Capture d’écran 2022 11 25 à 19.16.32
L'accueil de Citad'Elles, 22 novembre 2022, Nantes. ©A.T.

À Citad’Elles, les femmes vic­times de vio­lences trouvent un havre de paix

À Nantes, une struc­ture unique en France accueille et accom­pagne nuit et jour et sept jours sur sept des femmes vic­times de vio­lences dans un lieu cha­leu­reux qui leur est réser­vé. Reportage.

Mardi 22 novembre, 9h30. À notre arri­vée sur l'Île de Nantes, la pluie vient seule­ment d’arrêter de tom­ber. Devant nous se dresse, dans le ciel main­te­nant bleu, un immeuble moderne de sept étages com­plè­te­ment vitré. Un immeuble somme toute sem­blable aux bâti­ments d’habitations et de bureaux que l’on trouve dans ce quar­tier en pleine restruc­tu­ra­tion. Seule dif­fé­rence, au der­nier de celui-​ci, se trouve la struc­ture Citad’Elles qui accueille, informe et accom­pagne les femmes vic­times de vio­lences sept jours sur sept et vingt-​quatre heures sur vingt-​quatre depuis novembre 2019. Un lieu unique en France, finan­cé par la ville de Nantes, Nantes métro­pole et le dépar­te­ment de Loire-​Atlantique. L’État depuis peu lui verse éga­le­ment des sub­ven­tions, indique à Causette Mahaut Bertu, adjointe à la mai­rie de Nantes en charge de l’Égalité et de la lutte contre les dis­cri­mi­na­tions. Forte de ces trois pre­mières années d'expériences, Citad'Elles pré­sen­tait d'ailleurs ses résul­tats, à l'occasion des pre­mières Assises natio­nales de lutte contre les vio­lences sexistes et sexuelles, orga­ni­sées ces 25 et 26 novembre à Nantes. 

Citad’Elles porte bien son nom. Selon le dic­tion­naire Larousse, il s’agit d’une for­te­resse construite à l’intérieur d’une ville, en vue de la défendre contre les assauts exté­rieurs. Au pied de la large tour de verre, la défi­ni­tion prend tout son sens. On ne pénètre pas la struc­ture comme dans un mou­lin. Personne ne passe l’entrée sans l’autorisation des agents de sécu­ri­té pré­sents dans le hall. Ils pré­viennent par talkie-​walkie les équipes de Citad’Elles puis actionnent eux-​mêmes l’ascenseur pour qu’il monte direc­te­ment au 7e étage. Si les six étages du des­sous – occu­pés prin­ci­pa­le­ment par des bureaux d’affaires – coha­bitent avec Citad’Elles, ils ne peuvent y accé­der, par mesure de sécu­ri­té envers les femmes prises en charge.

Combler un trou dans la raquette 

Dans son bureau à l’entrée du sep­tième étage, Floriane, agente d’accueil, d’écoute et d’information, reçoit en direct les images de la tren­taine de camé­ras qui filment en per­ma­nence l’ensemble des lieux, du bou­le­vard devant l’entrée de l’immeuble, aux cou­loirs du centre. C’est elle qui doit action­ner son badge de l’intérieur pour que l’ultime digue qui sépare Citad’Elles du monde exté­rieur, cède. Une sécu­ri­té ren­for­cée, néces­saire pour ces femmes qui, en pous­sant la porte de Citad’Elles, viennent cher­cher un espace de répit, par­fois le pre­mier en plu­sieurs décen­nies de vio­lence. Depuis l’ouverture, le 25 novembre 2019, plus de 3 000 femmes ont d’ailleurs pous­sé la porte. « En met­tant à l’abri des femmes, on évite des drames. Notre accueil vise à com­bler des rup­tures dans les par­cours, mais aus­si la fer­me­ture des ser­vices la nuit, quand le CHU ou les forces de l’ordre sont les seuls autres inter­lo­cu­teurs joi­gnables », explique à Causette, Caroline Godard, la direc­trice des lieux.

À l’intérieur, tout l’étage a été pen­sé pour elles. Les murs sont recou­verts de pan­neaux acous­tiques, la déco­ra­tion se veut cha­leu­reuse et les fau­teuils sont nom­breux. Un espace fumeur a même été pen­sé pour leur évi­ter de devoir des­cendre dans la rue et d’être poten­tiel­le­ment en dan­ger. Mais sur­tout, ces femmes à bout de souffle peuvent, si elles le sou­haitent, ren­con­trer un·e psy­cho­logue, un·e juriste, un·e sage-​femme ou encore un·e psy­chiatre. Elles peuvent aus­si par­ti­ci­per à des ate­liers d’art-thérapie, de pho­to­gra­phie ou encore béné­fi­cier de séances d’ostéopathie.

Fenêtres anti-​suicide

L’autre force de Citad’Elles, c’est l’accueil des enfants. En tout, 80 % des femmes qui viennent sont mères. Et la majo­ri­té n’imagine pas une seconde se sépa­rer de leurs enfants. « C’était une condi­tion indis­pen­sable lorsqu’on a ima­gi­né le lieu avec les asso­cia­tions », explique Mahaut Bertu. 

À quelques mètres de l’accueil, en cette mati­née enso­leillée d’automne, les vitres sans tain laissent entrer une lumière douce dans la salle de jeux, acco­lée à « l’espace de res­source » où les femmes peuvent se repo­ser. À cette heure encore mati­nale, aucune femme ne s’est encore pré­sen­tée. « Ce sont des fenêtres anti-​suicides », inter­rompt Caroline Godard. L’information nous ramène à la froide réa­li­té : les femmes accueillies ici sont pour la plu­part dans un état de grand désar­roi. Souvent à bout de res­sources, elles sont acca­blées par la vio­lence d’un conjoint ou d’un ex-​compagnon, d’un parent ou d’un col­lègue. Toutes les formes de vio­lences sont prises en charge, même si les vio­lences conju­gales repré­sentent 75 % des venues. Ici, elles ren­contrent une coor­di­na­trice de par­cours qui éva­lue leurs besoins. 

Dans les cou­loirs de la struc­ture construite en U, se croisent des par­cours dif­fé­rents sem­blables sur un point : Citad’Elles repré­sente l’unique porte de sor­tie. Les plus jeunes sont à peine majeures, les plus âgées ont plus de 80 ans et toutes les caté­go­ries socio­pro­fes­sion­nelles sont repré­sen­tées. « 75 % ont moins de 30 ans », pré­cise à Causette Caroline Godard. C’est le cas de Coline*. Du haut de ses 27 ans, la jeune femme est déjà de celles ce qu’on appelle anciennes béné­fi­ciaires. La Nantaise a pous­sé la porte de Citad’Elles pour la pre­mière fois en mars 2021. Deux semaines avant de por­ter plainte contre son ex-​compagnon pour vio­lences conjugales. 

« J’étais comme un ani­mal errant qui voit la lumière. » 

Coline*, 27 ans, ancienne bénéficiaire

L’ironie du sort veut qu’elle ait connu la struc­ture par le biais de ce conjoint. Il avait tra­vaillé sur le chan­tier. C’est en pas­sant devant l’une des nom­breuses affiches du centre qui jalonnent le centre-​ville de Nantes qu’elle s’en est sou­ve­nue. Comme beau­coup d’autres, Coline n’a pas appe­lé avant de s’y rendre. Elle avait peur qu’il ait mis son télé­phone sur écoute. « On fait face à de plus en plus de femmes vic­times de contrôle coer­ci­tif [Il s’agit d’un com­por­te­ment de contrôle, de contrainte ou de menaces uti­li­sé par un indi­vi­du sur une par­te­naire dans le but de la rendre dépen­dante, ndlr]. Elles arrivent par­fois avec des camé­ras et des tra­ceurs plan­qués sur elles par leur com­pa­gnon », affirme Caroline Godard. 

Certaines femmes viennent parce qu’elles vivent actuel­le­ment une situa­tion d’urgence, d’autres poussent la porte des années après. Toutes sont accueillies avec l’idée que cha­cune trouve sa place. Y com­pris pour les situa­tions d’extrême urgence. Dans ce cas, Citad’Elles fait ce qu’on appelle une mesure de mise à l’abri dans l’un des trois appar­te­ments à proxi­mi­té du centre. 

"Millefeuille de violences"

Pour Coline, le cercle des vio­lences a com­men­cé en novembre 2019. À l’époque, elle est enceinte d’un petit gar­çon. C’est lorsqu’il apprend le sexe du bébé, dit-​elle, que son com­pa­gnon devient violent. Les insultes et les menaces pleuvent puis rapi­de­ment les coups. En mars 2020, comme pour de nom­breuses femmes en France, le pre­mier confi­ne­ment lâche une chape de plomb et de vio­lences sur Coline. Les vio­lences s’accélèrent. « Au début, je n’avais pas vrai­ment conscience que je me trou­vais dans un cycle de vio­lence, bien sûr, j’avais peur pour ma vie, mais j’avais l’espoir qu’il change », admet Coline. C’est lorsqu’il s’en prend phy­si­que­ment à son enfant qu’elle décide de par­tir. « Là, j’ai com­pris qu’il n’y aurait jamais de retour », lâche la jeune femme. 

Malgré la rup­ture, l’homme se main­tient au domi­cile de Coline. Elle ne mange plus qu’un repas par jour, ne dort plus. « Moi, je m’en fichais de mou­rir, de toute façon inté­rieu­re­ment, je n’existais plus, j’étais seule­ment une enve­loppe cor­po­relle, une coquille vide, dit-​elle. Mais j’avais peur pour mon fils. C' était mon seul élan de vie. » C’est cet élan de vie qui lui fait pous­ser la porte de Citad’Elles. « J’étais comme un ani­mal errant qui voit la lumière. » 

Comme toutes les femmes accueillies avec ou sans rendez-​vous, Coline a d’abord vu une coor­di­na­trice de par­cours du centre. Elles sont onze à se relayer nuit et jour pour écou­ter, infor­mer et orien­ter. Le rendez-​vous est impor­tant : c’est la pre­mière et unique fois que les femmes par­ta­ge­ront leur his­toire. Les coor­di­na­trices ren­tre­ront ensuite les récits dans un logi­ciel propre à Citad’Elles, que les intervenant·es du par­cours pour­ront consul­ter. Tous les lun­dis, la réunion de situa­tion per­met d’ailleurs aux coor­di­na­trices de par­cours de faire le point sur les situations. 

« Bien sûr, on aime­rait qu’elles portent toute plainte, mais elles n’en sont pas toutes là, il faut le respecter »

Nadège, 47 ans, coordinatrice

Ce mar­di, il s’agit de Nadège et Marie. Nous les croi­sons dans les cou­loirs, un peu agi­tées. Et pour cause, l’une des femmes mise à l’abri la nuit der­nière ne s’est pas pré­sen­tée à son rendez-​vous. Pour ne rien arran­ger, les deux coor­di­na­trices reviennent de l’appartement, la femme a dis­pa­ru. « J’espère qu’elle va reve­nir », dit Nadège en s’asseyant autour de la petite table ronde de son bureau. À 47 ans, l’ancienne infir­mière tra­vaille ici depuis les débuts de Citad’Elles. Elle a écou­té des mil­liers de récits de vies cabos­sées, qui sont sou­vent comme elle dit « un mil­le­feuille de vio­lences ». Il faut en effet faire face au conti­nuum des vio­lences. « Au début, elles sont en état de sidé­ra­tion, elles ne conscien­tisent pas les vio­lences. C’est géné­ra­le­ment au fur et à mesure des rendez-​vous qu’on se rend compte de l’ampleur des choses », dit-​elle. C’est pour­quoi, selon elle, il est impor­tant de res­ter dans la tem­po­ra­li­té des béné­fi­ciaires et non de pro­je­ter ses propres dési­rs. Il y a des femmes que les coor­di­na­trices ver­ront qu’une seule fois, d'autres qui revien­dront six mois après pour amor­cer un par­cours de sor­tie des vio­lences. « Bien sûr, on aime­rait qu’elles portent toute plainte, mais elles n’en sont pas toutes là, il faut le res­pec­ter », argue la coor­di­na­trice qui estime qu’aucun par­cours n’est un échec. 

C’était le cas de Coline par exemple. Petit à petit, elle parle des coups, raconte ces dizaines de fois où, parce qu’elle l’avait contra­rié, son com­pa­gnon l’avait mise habillée dans la bai­gnoire, sous l’eau froide. Sa prio­ri­té à l’époque n’était pas de s’épancher auprès d’une psy ni de por­ter plainte, mais de pro­té­ger son enfant. « C’est la juriste de Citad’Elles qui m’a fait com­prendre qu’il fal­lait por­ter plainte pour obte­nir la garde exclu­sive », explique la jeune maman. 

Jeux de socié­té & apé­ros dînatoires

Les femmes peuvent, si elles le sou­haitent, por­ter plainte auprès d’un·e policier·ière au sein des locaux. Les équipes peuvent aus­si prendre rendez-​vous dans un com­mis­sa­riat et les y accom­pa­gner. De son côté, Coline a pré­fé­ré fran­chir le pas seule, quelques semaines après son pre­mier rendez-​vous. « C’est la seule chose que je regrette dans mon par­cours à Citad’Elles », lâche la jeune femme. Le gen­darme qui l’accueille lui répond qu’il n’a pas le temps d’intervenir tout de suite pour l’éviction de son conjoint et lui enjoint de ren­trer chez elle. « Sauf que moi, j’étais par­tie à 8h de chez moi, ma valise et mon fils sous le bras, je ne pou­vais pas ren­trer », raconte la jeune femme qui appe­le­ra fina­le­ment Citad’Elles pour une mise à l’abri d’une semaine dans l’un des appar­te­ments. « Les loge­ments sont propres, il y a des feuilles et des feutres pour les enfants, c’est bien parce que quand on arrive, on a rien et les jour­nées sont très longues. » 

L’ex-conjoint de Coline est en pri­son depuis sep­tembre 2021. Il a pris dix-​huit mois ferme. « Une semi-​liberté » pour la jeune femme. « Je sais que ce n’est pas fini, quand il sor­ti­ra, le com­bat repren­dra notam­ment en ce qui concerne le droit de visite média­ti­sé, mais pour l’instant, j’en pro­fite pour me blin­der et me recons­truire », dit-​elle. Elle en est per­sua­dée, Citad’Elles lui a per­mis de s’en sor­tir, et même, « lui a sau­vé la vie ». Son der­nier rendez-​vous avec sa coor­di­na­trice remonte à sep­tembre. Pour l’heure, elle ne res­sent pas le besoin d’y retour­ner. « J’ai besoin de sor­tir de mon his­toire de vic­time et d’essayer de vivre nor­ma­le­ment. Si j’y retourne, ça sera pour racon­ter mon témoi­gnage », sou­ligne Coline en admet­tant pen­ser par­fois à Citad’Elles avec nos­tal­gie. C’est l’endroit, confie-​t-​elle, où elle s’est sen­tie le plus en sécu­ri­té en deux ans. 

Les locaux de Citad’Elles accueillent sou­vent les larmes, les souf­frances et les récits de vio­lences. Alors que l'on s'apprête à par­tir, une affiche colo­rée, col­lée au mur de l’accueil, nous inter­pelle : jeu­di pro­chain, une soi­rée jeux de socié­té avec apé­ro dîna­toire sera orga­ni­sée pour les femmes et les enfants. Il est cer­tain qu’on enten­dra alors réson­ner les rires et la joie. 

Partager

Cet article vous a plu ? Et si vous vous abonniez ?

Chaque jour, nous explorons l’actualité pour vous apporter des expertises et des clés d’analyse. Notre mission est de vous proposer une information de qualité, engagée sur les sujets qui vous tiennent à cœur (féminismes, droits des femmes, justice sociale, écologie...), dans des formats multiples : reportages inédits, enquêtes exclusives, témoignages percutants, débats d’idées… 
Pour profiter de l’intégralité de nos contenus et faire vivre la presse engagée, abonnez-vous dès maintenant !  

 

Une autre manière de nous soutenir…. le don !

Afin de continuer à vous offrir un journalisme indépendant et de qualité, votre soutien financier nous permet de continuer à enquêter, à démêler et à interroger.
C’est aussi une grande aide pour le développement de notre transition digitale.
Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, est précieuse. Vous pouvez soutenir Causette.fr en donnant à partir de 1 € .

Articles liés