline Fourest

Journaliste, autrice de
Génération offen­sée*

« Quand une par­tie du fémi­nisme se met à ser­vir le patriar­cat, il faut aler­ter contre les dérives. Contrairement aux années 1970, le fémi­nisme est suf­fi­sam­ment solide et puis­sant pour pou­voir sup­por­ter une confron­ta­tion à ciel ouvert, jus­te­ment parce que c’est deve­nu l’arène de tous, et c’est tant mieux. La soro­ri­té n’a jamais vou­lu dire qu’il faut taire nos diver­gences au nom du fémi­nisme. Cela veut dire se mon­trer soli­daire face à l’oppression patriar­cale. Et quand des sœurs en fémi­nisme nous manquent sur cer­taines causes, on ne le vit quand même pas très bien : en effet, des fémi­nistes ne veulent plus mener cer­taines luttes anti­sexistes, car elles ont peur d’alimenter le racisme. 
Par exemple, elles ne veulent pas sou­te­nir Mila, l’adolescente vic­time d’homophobie reli­gieuse qui est har­ce­lée et vit un enfer. Or, j’identifie deux com­bats durs à mener, le fémi­nisme contre le fana­tisme reli­gieux et le fémi­nisme contre le tra­fic de femmes. On constate que cer­tains mou­ve­ments fémi­nistes sont en train de se retour­ner contre les autres, voire en appellent à la soro­ri­té pour qu’on n’en parle pas, et c’est ter­rible. Il est nou­veau de voir des orga­ni­sa­tions fémi­nistes évi­ter cer­taines luttes contre les pires repré­sen­tants du patriar­cat pour sou­te­nir le voile et la pros­ti­tu­tion : c’est un ren­ver­se­ment assez fou. » 

* Génération offen­sée. De la police de la culture à la police de la pen­sée. éd. Grasset, 2020.

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés